La cote de popularité d’Emmanuel Macron est en forte baisse en juillet !

Emmanuel Macron 2017

La cote de popularité d’Emmanuel Macron est en forte baisse en juillet, avec 54% de satisfaits, soit dix points de moins qu’en juin, selon un sondage Ifop pour Le JDD. 

La popularité d’Emmanuel Macron est en forte baisse en juillet, avec 54 % de satisfaits, soit dix points de moins qu’en juin, selon un sondage Ifop pour le Journal du Dimanche (JDD). Le chef de l’Etat perd dix points en un mois dans le baromètre de l’exécutif réalisé par l’Ifop pour le JDD. Hormis Jacques Chirac, qui avait perdu 15 points entre mai et juillet 1995, c’est la plus forte baisse d’un président après trois mois au pouvoir. Le premier ministre Edouard Philippe enregistre quant à lui un reflux de 8 points. La fin de l’état de grâce se profile pour Emmanuel Macron.

L’enquête de l’Institut français d’opinion publique (Ifop) rapporte que 54% des Français se disent satisfaits du président Macron, contre 64% au mois de juin. Pour le président Macron, 47 % des sondés se disent « plutôt satisfaits (54 % en juin) et 7% sont « très satisfaits » (10 % en juin). Simultanément, le total des mécontents passe de 35 % à 43 % de juin à juillet, se répartissant entre « très mécontents » (15 % en juillet, contre 12 % en juin) et « plutôt mécontents » (de 23 % à 28 %). 3 % des sondés ne se prononcent pas contre 1% le mois dernier. Pour le chef du gouvernement Edouard Philippe, 52 % des sondés se montrent « plutôt satisfaits » (59 % un mois plus tôt) et 4 % se disent « très satisfaits » (- 1 %).

Chez les mécontents, 27 % se disent « plutôt mécontents (+ 3 %) et 10% « très mécontents » (+ 2 %). Le taux des personnes interrogées ne se prononçant pas passe de 4 % à 7 %. La baisse de popularité du Président est due selon plusieurs facteurs. La communication outrancière et l’autoritarisme d’Emmanuel Macron (notamment avec l’histoire du passe d’armes du général de Villiers) en seraient les raisons principales, explique Jérôme Fourquet, directeur du pôle opinion publique de l’Ifop : “Certains sondés critiquent à voix haute une présidence fondée sur la com’”, analyse-t-il dans le JDD.

L’enquête a été réalisée par l’Ifop auprès d’un échantillon de 1947 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas, du 17 au 22 juillet, par questionnaire auto-administré en ligne et par téléphone.

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Liberté Egalité Informés

Liberté Egalité Informés : Informer n’est pas un délit

Le collectif "Informer n'est pas un délit", qui rassemble de nombreux journalistes de la ...

paris plage 2015

Tel Aviv s’invite à Paris Plages Et crée la polémique…

Tel Aviv s’invite à Paris Plages Et crée la polémique…La journée « Tel-Aviv sur ...