Johnny, Sheila, les People YéYé ça déménagent encore!

Sheila

LES CONFIDENCES DE JOHNNY

Infatigable, la prochaine tournée de Johnny, qui sera sa 183ème , compte 150 dates ! On vient de l’applaudir dans les plus grands festivals français (Big Festival de Biarritz, les Francofolies de La Rochelle…) après lesquels il a annoncé : « Les festivals, c’est bien parce qu’il y a d’autres artistes. J’aime bien partager la scène avec d’autres artistes. Il y a une ambiance qu’il n’y a pas dans les concerts normaux« , et il s’empresse d’ajouter que pour lui, la musique passe principalement par la scène : « Je préfère aller en tournée que de faire des disques. Aller en studio, au bout d’un moment, ça me gonfle un peu pour dire la vérité. Ce que j’adore, devant un public, c’est de faire ce que je fais de mieux, c’est-à-dire de faire des chansons pour les gens qui sont dans la salle« .
Johnny revient donc avec un show inédit de 2h30, mix entre les morceaux de son nouvel album, « Rester Vivant » et les tubes qui ont fait sa légende. Comme d’habitude, tout est nouveau, des effets spéciaux aux nouveaux effets de son et lumière, le tout orchestré par les meilleurs techniciens et ingénieurs notamment ceux de Mylène Farmer pour les lumières.

A chaque concert, c’est quelques vingt techniciens qui déchargent et installent près de quatre semi-remorques de matériel, quinze choristes et musiciens, mais malgré cette organisation quasi militaire, Johnny laisse toujours une place importante à l’improvisation : « Moi, je n’aime pas trop faire les mêmes choses à chaque spectacle. Après, on a l’impression de faire le même spectacle. Et puis il y a des gens qui sont venus au spectacle qui vont revenir, je n’ai pas envie de leur faire écouter les chansons qu’on a déjà chanté la dernière fois ».
Le temps n’a pas d’emprise sur Johnny !

JOYEUX ANNIVERSAIRE…SHEILA !

Ce dimanche, Sheila a fêté ses 70 ans ! Après 53 ans de carrière, les français l’aiment toujours autant et elle enchaîne les concerts, ayant fait une dizaine de dates cet été et reprenant en octobre.… Qu’on l’aime ou pas, Sheila est à elle seule une page de la variété française, depuis l’époque des sixties au « Top 50 » en passant par les années disco. Sa carrière internationale lui a permis de vendre 85 millions de disques, et dans les années 1960, un disque d’or, c’était un million de copies et non pas comme aujourd’hui 50 000. A 70 ans (qu’elle ne fait pas et qu’elle n’a pas la sensation d’avoir), elle s’avoue pleine de projets.

Continuer à chanter certes, faire également de la scène, mais sans forcément enregistrer un nouveau disque ; Sheila serait plutôt à la recherche d’une collaboration, d’une idée, d’un projet qui la ferait aller de l’avant. Sheila avoue en avoir assez de chanter ses anciens tubes, préférant son dernier album, mais elle est attentive à son public qui lui, aime entendre ses vieilles chansons…Alors elle leur chante façon salsa et tout le monde est content ! « Quand je fais « les Rois mages » en version salsa, je m’éclate dit-elle. » La version originale, elle me sort par les trous de nez ».

CLO-CLO…CETTE ANNEE LA !

Parmi les tubes de Claude François, nous avons tous fredonné : « Cette année-là, je chantais pour la première fois. Le public ne me connaissait pas. Quelle année, cette année-là« . Or, peu de fan de clo-clo savent réellement à quelle année le chanteur faisait référence dans cette chanson qui a fait danser la France entière en 1976 et qui a été vendue à plus de 600 000 exemplaires. En fait, cette chanson est aussi personnelle que nostalgique, puisque Claude François y revient sur les débuts de sa carrière, 14 ans plus tôt. Il rend ainsi hommage à ses tous premiers fans qui l’ont aimé et encouragé alors qu’il ne correspondait pas du tout au style des rockeurs de l’époque yéyé.

Claude François insiste pour faire apparaître cette chanson sur son prochain 45 tours et demande aux meilleurs paroliers de l’époque de se pencher sur des paroles en français. L’égo du chanteur est flatté par la version que l’on connait, où son succès est associé aux grands événements de l’année 1962 (la mort de Marilyn Monroe, le rock’n’roll, le satellite Spoutnik, les Beatles…). D’abord placé sur la face B du disque La solitude c’est après, il devient rapidement évident que Cette année-là l’emporte sur le premier morceau. La chanson fait alors l’objet d’un nouveau disque et c’est là que son succès explose. A la mi-juillet, l’album est N°1 des ventes.

Notre clo-clo est indémodable, la preuve en est que Yannick, jeune rappeur de 24 ans en a fait son fond de commerce dans les années 2000. Alors qu’il cherchait un son accrocheur pour son album, le jeune homme se rend compte lors d’un mariage, que la chanson de l’ex-idole fait se lever petits et grands. Le lendemain, il écrit Ces soirées-là. Le jeune homme en vendra 1 700 000 exemplaires.

Photo : DR

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

lune

Mettez la lune dans votre salon…

La lune, ses cratères, ses ombres, tout est là pour vous faire rêver et ...

marc-facebook

Facebook : un bouton calin ?

Quelques nuances plus tard et désormais qualifié de bouton d'empathie, il semblerait que Facebook ...

Magnum - Cara Delevingne et Jeremy Scott

Osez Magnum Double avec Cara Delevingne et Jeremy Scott

Marque synonyme dans le monde entier de plaisir glacé et chocolaté, Magnum dévoile sa ...