L’art du soin et du maquillage du 18e siècle à nos jours

Les musées Gadagne

Les musées Gadagne accueille une exposition exceptionnelle présentant l’art du soin et du maquillage du 18e siècle à nos jours. Outre la découverte de magnifiques objets issus de collections privées, cette exposition est l’occasion, pour le musée d’histoire de Lyon, de montrer la place importante occupée aujourd’hui par l’industrie de la cosmétique et la dermocosmétologie en région lyonnaise.

Après l’exposition Lèvres de Luxe, consacrée au rouge à lèvres, qui a connu un vif succès à Lyon en février 2011 au Musée des Tissus de Lyon (près de 10000 visiteurs en un mois), Anne Camilli et Jean-Marie Martin-Hattemberg inaugurent un second acte aux musées Gadagne à Lyon en février 2013, dans le cadre de l’exposition Lyon au 18e, un siècle surprenant ! (22 novembre 2012-5 mai 2013).

Cette exposition initialement créée à Hong Kong dans le cadre du « French May Art Festival » par Anne Camilli et Jean-Marie Martin-Hattemberg, commissaires de l’exposition, revêtira les traits d’une scénographie séduisante baptisée Le teint entre en scène. Une occasion unique, pour le public de découvrir l’art du soin et du maquillage du 18e siècle à nos jours.

Les fabuleux objets présentés dans le cadre de cette exposition et issus des collections Hattemberg, Givaudan, Guerlain ou Dorin révèlent le rôle essentiel du théâtre (et du théâtre de marionnettes) ou comment celui-ci, abandonnant le masque, a largement favorisé le développement d’un art du maquillage et du soin, prétexte à la création d’objets riches et raffinés.

Cette exposition montrera l’essor de l’industrie cosmétique grâce notamment à l’apparition des premières maisons de luxe au 18e siècle et à l’évolution des techniques et des sciences au 19e. Ce secteur industriel qui allie science et beauté et auquel la région lyonnaise a largement contribué, est devenu aujourd’hui l’un des fleurons de l’univers du luxe.

Abritant le musée des marionnettes du monde et le musée d’histoire de Lyon, les musées Gadagne rappellent cette double histoire du maquillage et du soin, valorisant ainsi un secteur industriel important pour la métropole en le plaçant dans une perspective historique et contemporaine. Les objets précieux du 18e siècle, dont le prêt a été exceptionnellement octroyé, permettent de faire un écho pertinent à l’exposition Lyon au 18e et d’enrichir son propos.

HISTOIRE DE LA COSMÉTIQUE À LYON

Table ronde organisée en lien avec le congrès des professionnels de ce secteur

Lyon fut et demeure une des grandes capitales de la dermato-cosmétologie. Cette soirée vise à rappeler l’histoire de ce secteur industriel et son actualité. Il sera question des merveilleux objets cosmétiques prêtés exceptionnellement pour l’exposition mais aussi de l’industrie de la cosmétique aujourd’hui.

Certaines marques sont emblématiques de Lyon comme Givaudan Lavirotte ou encore la célébrissime crème Simon qui protège « le teint délicat » des élégantes. Le rôle du musée d’histoire de Lyon est de rappeler ce passé prestigieux et d’informer que cette histoire s’écrit encore. Ce n’est pas un hasard si tous les deux ans, les plus éminents spécialistes de ce domaine se réunissent à Lyon.

Table ronde animée par Anne Camilli, commissaire de l’exposition, Jean-Marie Martin-Hattemberg, co-commissaire, Martine Huzan, conservateur de la collection Givaudan et Elisabeth Sirot, responsable du Patrimoine Guerlain (sous réserve).

Date :

  • Exposition temporaire du 7 février au 10 mars 2013

Les musées Gadagne

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité