• Participez au sixMic Crowfunding !

Jimmy Nelson « Before they pass away »

@Jimmy-Nelson-Kazakh,-Altantsogts,-Bayan-Olgii,-Mongolia,-2011

Jimmy Nelson : La nouvelle exposition du photo-journaliste

Né en Angleterre, Jimmy Nelson partage son enfance entre l’Afrique, l’Asie et l’Amérique du Sud. Après ses études, il passe une année à arpenter le Tibet à pied, photographiant l’intégralité de son voyage. A son retour, il commence à travailler en tant que photo-journaliste professionnel et couvre des thèmes aussi multiples et variés que l’implication de la Russie en Afghanistan et le conflit en cours entre l’Inde et le Pakistan au Cachemire au début de la guerre en ex-Yougoslavie.

Au début des années 90, assisté de sa femme Ashkaine Hora Adema, il parcourt la Chine durant 36 mois afin de produire le livre « Portraits littéraires de la Chine » et arpente le pays pendant 36 mois. Les photos ont été exposées dans le palais des enfants sur la place Tiananmen à Pékin, suivie d’une tournée dans le monde entier.

A partir de 1997 Nelson rejoint le secteur de la publicité. C’est en 2009, qu’il  commence à travailler sur son projet le plus important à ce jour, « Avant qu’ils passent ». Pour cela, Il  voyage pendant 3 ans et  photographie à l’aide d’un appareil photo 4X5, vieux de 50 ans, plus de 35 tribus indigènes à travers le monde en Europe, Asie, Afrique, Amérique du Sud, et le Pacifique Sud, parmi lesquelles les Huli tribus et Kalam de la Nouvelle-Guinée , le Tsaatan de la Mongolie et des personnes Mursi de la rivière Omo vallée dans le sud de l’ Ethiopie.

La Hune accueille Jimmy Nelson à l’occasion de sa nouvelle exposition, l’occasion rêvée d’admirer ses œuvres qui s’inscrivent dans le cadre de cette grandiose aventure commencée en 2010 et qui l’a conduit aux quatre coins du monde.

« Before they pass away », grâce à la passion, au talent et à la technique photographique de Jimmy Nelson, est, à la fois, un véritable recensement des cultures autochtones et un héritage visuel pour les générations à venir.

Le photographe globe-trotter met en scène ses personnages au sein de leurs habitats, avec leurs coiffes et costumes traditionnels et leurs peintures corporelles, qui font transparaître leurs rites, coutumes et traditions si souvent oubliées ou méconnues.

Une superbe et unique exposition dans laquelle chacun prendra conscience de l’importance du rôle que tient la nature pour ces tribus ; une exposition qui, de ce fait, est un appel à une réelle prise de conscience.

37 tirages de peuples autochtones vivant à l’écart de la mondialisation.

Tags:

  • Touche-à-Tout, depuis la photographie, l'écriture, la mise en page et les reportages vidéos

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité