• Participez au artsixMic Crowfunding !
  • Aidez-nous à bouger les choses !

L’ Artiere présente Max Pam avec l’album Promises To Keep

Artiere présente Max Pam avec l'album Promises To Keep

L’ Artiere Éditions présente l’album de Max Pam, un recueil de cartes, de photos / cartes postales et de notes, un véritable journal de Voyage !

Si vous aimez les produits finis de grande qualité et à l’esthétisme soigné, vous serez conquis par les volumes photograhiques dont se sont faits une spécialité les éditions L’Artiere. Nées en 2013 d’une idée de Gianluca et Gianmarco Gamberini, L’Artiere, dont la passion, le dévouement, la connaissance technique et l’artisanat sont les clés de voûte, s’adresse, non seulement à un public de photographes experts mais aussi à des passionnés ou à des personnes souhaitant tout simplement approfondir le travail d’un artiste photographe contemporain particulier , sans distinction de style, thèmes traités ni de techniques utilisées.

Grafiche dell’Artiere est à la base de l’expérience de L’Artiere Éditions : elle lui a transmis un remarquable savoir-faire technique et sa grande expérience dans le domaine de l’imprimerie, récompensée à plusieurs reprises. La conjugaison de deux talents convaincus que le livre imprimé est un objet destiné à rester et à acquérir de la valeur au fil des ans. La vocation de L’Artiere Éditions consiste à faire du livre un objet précieux, du point de vue esthétique et technique, susceptible d’être conservé par son possesseur. Ainsi, chaque volume est soigné dans les moindres détails, du choix du contenu au contact avec le photographe, en passant par le choix de la technique d’impression appropriée, au type de photos et à son emballage final.

Pour la saison estivale 2016, L’Artiere Éditions propose l’album de Max Pam, un recueil de cartes, de photos / cartes postales et de notes, qui en font un véritable journal de Voyage, voyage entamé  dans les années 1970, quand, sur un coup de tête il décide de relier Calcutta à Londres, en Coccinelle. il traverse l’Inde, le Pakistan, les hauteurs du Népal, arpente Bangkok, déambule dans Bombay, puis c’est le tour de Londres et de Paris avec, à chaque fois, un grand nombre de clichés réalisés. C’est au cours de ses pérégrinations qu’il développe son regard unique sur les contrées du monde et leurs habitants.

Max Pam, photographe australien, n’a eu de cesse de parcourir le monde. Son goût pour les voyages débute à l’adolescence. Passionné de surf il partait avec des amis au quatre coins de l’Australie pour y trouver la vague ultime.

Il nous raconte des histoires, la sienne et celle des autres, celle de pays lointains qu’il découvre, qu’il interprète à sa manière à l’aide d’un langage visuel qu’il a façonné petit à petit, faisant de la photographie son écriture à lui. Il en résulte une explosion d’images non sans rappeler l’âge d’or de la carte postale ! Pour Max Pam, faire de la photo c’est comme respirer, c’est vital et inné ; c’est cela qui explique que ses clichés sont imprégnés de spontanéité, de vie et de passion, violant tabous et préjugés. Il photographie, annote, relève détails et anecdotes, colle et retranscrit ses périples, les paysages traversés et les hommes rencontrés, car, grand humaniste, il s’intéresse aux gens de près, aime passer du temps avec eux, avoir un véritable échange.

Très intéressé par l’édition et par l’exercice du témoignage, il travaille sur la création de carnets de voyages photographiques; sous la forme de journal de bord, mêlant les différents médiums: le texte, les collages, les photographies, les coupures de journaux. Il tente de partager la magie et la diversité de ses voyages et de ses rencontres. « J’aurais pu toucher pratiquement toutes les personnes que j’ai photographiées et c’est une chose que j’aime réellement dans la photographie. Chaque rencontre, partout, devient inévitablement une petite, ou parfois une grande pièce de théâtre de rue. Il y a un libre échange d’idées de pose, de cadrage et d’angle de prise de vue, et souvent de longues conversations sur les raisons pour lesquelles je fais ça. Pourquoi vous êtes ici? Comment vous vous appelez? Combien de fois faites-vous l’amour à votre femme toutes les nuits? Vous m’enverrez les photos? Il n’y a pas de moment décisif, juste une curiosité mutuelle, et le théâtre de rue peut commencer. »

Les livres sont le support idéal de l’univers de ce photographe qui réinvente le monde depuis plus de 30 ans et qui, en marge de son métier de professeur à la Edith Cowan University de Perth, continue à parcourir le monde l’appareil de photo à la main. Max Pam « Promises To Keep » Curated by Laura Serani.

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?