• Participez au artsixMic Crowfunding !
  • Aidez-nous à bouger les choses !

Jean-Michel Basquiat « carnets de notes inédits » au Musée Brooklyn de New York

On pensait avoir tout dit sur Jean-Michel Basquiat, on pensait tout en connaître et pourtant, 27 ans après sa mort, des carnets de notes inédits vont être révélés au grand public dont huit d’entre eux vont être exposés le mois prochain au Brooklyn Museum de New York au sein de l’exposition « The Unknown Notebooks » (« les carnets secrets »). Avant d’être peintre, Jean-Michel Basquiat fut graffeur, et ses graffitis furent assimilés à de la poésie car Basquiat, armé de ses bombes et marqueurs pulvérisait des mots et des paroles pour transmettre ses messages.

Ses supports ? Tout et n’importe quoi ; emporté par l’inspiration, cela allait de carnets aux murs à des pulls molletonnés, en passant par les portes de réfrigérateurs sur lesquels il inscrivait des jeux de mots, des croquis, des anecdotes reflétant tout ce qui avait retenu son attention telles des scènes de la rue, des annotations sur le monde, la vie, la culture populaire, et ses réflexions personnelles sur les races et les classes sociales.

Tout influençait Basquiat, la bande dessinée, la publicité, les croquis des enfants, le Pop Art, le hip-hop, la politique et la vie quotidienne. Insatiable curieux, il gribouillait sur ses supports les indices qui allaient donner naissance à ses grands formats tels des débuts de squelette, de visages grimaçants, ce qui prouve de l’incessante interaction entre le texte et les images.

Assoiffé de créer, imaginatif en constante ébullition, c’est avec curiosité et passion que les admirateurs de Basquiat pourront admirer huit de ses carnets de la collection de Larry Warsh, soit 160 pages, le mois prochain au Musée de Brooklyn, les quatre plus « encombrés » datant des années 1980 et 81. Un très joli catalogue sera édité à l’occasion de cette exposition.

Voir aussi sur artsixMic : Ernest Pépin « Le griot de la peinture »  dans l’intimité de Jean-Michel Basquiat

Jean-Michel Basquiat, 1987, in his New York studio (all portraits in the story are previously unpublished).CreditTseng Kwong Chi © Muna Tseng Dance Projects, Inc., New York

Informations pratiques

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Monsengo Shula

Beauté Congo 1926-2015 – Congo Kitoko

Pour sa saison estivale et jusqu'au 15 novembre 2015, la Fondation Cartier pour l’art ...

Mark Rothko

Mark Rothko in the Gemeentemuseum de La Haye

Le Gemeentemuseum de La Haye propose jusqu'au au 1er mars 2015 une importante exposition ...