• Participez au sixMic Crowfunding !

L’abbaye Saint-André vous invite à un voyage dans le monde des arbres

abbaye

L’abbaye Saint-André propose, toute la saison, une balade dans de somptueux jardins italiens et méditerranéens, face au palais des Papes et la visite des intérieurs d’un palais abbatial XVIIIe.

Caché dans l’enceinte du fort Saint-André de Villeneuve-lez-Avignon, le « Jardin Remarquable » de l’abbaye Saint-André se déploie en balcon, offrant aux visiteurs une vue imprenable sur le palais des Papes et les Alpilles d’un côté, le mont Ventoux et les dentelles de Montmirail de l’autre.

Poétiques, harmonieux et romantiques, ces jardins, qui conjuguent une mosaïque de patrimoines religieux à des parterres de style toscan du XVIIe, ornés de bassins et une pergola couverte de glycines et de roses, bosquets à la française, rocailles méditerranéennes, oliveraie centenaire, terrasses panoramiques… convient très souvent les arts dans leurs jardins du 1er mars au 1er novembre et la programmation culturelle 2017 qui ne compte pas moins de six expositions temporaires est des plus riches et des plus attirantes.

Du 1er mars au 26 avril : exposition du photographe botaniste Cédric Pollet qui ouvre un cycle intense

Photographe botaniste et ingénieur paysagiste de formation, cela fait pratiquement vingt ans que Cédric Pollet photographie la nature, et plus exactement l’écorce des arbres suite à sa rencontre en Angleterre avec un vénérable chêne pluriséculaire au tronc tourmenté pour lequel il eut un véritable coup de foudre! A partir de ce jour, les écorces, sujet quasiment jamais traité dans la littérature horticole, furent au centre de ses recherches. Cédric Pollet a ainsi parcouru plus de 35 pays, identifiant environ 500 espèces de plantes à écorces remarquables, des feuillus, connifères, palmiers, bambous, fougères et autres plantes succulentes arborescentes, ce qui lui a permis de constituer une photothèque de plus de 20 000 clichés botaniques, ce qui représente une collection unique au monde de plus de 700 échantillons bruts et différents d’écorces.

Outre ces imposantes photos d’écorce, les visiteurs pourront admirer une collection d’écorces brutes, unique au monde, récoltée durant presque 20 ans d’explorations botaniques sur toute la planète : une phloiothèque.

Depuis dix ans, Cédric Pollet parcourt la France et l’Angleterre à la recherche des plus beaux jardins qu’il préfère arpenter l’hiver, recherchant la féérie de leurs couleurs. Sous la neige et le givre, les arbres aux écorces remarquables, arbustes aux tiges intensément colorées et plantes aux feuillages persistants ou aux floraisons hivernales révèlent un univers unique, majestueux et magique.

Parallèlement à la visite des jardins de l’abbaye, des expositions sont organisées, l’art étant intimement lié à Saint-André ; outre des résidences d’artistes, un espace de 200m2, consacré à l’art contemporain, accueillera en rez-de-jardin les thèmes « Au plus près de la nature » et « Figuratif & lumière du Sud ».

« Arrêt sur nature », du 29 avril au 5 juin

Une exposition où de somptueuses planches botaniques côtoient des créations photographiques puisant dans la matière végétale, c’est ce que nous proposent deux artistes : L’illustratrice Sylvie Pélissier, de la Société Française d’Illustration Botanique, qui fait montre d’une minutie d’orfèvre dans ses aquarelles botaniques et Chantal Pommier qui sublime les textures et les couleurs réelles du jardin.

« Je est un autre », peintures de Gaëtan de Seguin, du 7 juin au 9 juillet

Gaëtan de Séguin déroule ici une série avec la foule comme objet. « Cette foule constituée d’une multitude de silhouettes presque identiques mais toutes singulières. Des êtres qui deviennent motifs. Récurrent, obsédant, grouillant, reconstituant une vie nouvelle, un être nouveau ». Une foule dont parfois s’échappe une silhouette qui fait front pour se démarquer des autres.

« Entre Provence et Camargue » Rétrospective Jean Coulot du 11 juillet au 13 août

À contre-courant des artistes des années 50, Jean Coulot (1928-2010) a consacré toutes ses forces à s’exprimer en termes figuratifs. Ses femmes, rochers, reliefs, oiseaux, bateaux, sont décrits uniquement par leurs contours et les couleurs que l’artiste leur a octroyé. Cette rétrospective méditerranéenne de Jean Coulot couvre une trentaine d’années à partir de 1960, abordant les paysages à Antibes, Sanary, et dans l’arrière-pays, pour ensuite filer vers la Camargue et l’étang deVaccarès, toujours sous un soleil écrasant.

« Céramiques sauvages », par Olivia Trégaut, Catherine Chaillou et Christine Viennet, du 16 août au 3 septembre

À fleur de peau, d’écailles ou de plumes, ces créatures sauvages d’ici ou d’ailleurs, terrestres ou maritimes nous hypnotisent. Un incroyable bestiaire hyper réaliste imaginé par trois talentueuses céramistes  qui nous ramène à la genèse d’un monde sans l’homme, brut et grandiose.

« Atelier de curiosités », rétrospective à sa façon, d'Yvon Taillandier, du 6 septembre au 1er novembre

Yvon Taillandier, l’un des maîtres de la figuration libératrice, sera le point d’orgue de cette année 2017. L’artiste va ici nous confier un peu de son monde fantasque et foisonnant, toujours plein d’allégresse son Taillandier-Land, sous la forme d’un cabinet de curiosités débridé recréant l’ambiance de son atelier nîmois parisien.

Informations pratiques :

  • Touche-à-Tout, depuis la photographie, l'écriture, la mise en page et les reportages vidéos

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?