La ligne d’ombre parfois se brise… exposition collective à la galerie Lélia Mordoch

ligne d’ombre - Galerie Lélia Mordoch

La ligne d’ombre parfois se brise… Group-show  avec Miguel CHeVAlIeR, Horacio GARCIA ROSSI, Julio le PARC,  Jean-Claude MeYNARD, François MORellet, Laura Nillni, Joe NeIll, Francisco SOBRINO, Kevin YU

La ligne d’ombre parfois se brise… pour apporter la lumière. Pour illustrer cette maxime de manières différentes, la galerie Lélia Mordoch a convié plusieurs artistes. Le public aura le plaisir de retrouver Garcia Rossi, Le Parc, Morellet et Sobrino issus du GRAV, le Groupe de Recherche d’Art Visuel qui, depuis la seconde moitié du XXème siècle se sont passionnés pour l’art construit et le cinétisme, cherchant en priorité à donner à l’art une fonction sociale et à faire du spectateur un acteur afin que l’art interactif soit non seulement interactif, mais ludique…

Ici, les artistes jouent avec et se jouent de l’ombre, de la lumière et du mouvement, la ligne se brisant dans certaines occasions d’un éclair ou d’un néon. Parfois non, comme pour Morellet qui flirte avec l’infini dans ses expérimentations autour du nombre π, ou Miguel Chevalier qui crée des œuvres numériques génératives où des lignes de flux se reproduisent aléatoirement. C’est également le cas de la géométrie fractale de Jean-Claude Meynard, ce peintre et plasticien français connu pour ses œuvres allant de l’hyperréalisme à la géométrie fractale et à l’art numérique. Signataire du « Manifeste Fractaliste » et axant son travail sur l’exploration de la complexité du réel et la mise à jour d’univers géométriques, il démultiplie la figure humaine dans des perspectives qui s’entrecroisent et se répètent sans fin. Connu pour sa démarche artistique visionnaire, Joe Neill utilise quant à lui la ligne comme la matière première de ses architectures oniriques qui s’avèrent être de véritables jeux de l’esprit.

Enfin, Laura Nillni conçoit des œuvres à géométrie variable tandis que Kevin Yu cherche le point de rupture en superposant des espaces dans une rigoureuse maîtrise de la géométrie. Jeux de lignes, d’ombre et de lumière à la Galerie Mordoch !

Miguel CHeVAlIeR, Nuage fractal [détail], 2014, oeuvre de réalité virtuelle sur écran LCD, logiciel Claude Micheli, 91 x 53 cm © Miguel Chevalier

informations pratiques :

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Matières Noires

« ANKOKU » Matières Noires à la galerie Da-End

Une
 exposition
 des
 œuvres
 de Toshimasa
 KIKUCHI,
 Sachiko
 KODAMA,
 Daïdo
 MORIYAMA,
 Satoki
NAGATA,
 Mihiko
OGAKI,
 Satoshi
SAÏKUSA,
Takeshi
SHIKAMA,
 ...

Christel Sadde

Christel Sadde, L’équilibre poétique

Parisienne, Christel Sadde est une artiste indépendante. Ses œuvres prennent la forme de sculptures ...