Henri Manguin : Un fauve chez Bonnard !

Henri Manguin

Le musée Bonnard du Cannet consacre sa saison estivale et jusqu’au 31 octobre prochain à Henri Manguin, ami de Pierre Bonnard à qui il fit découvrir le Midi. Le musée a choisi de présenter près de 70 œuvres mettant en évidence le travail de l’artiste de la période d’avant-guerre de 1900 à 1914, dont les sujets récurrents, sa famille, Jeanne – sa femme et muse – le paysage et la couleur marquent l’attrait du peintre pour la Méditerranée, les débuts et l’émergence du fauvisme et la différence de peinture de Manguin connu pour ses couleurs chaudes par rapport à ses contemporains Bonnard et Matisse.

Les œuvres de cette époque font alors scandale au salon d’automne de Paris en 1905. Un critique d’art compare alors les peintures aux couleurs éclatantes à des « Fauve », d’où la naissance de ce nouveau mouvement artistique. « La critique s’est élevée contre cette couleur qui été utilisée pure, sans mélange, les peintres peignaient leur sentiment de la nature avec des tons exacerbés« , explique Véronique Serrano, conservateur du musée Bonnard.

Dans l’atelier d’Henri Manguin de la rue Boursault à Paris, comme dans ses maisons de Saint-Tropez sont accueillis fréquemment ses amis Henri Matisse, Albert Marquet, Charles Camoin, Henri Lebasque et bien sûr Pierre Bonnard. Henri Manguin et Pierre Bonnard sont tellement proches qu’ils partent en vacances ensemble dans le sud de la France. « C’est Manguin qui invite pour la première fois Bonnard à Saint-Tropez et qui lui fait découvrir le bassin méditerranéen« , raconte Véronique Serrano : La lumière infinie de la Méditerranée marquera la peinture de l’un comme de l’autre. Une profonde amitié liait les deux artistes qui fréquentaient les mêmes marchands et les mêmes collectionneurs. Leurs inspirations étaient proches : la nature, leur femme. Une bien belle exposition, emplie de lumière et d’émotion, et qui met également en lumière la relation étroite de Manguin avec les Hahnloser, couple de collectionneurs de Winterthur, auxquels il conseille, un temps, les orientations artistiques.

Henri Manguin. Un fauve chez Bonnard

Informations pratiques

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité