• Participez au sixMic Crowfunding !

Jérôme Dreyfuss signe le nouveau né, Jean-Paul

Jérôme Dreyfuss signe le nouveau né, Jean-Paul

Aurélie Dupont : Des bras d’une perfection absolue, un travail de pieds idéal, des équilibres qui viennent comme un rayon de lune, un engagement de tout instant font d’elle aujourd’hui la « prima ballerina assoluta » de l’Opéra. Pierre Combescot – 2006

Architecte de la forme généreuse aux détails astucieux, artisan du chic décontracté, façonneur des matières, créatif exigeant, Jérôme Dreyfuss a fait de Billy, Carlos, Albert, Anatole, Bobi, Edouard, Eliot, Florent, Gary, Johan, Mario, Martin, Maurice, Momo, Nestor, Nicolas, Paco, Raoul, Raymond, Roger, Twee, Victor, Virgile… des objets de désir, à carrures idéales, à l’allure raffinée, au maintien exemplaire que les femmes cajolent, étreignent et au bras desquels, elles se baladent partout. (Les hommes s’affichent avec Abel, Arnaud, Diego, Dimitri, Franky, Jason, Marc, Roland ou encore Thomas avec fierté.) Aujourd’hui Jérôme Dreyfuss signe le nouveau né, Jean-Paul.

Jérôme Dreyfuss confie sa nouvelle campagne de publicité à Jean-Paul Goude. Une rencontre de deux artisans de la création avec la grâce et la beauté d’Aurélie Dupont. Pour ces deux créateurs la vie et l’œuvre semblent indissociables. Jérôme crée des sacs, sous l’impulsion des femmes qui l’entourent, Jean-Paul, pygmalion, crée, exalté par quelques figures féminines. Tous deux ont un regard empreint d’humour et de légèreté.

Danseur de formation et fils de danseuse, Jean-Paul Goude faiseur d’images au goût inaltérable pour le corps, met en scène l’étoile Aurélie Dupont avec Maurice le viril, Bobi le pionnier et Jean-Paul l’espiègle dans une série de trois images, peau contre peau.

L’image à la fois friponne, sensuelle, fétichiste et légère est une allégorie de l’amour, troublante par son élégance charnelle et par la fusion de la danseuse avec son sac. Elle le désire, nous les désirons. Jean-Paul Goude signe une campagne à son image, maniant l’arabesque et le coup de ciseau avec toujours autant de brio.

Jérôme Dreyfuss

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité