La Folle Journée met la Nature à l’honneur Nantes

La Folle Journée à Nantes

La Folle Journée à Nantes ! Par le nombre d’œuvres jouées, l’originalité de ses programmes, La Folle Journée touche chaque année de plus en plus de monde. 

Festival de musique classique organisé chaque année depuis 1995 à Nantes à la fin du mois de janvier ou au début de février, la Folle Journée est chaque année consacrée à un thème différent, à un compositeur ou plusieurs compositeurs d’une période donnée de l’histoire de la musique ; mais sa vocation demeure inchangée : ouvrir la musique classique à un public élargi, initié ou non, en proposant des concerts courts, n’excédant pas le plus souvent 45 minutes.

Des concerts, il n’y a que l’embarras du choix puisque plus de 300 sont proposés, pouvant commencer à 9 h du matin ou à 23h ce qui nécessite la présence de 1 800 musiciens. C’est pour cela que la Folle Journée de Nantes est devenue l’un des plus grands évènements de musique classique en Europe, satisfaisant tous les niveaux d’approche et tous les niveaux d’écoute en proposant, en plus des concerts, des analyses, des films et des conférences sur les compositeurs.

D’un week-end, le festival s’est vu prolongé à cinq jours, gagnant onze autres villes de la région des Pays de la Loire, et dès 2002, le concept de la Folle Journée s’exporte notamment à Bilbao, Tokyo et plus tard à Varsovie.

Le nom du festival fait référence à la pièce de théâtre de Beaumarchais « Le Mariage de Figaro ou La Folle Journée », qui a inspiré l’opéra Les Noces de Figaro de Mozart, premier compositeur « invité » en 1995.

Les premiers festivals ont été consacrés à un compositeur unique  :  Mozart ,  Beethoven,  Schubert,  Brahms,  Bach. Les suivants ont eu des sujets plus étendus : les compositeurs français entre 1830 et 1930, les compositeurs russes de 1850 à nos jours, les baroques italiens, la génération romantique de 1810, ou ont associé des compositeurs proches : Haydn et Mozart (2002), Beethoven et ses amis (2005), de Schütz à Bach (2009). Les années 2006 et 2007 ont été marquées par deux thèmes volontairement très européens : « L’Harmonie des Nations », de 1650 à 1750, et « L’Harmonie des Peuples » de 1860 à 1950.

2016 sera l’année de « la Nature », thème universel et transversal, les saisons, les paysages ou bien encore les éléments à travers la musique de la Renaissance au XXe siècle. De tout temps, les hommes ont été fascinés par l’alternance des saisons, la diversité des paysages ou le déchaînement des éléments, tentant de les traduire en musique.

On peut ainsi dire que la musique est véritablement née de la nature, et que celle-ci n’a cessé d’inspirer les musiciens à travers les âges. Dès l’époque de la Renaissance, et durant toute l’ère baroque, la musique est uniquement descriptive, les compositeurs se plaisant à imiter les bruits de la nature, notamment le chant des oiseaux : Clément Janequin, puis Jean-Philippe Rameau, François Couperin…

Au début du XVIIIème siècle, le compositeur français Jean-Féry Rebel s’attache à produire l’expression des quatre éléments, et déjà le regard sur la nature se fait plus contemplatif, avec les Quatre Saisons de Vivaldi.

Une longue tradition de musique pastorale s’en suit, avec Carl Stamitz (Le Jour variable) ou Justin Henri Knecht (Portrait musical de la nature), qui ouvrent la voie à la fameuse Symphonie Pastorale de Beethoven.

La nature, poussant à la contemplation et à la méditation, devient une confidente et joue un rôle essentiel chez les compositeurs romantiques, qui puisent l’inspiration dans leurs promenades solitaires : les œuvres de Schubert, Schumann, Liszt puis Brahmsen sont de vivants témoignages.

Plus près de nous, Gustav Mahler, Richard Strauss, et de Claude Debussy à Olivier Messiaen et Toru Takemitsu, en passant par Maurice Ravel ou Henri Dutilleux, la nature inspire la création artistique.

La Folle Journée de Nantes, du 3 au 7 février, donnera l’occasion d’écouter les oeuvres des compositeurs qui, de Couperin à Messaïen en passant par Beethoven et Ravel, ont été inspirés par la Nature. L’édition 2016 s’ouvre aussi à des styles musicaux actuels à l’image de l’étonnant groupe allemand Spark qui mélange avec bonheur classique et rock.

C’est le rôle de la Folle Journée que de rendre compte de ce foisonnement musical avec des ensembles musicaux très différents. Elle s’ouvrira ainsi également à des répertoires et à des styles musicaux actuels. Ainsi l’ensemble Ezra Bionic Orchestra et son Human Beat Box 2.0 ou encore le quintette Spark – Die Klassische Band. Formé en 2007, Il allie rigueur classique et puissance rock. Il devrait être une des attractions de la Folle Journée 2016.

Par le nombre d’œuvres jouées, l’originalité de ses programmes, La Folle Journée touche chaque année de plus en plus de monde. La Folle Journée est certes folle, mais elle revêt une dimension sociale, culturelle et pédagogique. Après la nature, elle noue entrainera en 2017 sur la thématique de la danse, puis de l’exil l’année suivante.

Informations pratiques

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

UniversCiné - UnCut

UniversCiné, lance sa nouvelle offre de VoD par abonnement : UnCut

UniversCiné est le fruit de la collaboration d'une cinquantaine de producteurs et distributeurs français ...

Kubb

Kubb, réinvente l’ordinateur

Architecturé autour des processeurs Intel Core de dernière génération, Kubb est compatible avec tous ...

Proche-Orient - Palmyre

Lancement d’un site internet sur le patrimoine du Proche-Orient

Le ministère de la Culture et de la Communication lance le site patrimoineprocheorient.fr. Il ...