l’abbaye Saint-André fête le centenaire de sa renaissance

abbaye Saint-André

« L’Aventure Saint-André » une exposition centenaire sur la renaissance de l’abbaye Saint-André

C’est l’artiste-mécène Gustave Fayet, aïeul de la famille Viennet, qui a sauvé l’abbaye Saint-André de l’abandon ; c’était en 1916, et depuis, ce somptueux palais abbatial du XVIIIe qui domine le Palais des Papes s’est métamorphosé. Ce Monument Historique et son jardin labellisé « Remarquable », sont ouverts à la visite du 1er mars au 30 octobre et animés par de nombreux événements culturels. En 2016, le programme sera encore plus séduisant puisque l’Abbaye fête le centenaire de sa renaissance, un merveilleux prétexte pour faire revivre l’aventure de cette renaissance.

Exposition centenaire du 7 mai au 30 octobre / 1916-2016 « L’Aventure Saint-André »

C’est une émouvante rétrospective qui va prendre place dans le nouvel espace d’exposition de l’abbaye ainsi que dans les jardins. Des photos, ouvrages, peintures, dédicaces et objets personnels retraceront ce centenaire au travers de trois figures emblématiques des lieux, qui ont marqués l’abbaye par leurs actions et leurs extraordinaires sensibilités : Gustave Fayet, Elsa Koeberlé et Roseline Bacou.

L’artiste, mécène et ami de Gauguin et Redon, Gustave Fayet est le premier à entrer en scène, faisant l’acquisition de l’abbaye Saint-André en 1916 pour sauver ce patrimoine et la confie à son amie poétesse Elsa Koeberlé qui en avait fait la découverte. Tous deux étant tombés sous le charme du site.

Cette artiste alsacienne va opérer les premières grandes mutations dans un style remarquable, la rénovation du rez-de jardin de l’abbaye où elle habitera avec son amie peintre Genia Lioubow et la création très personnelle des parterres à l’italienne, bassins, roseraie, pergola.

A la mort d’Elsa Koeberlé, en 1950, c’est la petite-fille de Gustave Fayet, Roseline Bacou, à peine âgé de 27 ans, future conservatrice du cabinet de dessins du Louvre, qui va prendre la suite de ces travaux, ouvrant les salons du haut, créant les jardins méditerranéens, mettant à jour les assisses des églises et les arcades du cloître, redonnant sa physionomie d’origine à la chapelle de Sainte-Casarie… jusqu’à ouvrir le palais abbatial au public en 1990 : la consécration du rêve d’une vie. Pétris d’art, ces trois personnages vont faire de l’Abbaye un havre de culture, ouvert aux artistes comme Paul Claudel, Robert Doisneau… Un art de vivre singulier, plein de fantaisie, tourné vers les arts et les lettres.

Le vendredi 6 mai, à 14h30 et sur réservation, une conférence ouvrira l’exposition et permettra de mieux cerner ces personnages fondateurs et leur influence. La biographe d’Elsa Koeberle, Gisèle Loth va revenir sur la jeunesse alsacienne de la poétesse ; Magalie Rougeot, historienne de l’art et spécialiste de Gustave Fayet, va aborder son attirance pour La Provence et Pierre Provoyeur, directeur de FRAME en France, va éclairer le public sur le travail muséographique de Roseline Bacou dans la région d’Avignon et son action au Louvre.

Un agenda culturel qui convie tous les arts au jardin

Le nouvel espace d’exposition va prendre place dans les anciennes cuisines de l’abbaye, et sera inauguré avec l’accrochage du collectif d’artistes PRISME sur l’univers d’Alice aux Pays des Merveilles. « Alice & ses Merveilles » est le fruit d’une expérimentation menée par huit artistes femmes qui travaillent sur des thèmes communs confrontant leurs points de vue, leurs matières dans un ensemble « poly-tonique ». Dans cette exposition de peinture, le propos n’est pas d’illustrer le conte de Lewis Caroll mais de reproduire ses décalages. L’enchaînement loufoque de la narration offre couleurs, pertes d’équilibre et métamorphoses : autant d’appels à peindre !

Exposition « Alice & ses Merveilles » du 2 au 17 avril, accès par la billetterie des jardins

Les Rendez-vous aux Jardins : ateliers pour les enfants autour des fruits et légumes/ les 4 et 5 juin. A la manière d’Arcimboldo, les enfants vont, durant le samedi, jouer avec la couleur des fleurs séchées, aromatiques et graines et réaliser un beau portrait coloré, aux curieuses matières toutes issues de la nature ! Le dimanche, à travers un jeu de l’oie, le jeune public va participer à une découverte sensorielle des fruits et légumes qui n’auront plus de secret, même les plus petits vont devoir reconnaitre des odeurs, des saveurs, des textures, des bruits… à partir de fruits et légumes frais de saison (1,2,3…5 Sens).

Visite de nuit des jardins de l’Abbaye, à la lueur des lanternes /en août, les mercredis soir 3, 10, 17 août et samedi 3 septembre, à 20h30

Des visites nocturnes des magnifiques jardins, avec en toile de fond le palais abbatial, sont organisées par l’office de tourisme de Villeneuve-lez-Avignon. Une façon originale, lanternes à la main, de découvrir le passé prestigieux de ce lieu historique, dans l’intimité de la nuit.

8e édition de l’Abbyac : l’art contemporain surgit des jardins de l’abbaye/ du 25 août au 4 septembre

Les jardins de l’abbaye forment un amphithéâtre de verdure, riche de perspectives, idéal pour accueillir cette exposition d’art contemporain qui regroupe près d’une vingtaine d’artistes : sculpteurs, céramistes, plasticiens, peintres, verriers, graveurs, photographes… Le temps d’une promenade intime le long des allées, des parterres à l’italienne ou de la terrasse panoramique, chaque sculpture se révèle au visiteur en pleine nature.

Côté sculptures : Dominique Coutelle, Jaana Myöhänen, Gérard Fournier, Ruta Jusionyte, Francis Guerrier, Tetsuo Harada, Philippe Gourier, David Logan, Michel Wohlfahrt, Félix Valdelièvre, Véronique Wirth… Côté peinture, techniques mixtes (sous les voûtes) : Anne Lacouture, Raymond Guerrier, Valérie Anjoras…

l’abbaye Saint-André - Jardin

l’abbaye Saint-André - jardins

l’abbaye Saint-André - Plan

l’abbaye Saint-André - plan

l’abbaye Saint-André

l’abbaye Saint-André - Le Palais Abbatial

l’abbaye Saint-André - Palais Abbatial

Informations pratiques

Abbaye Saint-André
Fort Saint-André
Rue Montée du Fort
30400 – Villeneuve-lès-Avignon

http://www.abbayesaintandre.fr/

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

galerie felli

La Galerie Felli… Au cœur du Marais

Fidèle à cette politique artistique, la galerie Felli accueille, du 19 mai au 19 ...

soldats inconnus

Antoine Schneck « Soldats inconnus » à l’Arc de triomphe

Les photographies d'Antoine Schneck représentent une sélection d’uniformes portés par des soldats de quelques-uns ...

La-Maison-des-Artistes

Une épée de Damoclès menace la Maison des Artistes

  Créée en 1952 par des artistes soucieux qu’un esprit d’entraide et de solidarité ...