• Participez au artsixMic Crowfunding !
  • Aidez-nous à bouger les choses !

Juliette Bates s’expose à La Belle Juliette

Juliette Bates

La Galerie Esther Woerdehoff et la Galerie Photographique de l’Hôtel La Belle Juliette présente du 18 mars au 31 mai 2015 « Ailes, Plumes et Terre – Histoires Naturelles », une exposition de Juliette Bates. Délibérément du côté du rêve, Juliette Bates nous entraîne dans un conte extraordinaire et énigmatique.

D’emblée le silence s’impose alors que nous pénétrons dans une forêt brumeuse. Puis une étrange silhouette féminine nous apparaît au pied d’une falaise. Elle nous entraîne chez elle et nous la suivons, intrigués et subjugués. Le silence est partout dans son intérieur immaculé ou tapissé de velours. Seuls le bruissement de l’étoffe ou le battement d’ailes de papillons semblent perturber cette quiétude. Un calme pourtant si étrange.

Nous nous rendons compte finalement que cette silhouette sombre et élégante est une collectionneuse. Elle compose et crée autour d’elle un cabinet de curiosités où des éléments de la faune et de la flore sont prisonniers. Captifs volontaires ou sous l’emprise de leur maîtresse, des liens visibles ou sentimentaux attachent insectes, oiseaux, fleurs à cette délicate présence féminine. C’est la beauté qui semble guider cette dernière dans le choix de ses otages. Ils deviennent les pièces vivantes d’un univers parfait, harmonieux, mais inquiétant. Celui que la dame en noir se compose.

Dans ces mises en scènes photographiques d’une grande imagination et d’une grande maîtrise technique, Juliette Bates construit un passage entre le conscient et l’inconscient, en jouant avec les symboles et les atmosphères.

Isolément chaque photographie dégage un mystère particulier. Réunies, les images de Juliette Bates nous attrapent, telles les proies de cette dame en noir. Ne devenons-nous pas nous-mêmes les prisonniers consentants de l’artiste ?

Photo : © Juliette Bates, courtesy Galerie Esther Woerdehoff

Juliette Bates

Juliette Bates est née en 1983, à Paris où elle vit et travaille. En 2007, elle obtient une maîtrise en Histoire de l’Art sur le thème de la photographie des phénomènes de foire à la fin du XIXème siècle aux Etats-Unis et en France. Juliette Bates décide alors de se consacrer à la pratique et de réaliser ses propres phographies.

Elle intègre l’école Icart Photo, dont elle sort diplômée en 2011. Alliant un goût marqué pour les arts graphiques, les curiosités et les scènes troublées d’absurde, elle explore par la photographie des thématiques qui l’interpellent : la confrontation de l’homme et de la nature, la fuite du temps, une certaine fragilité…

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité