la Grande Galerie de l’Évolution expose cinq nouveaux spécimens

Jusqu’au 5 septembre 2016, trois lions et deux léopards rejoignent les 9500 spécimens de la Grande Galerie de l’Évolution du Jardin des Plantes.

Au carrefour des Sciences de la vie, de la Terre et de l’Homme, cela fait presque quatre cents ans que le Muséum national d’Histoire naturelle se consacre à la diversité biologique, géologique et culturelle et aux relations entre les sociétés humaines et la nature. Le 16 février dernier, les douanes ont remis au Muséum national d’Histoire naturelle six grands fauves taxidermisés : trois lions de Tanzanie et du Botswana, trois léopards de Tanzanie et du Zimbabwe et un buste de crocodile du Nil. Cinq d’entre eux intègrent aujourd’hui la Grande Galerie de l’Évolution dans laquelle les autres spécimens proviennent des immenses collections historiques de l’ancienne galerie de zoologie, inaugurée en 1889, peu après l’inauguration de la tour Eiffel.

Cela constitue un fait très rare car le droit international concernant le commerce des espèces menacées d’extinction est des plus rigoureux. C’est pour cela que le Muséum souhaite aujourd’hui exposer ces animaux au 1er étage de la Grande Galerie de l’Évolution, accueillant chaque année près de 700 000 visiteurs, afin de sensibiliser un peu plus le public aux enjeux de conservation et de protection de la faune sauvage. De nos jours, l’exposition permanente consacrée à l’évolution s’étend sur 6000m2.

Saisis par les douanes de Franche-Comté quelques mois plus tôt chez un particulier à Besançon, ces animaux rejoignent alors la collection inestimable du Muséum, composée de plus 67 millions de spécimens. Ils permettent ainsi d’enrichir un peu plus les connaissances sur ces grands animaux emblématiques d’Afrique en complétant la collection de fauves de l’institution.

Photo : Caravane africaine – Grande Galerie de l’Évolution © MNHN – Patrick Lafaite

© MNHN - Bernard Faye

MNHN-Bernard Faye
Vue in situ des trois lions présentés dans la Grande Galerie de l’Évolution

Hélène Waysbord : 20 ans, c'est jeune pour une vieille dame ! Histoires de la rénovation de la Grande Galerie de l'Evolution.

Informations pratiques

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité