• Participez au artsixMic Crowfunding !
  • Aidez-nous à bouger les choses !

« La Volonté de bonheur » Témoignages photographiques du Front Populaire 1934-1938

front populaire

Plus de 220 oeuvres composent l’exposition « La Volonté de bonheur, Témoignages photographiques du Front Populaire, 1934-1938 ». De nombreux anonymes sont à l’origine des documents exposés au Pavillon Populaire. On retrouve également une pléiade de grands photographes et photojournalistes, à l’instar de Robert Capa, Henri Cartier-Bresson, David Seymour, Gisèle Freund, Robert Doisneau, Brassaï, Eli Lotar, François Kollar, Fred Stein, André Kertész, Pierre Jamet, Gaston Paris, Henri Manuel, Willy Ronis, Nora Dumas ou encore Sam Lévin.

Unes de quotidiens, couvertures de magazines et pages intérieures de journaux recouvrent également les cimaises du Pavillon Populaire. Les meetings, manifestations, cortèges et grèves ont été relayés par L’Humanité, Miroir du monde, Regards, L’Illustration, Le Populaire, Vu, L’action française, L’oeuvre, Voilà, Le Petit Parisien, Le document ou encore Le Matin.
Á ces photographies et coupures de presse, s’ajoutent des cartes postales, des affiches ou encore des tracts syndicaux.

L’usage et la diffusion de la photographie évoluent considérablement au cours des années 1930 grâce à la nouvelle génération des appareils photographiques légers et facilement maniables (Leica, Retina, Rolleiflex), à l’audience des journaux (Paris-Soir, Le Populaire, L’Humanité) et des magazines (Vu, Regards, Voilà, Miroir du Monde) qui remplacent les illustrations d’antan (dessins et caricatures) par des témoignages photographiques, et aux initiatives d’agences promptes à répondre aux besoins de la presse (Alliance Photo, Rapho, Keystone, Meurisse, Rol, Trampus). Conjointement, les professionnels de l’information profitent des progrès techniques de transmission (par bélinographe) et d’impression (en rotogravure) des images. La dynamique de ces secteurs offre des débouchés aux jeunes photographes venus d’Allemagne ou d’Europe de l’Est (Robert Capa, David Seymour) qui, à l’instar de plus en plus de Français (Henri Cartier-Bresson, Gaston Paris, Marcel Cerf), optent pour le photojournalisme : ensemble, salariés ou indépendants, ils mettent l’actualité « à la portée de l’oeil » et fournissent aux quotidiens, aux périodiques, des instantanés « sur le vif ». Comme les reporters privés de signature Ŕ les photos reproduites sont rarement signées –, ils font face à l’histoire et l’histoire, en France, entre 1934 et 1938, c’est d’abord l’émergence et le développement du Front populaire que La Volonté de bonheur permet de suivre, de visualiser, de la rue à l’isoloir, de l’usine au Palais-Bourbon, de l’hôtel Matignon aux guichets de la SNCF. Des photographes multicartes, moins connectés aux événements du jour, tels André Kertész, François Kollar et Willy Ronis, répondent eux aussi aux demandes de la presse.

Déclenchées par les ligues d’extrême droite opposées aux alliances parlementaires à bout de souffle et aux autorités gouvernementales impuissantes à juguler la récession, les unes et les autres affaiblies par des scandales financiers (le dernier en date étant l’affaire Stavisky), les émeutes du 6 février 1934 font réagir les masses antifascistes qui, le 12, provoquent une onde de choc en défilant, solidaires, entre Bastille et Nation, et en scandant « Unité ! Unité ! ». Alors que provocations, altercations et attentats se multiplient, stimulés par la presse d’opinion qui électrise les exaspérations, les états-majors des partis et des syndicats de gauche prennent conscience de l’opportunité de consolider leur électorat et de se fortifier en formant une coalition. La signature par la SFIO et le Parti communiste d’un pacte d’unité d’action, le 27 juillet 1934, ne freine pas les ouvriers et employés frondeurs qui, galvanisés par une possible « victoire de la misère », participent en grand nombre à des manifestations protestataires et commémoratives. Suite au ralliement du Parti radical, les forces favorables à un partage plus équitable des richesses constituent le Rassemblement populaire et s’entendent sur un programme commun. Confortées par la fusion des syndicats CGT et CGTU, inquiètes d’une conjoncture internationale Ŕ régentée par les fanatiques Hitler et Mussolini — de plus en plus belliqueuse, elles se mobilisent tant à Paris qu’en province pour revendiquer « le pain, la paix, la liberté ».

