• Participez au artsixMic Crowfunding !
  • Aidez-nous à bouger les choses !

La rentrée au Centre culturel suisse : saison 2012/2013

Body Language oeuvres de la collection du Fotomuseum Winterthur

Dans le cadre du Mois de la Photo à Paris, novembre 2012

Avec : Vito Acconci (US), Laurie Anderson (US), Nobuyoshi Araki (JP), Richard Avedon (US), Anne de Vries (NL), Valie Export (AT), André Gelpke (DE), Nan Goldin (US), Aneta Grzeszykowska & Jan Smaga (PO), Peter Hujar (US), Barry Le Va (US), Ulrike Lienbacher (AT), Urs Lüthi (CH), Anetta Mona Chisa & Lucia Tkácová (RO/SK), Robert Morris (US), Marianne Müller (CH), Paulina Olowska (PL), Walter Pfeiffer (CH), Rockmaster K (CH), Ugo Rondinone (CH), Igor Savchenko (BY), Lorna Simpson (US), Annelies Strba (CH), Hannah Villiger (CH)

Depuis sa création en 1993, le Fotomuseum Winterthur s’est imposé comme une des institutions les plus importantes consacrées à la photographie contemporaine. Aujourd’hui, sa collection très internationale compte environ 4 000 oeuvres, rassemblées grâce à une politique d’achat, de dons et de prêts permanents. Depuis 2003, la collection fait l’objet d’expositions accompagnées de publications.

À l’initiative d’Urs Stahel, directeur du Fotomuseum Winterthur, le CCS a conçu Body Language, une exposition autour du corps humain, de ses représentations, ses gestes, ses significations, de la sphère intime au champ social. Des personnages androgynes côtoient des nus dans leur quotidien, des postures rejouées font écho à des scènes de spectacles érotiques, des portraits saisissants cohabitent avec des poses issues d’énoncés conceptuels. Largement représenté depuis l’origine de la photographie, le corps est devenu un thème encore plus important depuis les années 1960-70. Sa représentation est alors source de revendications, notamment identitaires, homosexuelles ou féministes. Depuis, le corps est omniprésent dans la production contemporaine : mis en scène, sensuel, magnifié, abîmé, vieilli, fragmenté…

L’exposition permet de découvrir les oeuvres d’artistes suisses de renom comme Urs Lüthi, Ugo Rondinone, Hannah Villiger, Walter Pfeiffer ou Annelies Strba, de grands noms de la photographie comme Richard Avedon, Nan Goldin, Nobuyochi Araki ou Peter Hujar, des figures importantes de l’art contemporain comme Vito Acconci, Valie Export, Barry Le Va ou Laurie Anderson, mais également des oeuvres significatives d’artistes moins connus.

Le Fotomuseum de Winterthur est également l’une des institutions invitées à Paris Photo. Commissaires : Jean-Paul Felley & Olivier Kaeser Co-commissaire : Thomas Seelig, conservateur au Fotomuseum Winterthur

  • Exposition du 14 septembre  au 16 décembre 2012

Luciano Rigolini Surrogates du 14 septembre au 4 novembre 2012

La pièce sur cour L’exposition de l’artiste tessinois Luciano Rigolini (né en 1955, vit à Lugano et à Paris) est spécifiquement consacrée à 125 documents représentant des pièces détachées de voitures d’occasion, trouvés sur un site internet de vente aux enchères. Ce corpus, en très basse définition, est le résultat d’une vaste recherche, suivie d’une sélection minutieuse. La mise en page des objets n’a pas été modifiée par l’artiste, elle est telle que trouvée sur le site internet. Les «papiers peints» de présentation, parfois psychédéliques, parfois «arty» ont été choisis par les vendeurs. Ces objets sont la plupart du temps non-identifiables sans le recours à la légende. Ces images, a priori sans qualité, peuvent être lues à la manière d’un étonnant parcours de références à plusieurs courants de l’histoire de l’art du XXe siècle. Cette exposition est accompagnée d’un livre d’artiste, coédité par le Centre culturel suisse à Paris et le Musée de l’Elysée à Lausanne.

Biographie

Photographe, cinéaste et producteur, Luciano Rigolini suit, durant les années 1980, les cours du Département Cinéma de l’Université Paris VIII. Au début de la décennie suivante, il se fait connaître avec Urban Landscapes, un travail photographique où il explore la spécificité de ce medium et les rapports esthétiques entre photo et peinture. Actuellement, son travail photographique se concentre sur la dimension esthétique de nos manières de voir et de percevoir les images.

À partir de 1995, il travaille à Paris comme producteur de la chaîne culturelle européenne Arte où il est chargé des créations d’auteurs à l’unité Documentaire. Il s’intéresse à la recherche des nouvelles formes de narration et du langage dans la représentation du réel. Il a produit des oeuvres de cinéastes tels que Chris Marker, Alexandre Sokourov, Naomi Kawase, Alain Cavalier, etc., et découvre de nombreux jeunes talents. A voir également au Musée de l’Elysée, «Collections privées» du 21 septembre 2012 au 6 janvier 2013, exposition en trois parties dont l’une est consacrée à Luciano Rigolini.

Avec le soutien de la Repubblica e Cantone Ticino

Les plus beaux livres suisses du 14 septembre au 16 décembre

(Vernissage le vendredi 14 septembre de 18h à 21h)

Librairie

L’Office fédéral de la culture (OFC) met sur pied chaque année, depuis 1998, le concours «Les plus beaux livres suisses». L’OFC entend ainsi distinguer des réalisations particulièrement abouties dans la production et l’art du livre et attirer en même temps l’attention sur les ouvrages qui expriment les tendances contemporaines. L’intérêt porté au concours reste vif. Cette année, les designers, les éditeurs ou les imprimeurs ont envoyé pas moins de 392 livres que le jury, présidé par Manuel Krebs (graphiste, créateur de l’agence NORM), a soigneusement examinés. Sur ce nombre, 27 titres ont été choisis pour être les plus beaux livres suisses 2011. Le prix Jan Tschichold, qui distingue des prestations hors pair dans l’art du livre, va cette année à Erich Keiser de l’imprimerie Odermatt à Dallenwil (NW).

Pour la première fois depuis neuf ans, des livres pour enfants reçoivent une récompense : ‘Oskar Tiger’ de Dieter Meier et Franziska Burkhardt (Kein & Aber Verlag) et ‘Ghost Knigi’ de Benjamin Sommerhalder (Nieves Verlag). Le jury évalue la conception, le graphisme et la typographie des ouvrages en privilégiant l’innovation et l’originalité. Il examine aussi la qualité de l’impression et de la reliure, de même que les matériaux utilisés.

Editions Raynald Métraux du 14 septembre  au 16 décembre

(Vernissage le vendredi 14 septembre de 18h à 21h)

Librairie

Avec : Albertine, Ian Anüll, Francis Baudevin, François Burland, Claudia Comte, Stéphane Dafflon, Philippe Decrauzat, Massimo Furlan, Haydé, Alain Huck, Vincent Kohler, Jean-Luc Manz, Mix & Remix, Olivier Mosset, Amy O’Neill

Installé dans un ancien bâtiment industriel du quartier du Flon depuis 1991, Raynald Métraux a fait de son atelier un carrefour de la création d’estampes contemporaines en Suisse romande. A sa vocation d’imprimeur et d’éditeur, il a ajouté celle de galeriste et présente régulièrement de nouvelles oeuvres imprimées. Parmi les artistes édités on peut citer : Ian Anüll, Francis Baudevin, Lorna Bornand, Stéphane Brunner, François Burland, Gianfredo Camesi, Pierre Chevalley, Claudia Comte, Stéphane Dafflon, Philippe Decrauzat, Peter Emch, Olivier Estoppey, Massimo Furlan, Vidya Gastaldon, Mali Genest, Haydé, Alex Hanimann, Alain Huck, Robert Ireland, Jean-Michel Jaquet, Vincent Kohler, Jean-Luc Manz, Sylvie Mermoud, Luo Mingjun, Mix & Remix, Olivier Mosset, Amy O’Neil, Farhad Ostovani, Palézieux, Carmen Perrin, Anne Peverelli, Didier Rittener, Francine Simonin, Gottfried Tritten, Albertine Zullo.

Nuit blanche Silvia Bächli & Eric Hattan « Snowhow et ses amis » le samedi 6 octobre, de 19h jusqu’à l’aube

Librairie

Pour la Nuit blanche 2012, le Centre culturel suisse propose une installation vidéo des artistes Silvia Bächli et Eric Hattan, visible depuis la rue à travers la vitrine de sa librairie. Ce projet est une création spécifique pour Nuit Blanche. Deux vidéos, l’une existante, Snowhau im Schnee (2003), et l’autre inédite, sont diffusées en continu sur une dizaine de moniteurs répartis dans l’espace de la librairie. Des scènes hivernales et estivales se répondent dans un dialogue drôle et décalé entre un bonhomme de neige dévalant une pente en luge et des marmottes faisant le guet devant leur terrier. Les spectateurs de Nuit blanche, à l’affût des oeuvres, créeront avec les marmottes un jeu d’observation mutuelle rendu particulièrement intriguant par l’apparition de pâturages alpestres en plein coeur du Marais.

Biographie

Silvia Bächli (née en 1956 à Baden, vit à Bâle) et Eric Hattan (né en 1955 à Wettingen, vit à Bâle) développent chacun un travail personnel, qui est régulièrement exposé en Suisse, en France et bien au-delà. Silvia Bächli pratique principalement le dessin, et Eric Hattan la sculpture, la vidéo et l’installation. Ils réalisent parfois des projets en commun, comme un séjour de 4 mois en Islande qui a généré un corpus de photographies dont un choix est publié dans le livre Blindhaedir / East Iceland (2010) et a été exposé récemmant au Kunstmuseum de St.Gall. Ce séjour a aussi abouti au projet Schnee bis im Mai, une exposition à la Kunsthalle de Nürnberg accompagnée d’une publication (2011).

Silvia Bächli a représenté la Suisse en 2009 à la 53e Biennale de Venise, et la même année, Eric Hattan a eu une exposition au MAC/VAL, musée d’art contemporain du Val-de-Marne.

Centre culturel suisse

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité