• Participez au sixMic Crowfunding !

La Galerie Rabouan Moussion présente Farid Rasulov

Farid Rasulov

La galerie Rabouan Moussion poursuit son exploration des cultures émergentes et propose, après sa découverte à la 55e biennale de Venise, la première exposition personnelle en France de l’artiste azéri Farid Rasulov.

Farid Rasulov est un jeune artiste d’à peine trente ans qui s’adonne à la peinture, au graphisme, à la sculpture et à la réalisation d’animations. Il s’est retiré de la médecine après en avoir été diplômé à l’Université d’Etat d’ Azerbaïdjan en 2006 pour se lancer à la conquête de l’art contemporain. Conquête couverte de lauriers puisque Farid Rasulov a présenté une installation très appréciée,  « Carpe Interior » à la 55ème Biennale de Venise.

Ce plasticien va, à l’automne prochain, inaugurer sa toute première exposition personnelle en France, exposition qui se veut être un lien entre l’Orient et l’Occident, un dialogue entre deux mondes, deux styles  de vie, deux civilisations que tout oppose et entre lesquelles Farid Rasulov veut  nouer un contact.

Pour cela, il réalise des installations à l’aide d’intérieurs typiquement occidentaux comprenant tout  le mobilier de salon-salle à manger et des étagères pleines de livres qu’il recouvre entièrement de tissus sur lesquels courent  les mêmes motifs depuis des siècles, et qui sont à eux seuls les symboles des tapis de la région du Karabakh de son Azerbaïdjan natal.

Ces motifs islamistes, géométriques et floraux, deviennent le trait d’union que Farid Rasulov trace avec une inspiration énergique entre l’Occident et l’Orient. L’espace dans lequel nous plonge l’artiste est une invitation au dépaysement, au voyage mais aussi à la réflexion et au dialogue, dialogue auquel nous nous devons de toujours rester ouverts. Avec cette première exposition dans la capitale, Farid Rasulov rend non seulement  hommage à ses racines en donnant une version contemporaine originale et surprenante de cet art ancestral qu’est la tapisserie,  mais nous tend aussi la main  pour que l’ancienne route de la soie se transforme en un chemin de reconnaissance et de paix, à nous de la saisir.

« Ce n’est que progressivement que je réalise ce que signifie mon travail. En art comme dans la  vie, on passe son temps à apprendre. Chaque œuvre terminée, on doit réapprendre à créer,  c’est un processus permanent. »

Curateur de l’exposition : Azad Asifovich

Galerie Rabouan Moussion – 121 rue Vieille du Temple,75003 Paris – www.galerie-rabouan-moussion.com

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité