La Manufacture de Sèvres présente la sculpture de Louis XV à la Révolution

Sèvres la Manufacture des Lumières

C’est par la volonté de Louis XV et de Madame de Pompadour que fut créée la Manufacture de Sèvres, « la Manufacture des Lumières »et son histoire jusqu’à la période révolutionnaire dévoile l’excellent goût des élites de l’Ancien Régime pour la perfection des objets d’art et l’explosion d’une thématique nourrie par le siècle des Lumières.

La sculpture à Sèvres est l’aboutissement d’un processus minutieux qui part d’un modèle en terre pour aboutir au biscuit de porcelaine, lequel, inventé par la Manufacture vers 1751, a tout de suite remporté un vif succès. La surface de la porcelaine soigneusement polie, non émaillée, révèle la blancheur de la pâte et la finesse des détails, permettant aux artistes de la Manufacture de rivaliser avec le marbre et de créer des sujets au charme infini, emplis de délicatesse et de vie sur les thèmes de l’enfance, de la fable et de l’allégorie, de la littérature et de la vie quotidienne tout en innovant dans le domaine du portrait et de l’iconographie politique.

Falconet, Pajou, Boizot, les sculpteurs du roi, en s’inspirant parfois des compositions de Boucher ou de Coypel, ont fait exécuter des biscuits qui ont fait l’admiration des amateurs de l’époque.

L’exposition organisée par Sèvres retrace admirablement ce que fut l’esprit créatif au XVIIIe siècle à travers plus de 80 terres cuites et 120 biscuits de porcelaine, des dessins, des estampes, ainsi que des modèles et des moules en plâtre originaux inconnus du public et qui n’ont pourtant jamais quitté la Manufacture et dont certains ont fait l’objet d’une minutieuse restauration. L’exposition sera complétée par des pièces en provenance de collections extérieures.

Après une introduction historique et technique, de nombreux thèmes sont abordés : Le goût pour l’enfance, les animaux, la fable et l’allégorie, le surtout de table, la vie contemporaine, les sujets littéraires, les oeuvres religieuses, les portraits, les statuettes des grands hommes et enfin la décennie révolutionnaire. Les œuvres conçues pendant la révolution étant méconnues, elles réserveront des surprises aux visiteurs.

Conçue au XVIIIe siècle dans le but de concurrencer la production de porcelaine venant de Chine, puis celle de sa grande rivale saxonne, la Manufacture de Meissen, la Manufacture eut recours aux plus grands artistes pour concevoir des porcelaines révélant sensualité et virtuosité d’exécution. Cette politique est toujours la sienne de nos jours et l’on fabrique à Sèvres des porcelaines admirées et collectionnées dans le monde entier.

Cette exposition donne à chacun l’occasion de prendre conscience de l’apothéose du goût et de l’excellence artistique qui ont toujours fait de Sèvres une Cité de la céramique unique en son genre.

Informations pratiques

Exposition du 16 septembre 2015 au 18 janvier 2016

Sèvres – Cité de la céramique
2, place de la Manufacture, 92310 Sèvres

www.sevresciteceramique.fr

La Mandoline ou La Conversation espagnole
La Mandoline ou La Conversation espagnole, Jean-François Duret, 1772. Collection Sèvres – Cité de la céramique, SCC.2012.2.1

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Armures, hennins et crinolines

Armures, hennins et crinolines au château de Pierrefonds

Du 15 avril au 18 octobre 2015, au château de Pierrefonds, le Centre des ...

Le Jardin Des Sculptures

face à face entre Camille Claudel et les sculpteurs contemporains

Le Jardin des Sculptures, à Bois-Guilbert en Normandie, propose jusqu'au 30 septembre 2015 sa ...

soldats inconnus

Antoine Schneck « Soldats inconnus » à l’Arc de triomphe

Les photographies d'Antoine Schneck représentent une sélection d’uniformes portés par des soldats de quelques-uns ...