• Participez au artsixMic Crowfunding !
  • Aidez-nous à bouger les choses !

L’année 2014 au Château de Versailles

versailles 2014

Toujours à l’affiche jusqu’au 23février 2014 : André Le Nôtre en perspectives . 

Pour célébrer le 400e anniversaire de la naissance du jardinier du Roi Soleil, l’exposition qui lui est consacrée au Château de Versailles révèle sous un nouvel angle un homme qui fut aussi dessinateur, architecte, ingénieur et hydraulicien. Cette fastueuse exposition se décline en 3 étapes : l’homme, le génie et la postérité. Le jardinier du Roi Soleil est un homme puissant et très riche ; il n’est pas à proprement parler jardinier, mais conseiller du roi, contrôleur des Bâtiments, jardins, arts et manufacture.

Même si le colimaçon figure sur ses armoiries, il manie plus naturellement les œuvres d’art que la bêche et le râteau. Sa collection est vaste et prestigieuse :tableaux ( Poussin, Albane, Le Lorrain…), gravures, dessins, marbres, porcelaines, bronzes ou médailles réalisées par des artistes français qu’il fréquente, mais aussi des grands maîtres italiens ou flamands. Sans héritier, Le Nôtre lègue au roi en 1693 , 21 tableaux et 31 bronzes. Figurent également dans son inventaire, 130 peintures, une centaine de bronzes et 1500 médailles d’or et d’argent.

Le Nôtre entre dans l’atelier de Simon Vouet au Louvre, car son génie est d’avoir compris que les jardins allaient changer d’échelle et devenir si vastes qu’il faudrait de nouveaux savoirs pour les dessiner. Il étudie donc le dessin, la composition d’un décor, les techniques de perspective et l’anamorphose , et développe les collimations, effet d’optique permettant de créer des alignements visuels.

L’exposition révèle aussi de grands tableaux où Le Nôtre se donne en perspectives ; lignes dans le vert et verticales de jets d’eaux. Les croquis sont annotés : fontaines, parterres,broderies, bosquets…avec au milieu le détail d’un dialogue qui permet de lire les questions posées à Le Nôtre par un membre de son atelier dépêché chez un client pour discuter des plans et les réponses du maître qui précise ses instructions.

La manière qu’a eu Le Nôtre de jouer sur les pleins et les vides, sur les lignes et les secteurs angulaires , a marqué le monde entier de l’urbanisme et du paysage, de même que son goût des bosquets masquant une surprise. Exposition à approfondir grâce au livre que la commissaire de l’exposition, Patricia Bouchenot-déchin vient de consacrer à Le Nôtre chez Fayard.

2/ La Chine à Versailles, art et diplomatie au XVIIIe siècle

Grâce à cette exposition inédite d’une cinquantaine d’œuvres d’art ( peintures, meubles, laques, porcelaines…) le Château de Versailles commémore le 50ème anniversaire des relations diplomatiques entre la France et la Chine ainsi que le goût marqué pour l’art chinois dès le règne de Louis XIV. La mission jésuite française initiée par Louis XIV vers l’empire du Milieu et qui a été poursuivie sous Louis XV et Louis XVI, a mené à des échanges scientifiques et intellectuels de haut niveau qui ont influencé les domaines artistiques et littéraires de la Cour de Versailles. Cette exposition, dont la commissaire est Marie-Laure de Rochebrune, conservateur du patrimoine au Château de Versailles, mettra en lumière les liens culturels franco-chinois et leur influence sous l’Ancien Régime.

  • Exposition du 27 mai au 26 octobre 2014 dans les Appartements de Madame de Maintenon

L’Exposition d’art contemporain de l’été 2014

3/ LEE UFAN

Lee Ufan
Lee Ufan

Alfred Pacquement, directeur du musée national d’art moderne, est le commissaire de cette exposition et reconnaît avoir été influencé par la modernité de Le Nôtre en choisissant Lee Ufan, comme l’artiste contemporain de cette nouvelle année à Versailles afin qu’il nous entraîne dans sa poésie silencieuse et envoûtante. Né en 1936 en Corée, Lee Ufan vit et travaille entre le Japon, Paris et New York. D’abord écrivain et philosophe, Lee Ufan est l’artiste théoricien du mouvement d’avant-garde Mono-Ha (l’école des choses) courant artistique japonais qui s’est développé dans les années 1970 et qui se rapproche de l’Arte Povera italien.

Les sculptures de Lee Ufan se présentent comme des mises en relation de pierres provenant de lits de rivière ou de bois choisis dans la nature ce qui lui permet de critiquer les objets modernes. L’artiste joue également sur le vide et le plein , le fait et le non fait, et dans ses œuvres sur toile, son travail se concentre essentiellement sur le point de la ligne. Il décrit longuement ses œuvres et son mode de travail dans de nombreux essais. Si les précédentes expositions d’art contemporain de Jeff Koons, Takashi Murakami , Joana Vasconcelos et Giuseppe Penone avaient suscité une certaine polémique, celle de Lee Ufan devrait être propice à la méditation.

L’artiste, faisant désormais partie des acteurs majeurs de la scène contemporaine, s’est vu consacrer une grande exposition monographique au prestigieux musée Guggenheim de New York et est présenté à Paris à la galerie Kamel Mennour jusqu’au 25 janvier 2014.

4/ Les maquettes de la marine impériale

Après l’exposition « les guerres de Napoléon », le Château de Versailles en partenariat avec le musée de la Marine, met à l’honneur l’histoire de la marine impériale en exposant la « collection Trianon », ensemble de maquettes de navires commandé et rassemblé par Napoléon 1er à partir de 1810 au Grand Trianon afin de témoigner de l’excellence de la construction navale française.

En effet, édifier une marine aux dimensions de l’Europe capable de rivaliser avec l’hégémonie anglaise, telle a toujours été l’une des priorités de Bonaparte. Parmi les 17 modèles d’exception qui seront présentés figurent 4 reproductions de navires de guerre réalisés selon les plans de l’architecte naval Jacques Noël Sané. Afin de se figurer l’utilisation de chaque navire, des plans, archives, portraits de marins ayant mené ces navires au combat , des objets (sabres, fusils….) et de nombreuses peintures de combats navals seront également présentés lors de cette exposition.

  • Exposition du 17 juin au 19 octobre 2014 au Grand Trianon- Galerie des Cotelle

5/ Des chrysanthèmes impériaux à Versailles

Deux énormes « ozukuri » (chrysanthèmes japonais) portant chacun des centaines de fleurs vont effectuer quelques 10 000 kms pour rejoindre à l’automne prochain le Château de Versailles. Ces fleurs, cultivées dans cet immense parc qu’est le Shinjuku Gyoën au cœur de la capitale nippone et symboles de la dynastie du Japon, n’ont pas voyagé en France depuis l’Exposition universelle de 1900, à laquelle l’Empereur Meiji avait envoyé des émissaires.

Cette fois, ce sont deux jardiniers japonais qui viendront pendant 6 semaines effectuer la taille de ces chrysanthèmes qui requièrent une compétence particulière. Parallèlement, les jardiniers de Versailles sont consultés par leurs homologues japonais pour la restauration des parties anglaise et française du Shinjuku Gyoën. Versailles a toujours fasciné les japonais qui portent un vif intérêt à ses fastes, l’art de vivre à la française, le luxe et à Marie-Antoinette ; cette dernière est, en effet, dans l’Empire du Soleil Levant, une héroïne de mangas ou de pièces de théatre depuis plus de quatre décennies. Une exposition Marie-Antoinette se prépare d’ailleurs pour 2016 à Tokyo avec une centaine d’œuvres qui feront le voyage depuis Versailles.

  • Automne 2014 – Péristyle du Grand Trianon

6/ Le 18è aux sources du design, chefs d’œuvre du mobilier 1650 à 1790

Cette exposition organisée par les conservateurs du Château de Versailles, mettra en relief le caractère novateur et précurseur du mobilier 18è en matière de formes, de techniques, de décors et de matériaux. Le parcours de l’exposition suivra l’évolution des formes du milieu du XVIIè à la fin du XVIII grâce à une centaine pièces d’exception qui réuniront tous les grands noms de la création de cette époque : Charles Boulle, Antoine-Robert Gaudreaus, Bernard II Van Risen Burgh, Jean-François Oeben, Jean-Henri Riesener, Charles Cressent et George Jacob.  Chaque œuvre sera présentée comme une œuvre d’art unique et expliquée grâce à différents outils visuels afin de mettre en évidence son architecture, son dessin, son épiderme ou son estampille. Enfin, un lien sera établi entre le patrimoine et la tradition vivante des métiers d’art grâce à une double intervention de l’école Boulle.

  • Exposition du 22 octobre au 22 février 2015 – Salles d’Afrique

7/Expositions hors les murs : Versailles en région avec le centre des monuments nationaux

A : Palais de Tau à Reims (à partir de mai 2014 pour 6 mois)

 » Splendeurs des sacres royaux, de Louis XIII à Charles X « .  Réunissant le fonds du Palais du Tau et les collections du Château de Versailles, cette exposition évoquera le sacre des Bourbons grâce à des portraits de souverains, des représentations des évènements et du rituel du sacre, ornements réalisés pour le sacre de Charles X.