L’élan protestataire des opposants aux pouvoirs en place culmine le 3 mai 1936 avec la victoire électorale des partis socialiste, communiste et radical réunis dans le Front populaire, suivie par la formation d’un gouvernement présidé, pour la première fois dans l’histoire de la République, par un socialiste (Léon Blum) et par la signature des accords Matignon qui réduisent la semaine de travail à 40 heures, accordent une augmentation de 7 à 15% des salaires et deux semaines de congés payés, et instaurent des conventions collectives complétées par l’élection de délégués du personnel.

Ces accords ne font pas lâcher prise à la classe ouvrière : après avoir exprimé son espoir dans les urnes, elle réaffirme sa détermination dans les usines où elle accentue la pression sur les élus, les propriétaires et les patrons. La spontanéité et l’ampleur de grèves tous azimuts (de la grande entreprise au petit commerce) surprennent d’autant plus qu’elles sont durcies par d’inédites occupations des lieux de travail. Au mépris des « deux cents familles » et autres puissants fortunés, les grévistes conscients de leur force (estimés à deux millions à l’apogée du mouvement) répondent par une ténacité sans faille jusqu’à ce que les promesses faites au sommet se concrétisent à la base. Simone Weil partage avec eux « une joie sans mélange ». Les résistances de certains dirigeants ne les dispensent pas de faire finalement d’essentielles concessions. Plus de 5 000 conventions collectives amélioreront les conditions de travail de salariés soustraits, comme s’en réjouit le président du Conseil, « à la dépendance abusive et à l’arbitraire patronal ».

Les satisfactions éprouvées par les militants du Front populaire Ŕ et ses sympathisants qui apprécient le « supplément de vie » qui leur est offert — sont de courte durée : l’inflation, la fuite des capitaux, la dévaluation du franc, l’antisémitisme et les diffamations outrancières, le suicide du ministre de l’Intérieur, Roger Salengro, la peur des proches totalitarismes, la fracture entre les pacifistes à tout prix et les patriotes prêts à prendre les armes face au Führer, au Duce et au Caudillo, ainsi que la sanglante bataille en Espagne entre les républicains du Frente popular (soutenus par le PC français) et les réactionnaires enrégimentés par Franco compromettent les progrès accomplis au cours de 1936. Du fait, principalement, de la neutralité gouvernementale vis-à-vis de la guerre civile espagnole, et de ses politiques budgétaire et financière, le Front populaire se fracture dès 1937, puis se déchire en 1938. L’union pugnace du peuple de gauche, à l’origine de l’« embellie », prend fin dans les désillusions.

Les photographes qui assistent aux meetings, aux manifestations, aux cortèges et aux grèves « sur le tas » associent au jour le jour les lecteurs de la presse à la vie de la nation ; ils identifient les leaders politiques (Léon Blum, Maurice Thorez, Édouard Daladier, Marcel Cachin, Jean Zay, Léo Lagrange) et enregistrent les pulsations, les émois et les heurts de la vie publique. Réactifs, factuels, ils renouvellent leurs champs de vision. Ils sont des maillons décisifs de la mutation médiatique qui permet aux lecteurs d’éprouver ce qu’éprouvent ceux qui luttent pour un progrès social : assurant la jonction entre les articles (récits et opinions) et les reportages photographiques, la nouvelle presse enrichit les narrations, améliore l’appréciation des faits, donne du corps à la poussée d’adrénaline qui exalte la lutte des prolétaires. Même si elle manipule Ŕ plus ou moins Ŕ ceux qui la font vivre, elle les intègre dans la vie politique, économique et sociale, en même temps qu’elle inscrit le Front populaire dans une mémoire collective plus que jamais visuelle.

La photographie qualifie aussi bien les grèves « corporatives » que les premiers congés payés et la socialisation des loisirs sportifs, culturels et festifs qui ouvrent des horizons nouveaux aux classes populaires. Elle accompagne l’effervescence littéraire (André Malraux, André Gide, Louis Aragon) et artistique (en particulier le jeune cinéma parlant, Jean Renoir en tête, et, grâce à la TSF et au phonographe, les vedettes de music-hall). Elle conforte le retentissement de l’Exposition internationale « Arts et techniques dans la vie moderne » qui accueille plus de 31 millions de visiteurs. Elle fait partager le succès des auberges de jeunesse et les réjouissances chantées et dansées Ŕ si bien photographiées par Pierre Jamet Ŕ de ceux qui vont « au-devant de la vie ». Autant dire : la démocratisation du tourisme, des vacances, le droit à un peu plus de bonheur. Elle fait transparaître ce que François Maspero appelle la « fraternité de masse ».

La présentation de unes de quotidiens, de couvertures et de pages intérieures de périodiques — qui vont de pair avec les reportages photographiques — rend probant l’essor simultané du photojournalisme et de la presse illustrée. Une bande son (extraits de discours et de chansons de l’époque) donne une voix au Front populaire et rappelle l’air du temps. Associée aux touches d’histoire que sont les photographies, elle remémore elle aussi ces années mémorables qui influenceront les transformations de la société française dès la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

Plus de 200 documents et photographies de Robert Capa, Henri Cartier-Bresson, Marcel Cerf, Robert Doisneau, Nora Dumas, Gisèle Freund, Albert Harlingue, Pierre Jamet, André Kertész, François Kollar, Sam Lévin, Eli Lotar, Gaston Paris, Willy Ronis, David Seymour (Chim), Fred Stein et d’autres, identifiés ou anonymes. Pierre BORHAN Commissaire de l’exposition

Les principaux photographes de l’exposition

  • Brassaï : Né en 1899 et décédé en 1984, Brassaï est un photographe français d’origine hongroise.
  • Robert CAPA – 1913-1954 : Né en 1913 et mort en 1954, Robert CAPA est un photographe américain d’origine hongroise.
  • Henri CARTIER-BRESSON : Né en 1908 et décédé en 2004, Henri CARTIER-BRESSON est un photographe français.
  • Robert DOISNEAU : Né en 1912 et mort en 1994, Robert DOISNEAU est un photographe français.
  • Nora DUMAS : Née en 1890 et décédée en 1979, Nora DUMAS est une photographe d’origine hongroise.
  • Gisèle FREUND : Née en 1908 et morte en 2000, Gisèle FREUND est une photographe française d’origine allemande.
  • Pierre JAMET : Né en 1910 et décédé en 2000, Pierre JAMET est un photographe français.
  • André KERTESZ : Né en 1894 et mort en 1985, André KERTESZ est un photographe hongrois, naturalisé américain.
  • François KOLLAR : Né en 1904 et décédé en 1979, François KOLLAR est un photographe slovaque et français.
  • Sam LEVIN : Né en 1904 et mort en 1992, Sam LEVIN est un photographe d’origine Russe.
  • Eli LOTAR : Né Eliazar Lotar Teodorescu en 1905 et décédé en 1969, Eli LOTAR est un photographe français d’origine roumaine.
  • Henri MANUEL : Né en 1874 et mort en 1947, Henri MANUEL est un photographe français.
  • Gaston PARIS
  • Willy RONIS : Né en 1910 et décédé en 2009, Willy RONIS est un photographe français
  • David SEYMOUR dit Chim : Né en 1911 et mort en 1956, David SEYMOUR est un photojournaliste américain d’origine polonaise.
  • Fred STEIN : Né en 1909 et décédé en 1967, Fred Stein est un photographe d’origine allemande.

L’exposition « La Volonté de bonheur, Témoignages photographiques du Front Populaire, 1934- 1938 » est présentée au Pavillon Populaire de la Ville de Montpellier du 29 mars au 9 juin 2013.

Pavillon Populaire
Espace d’art photographique de la Ville de Montpellier
Esplanade Charles-De-Gaulle Ŕ 34000 Montpellier

La Volonté de bonheur, Témoignages photographiques du Front Populaire, 1934- 1938 :

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Autoportraits

Autoportraits du musée d’Orsay

Après le musée des beaux-arts de Nancy et avant le musée des beaux-arts de ...

Karl Lagasse

Karl Lagasse artiste pluridisciplinaire

Né de parents artistes, Karl Lagasse a grandi dans le monde de la création, ...