Jean Luc Moerman au MAG – Montreux Art Gallery

Jean-Luc Moerman, Untitled (JLM019), 2012, felt tip pen on paper, 145 x 180 cm.

Né en 1967 à Bruxelles où il réside, Jean-Luc Moerman est un artiste dont l’originalité de la recherche picturale a retenu toute l’attention de la scène internationale de l’art contemporain. Marilyn Monroe, Madonna, Cindy Crawford ou le président Barack Obama, tous ont eu le privilège d’être scarifié, d’être mis en noir et en trait par l’artiste. Ses motifs biomorphiques qu’il dessine sur les corps et sur les visages deviennent ainsi de fait sa signature.


Jean-Luc Moerman a entamé sa carrière d’artiste au début des 90 dans les rues de Bruxelles, hors du monde institutionnel de l’art. C’est durant ces années qu’il a commencé à développer ses premières formes biomorphiques, tout d’abord sur des autocollants, qui ont rapidement envahi le paysage urbain. Depuis sa première exposition solo en 1995, Moerman a fait preuve d’une exceptionnelle et prolifique capacité à créer, à inventer et à se sublimer.

Ses œuvres sont présentes dans de nombreuses galeries, musées et collections privées, telle la collection Olbricht, Berlin, La Maison Rouge, le Musée d’Art Moderne de Paris, au Luxembourg, au Musée d’Ixelles de Bruxelles, au Musée des Beaux-Arts de Calais, au MOCAde Shanghai, à la Fondation Art Drapeau de New York etc…

Ses racines sont dans l’art de la rue, mais son travail est surtout multiforme, il oscille entre le dessin organique, la peinture psychédélique, le design biomorphique et la pop et encore et toujours a travers le dessin qui est sa maison mère. A partir de zéro, sans outils, juste la main de l’artiste engendre la ligne et l’emmène très loin au delà de l’univers. Le travail de Moerman s’appuie sur la tradition du motif, de l’histoire et de la symbolique du tatouage. La découverte de ses toiles entièrement recouvertes d’entrelacs, donne la dimension du talent de l’artiste. Représenté par la Galerie le Cercle, au MAG – Montreux Art Gallery, Jean-Luc Moerman a joué avec le célèbre James et  avec une partie des conquêtes féminines de ce célèbre 007, une manière à lui de célébrer la sortie de Spectre ce mois-ci dans les salles de France et de bien d’autres pays.

Photo : Jean-Luc Moerman, Untitled (JLM019), 2012, felt tip pen on paper, 145 x 180 cm.

Jean Luc Moerman au MAG - Montreux Art Gallery

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

José Medeiros, Instituto Moreira Salles

Modernités. Photographie brésilienne (1940-1964)

Du 5 mai au 25 juillet, la fondation Calouste Gulbenkian à Paris accueille l’exposition ...

Léopold BURTHE

Métamorphoses au Pavillon de verre du Louvre-Lens

"La majesté et l'amour n'habitent pas la même demeure". Ce très beau vers fait ...