B : Maison de George Sand à Nohant ( à partir de juillet 2014 pour 6 mois)

« Le salon de George Sand » Une série de toiles évoquera l’atmosphère créative qui régnait dans le salon de ce célèbre écrivain où étaient reçu, outre Chopin, ses fidèles amis berrichons et les parisiens Listz, Balzac, Delacroix, Flaubert…

C : Musée des Beaux-Arts d’ARRAS ( à partir du 26 septembre 2014)

« Cent chefs d’œuvre de Versailles » Le château de Versailles propose une plongée au cœur des fastes des XVIIè et XVIIIè s à travers une centaine de chefs d’œuvre de ses collections. Ces œuvres, dont certaines n’ont jamais été prêtées, voire même exposées, ont été réalisées par les plus grands artistes de leur temps, dans les matériaux les plus précieux tels que le buste de Louis XIV de l’escalier des Ambassadeurs, les monumentales tapisseries des Gobelins, le grand bureau du Dauphin, les porcelaines de Marie-Antoinette……

Versailles en 6 espaces en 6 univers différents :

Pour recréer les différentes ambiances de ce lieu magique qu’est Versailles, la salle d’exposition va être divisée en 6 espaces, 6 univers différents. La première ambiance retracera l’histoire initiale de cette résidence royale. Ce sera le Versailles de Louis XIV avec ses grands apparats fait de marbre, de bronze, d’or et d’argent. Des vases de la Galerie des glaces seront présents de même que des sculptures et du mobilier réalisés par les plus grands artistes de l’époque.

Pour la deuxième ambiance, on sera en rupture complète avec le premier univers avec la présence massive de boiserie. Les plus grands ébénistes ont travaillé pour Versailles et seront présents, via leurs œuvres, à Arras. Là, ce sont les règnes de Louis XV et Louis XVI qui seront évoqués.

Pour le troisième univers, on plongera dans les entrailles de Versailles avec ses galeries souterraines qui permettent d’alimenter les magnifiques fontaines. « Le travail sur l’eau sera la toile de fond de cet espace. On y retrouvera sa fraîcheur et ses effets. À Versailles, les jets d’eau ont une signification », confie Béatrix Saule.

Direction ensuite les bosquets pour la quatrième ambiance. « Ce sont des espaces secrets au milieu des jardins avec pleins de fantaisies. On va recréer les labyrinthes de Versailles, il y aura aussi de magnifiques sculptures de plomb qui ne sont pas visibles à Versailles car il faut les protéger des conditions climatiques. » On évoquera aussi la chasse (à vol, à tir, à courre).

Avant-dernière ambiance : le domaine de Trianon (le grand et le petit), paradis des fleurs et de la botanique. On pourra découvrir des portraits de Madame de Pompadour en jardinière et de Marie-Antoinette.

Enfin, dernière étape de ce pèlerinage au Domaine de Versailles, l’évocation des fêtes et des feux d’artifice. Les nuits fastueuses versaillaises seront recréées. Un film retraçant le Versailles d’aujourd’hui avec ses différents métiers sera également présenté. « Avec cette nouvelle exposition, on va montrer la richesse de notre patrimoine ainsi que notre savoir-faire », se réjouit d’avance Frédéric Leturque.

Photographies : 

  • Commode forme tombeau dite mazarine exécuté vers 1708-1709 pour la chambre à coucher de Louis XIV au Grand Trianon.André-Charles Boulle. XVIIIe siècle © RMN-GP (château de Versailles) / Gérard Blot / Hervé Lewandowski
  • Cabaret chinois de madame Victoire ou madame Adélaïde. Louis-François Lécot. 1775 © RMN-GP (château de Versailles) / Gérard Blot
  • Combat entre la corvette française la Bayonnaise et la frégate anglaise Ambuscade (17 décembre 1798). Jean-François Hue. 1801 © RMN-GP (château de Versailles) / Gérard Blot
  • Buste de Louis XIV. Le Bernin. 1665 © RMN-GP (château de Versailles) / Gérard Blot
  • Louis XV, roi de France. Alexis-Simon Belle. 1723 © RMN-GP (Château de Versailles) / Gérard Blot

Château de Versailles – Place d’Armes, 78000 Versailles – www.chateauversailles.fr

  • Le Château est ouvert tous les jours, sauf le lundi, de 9h à 17h30 en basse saison (dernière admission à 17h) et de 9h à 18h30 en haute saison (dernière admission à 18h).
  • Le Parc et les jardins de Versailles sont ouverts, tous les jours, de 8h à 18h en basse saison et de 7h à 20h30 en haute saison.

André Le Nôtre

  • Broché: 600 pages
  • Editeur : Fayard (28 août 2013)
  • Collection : Biographies Historiques
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2213661596
  • ISBN-13: 978-2213661599
  • Voir les commentaires : (0)

Publicité