Hanieh Delecroix « Rencontre »

Hanieh Delacroix

Hanieh Delecroix psychologue clinicienne et psychothérapeute, spécialisée dans la petite enfance et les adultes souffrant de maladies chroniques, se consacre aujourd’hui entièrement à sa carrière artistique en laissant une place prépondérante à la réflexion psychanalytique au sein de son travail.

La relation entre l’esprit et le corps, en particulier l’esprit d’un corps abîmé, ainsi que l’interaction entre deux personnes occupe néanmoins une place prépondérante dans son art. Le choix de deux couleurs vient parfaitement illustrer la sensibilité de l’artiste à la relation entre deux personnes et l’étayage entre deux personnes dans l’histoire d’une rencontre.

Les nuances de noir et de bleu prédominent dans ses tableaux, et particulièrement les teintes de bleu de cobalt, d’outremer et ciel qu’elle applique généralement en larges mouvements à l’aide d’un couteau à palette, créant des formes abstraites qui semblent être « écrites ». Elle préfère le papier translucide ou la toile filée en raison de sa fragilité, de sa symbolique, et de son extrême finesse. « Une craquelure dans la peinture, une déchirure dans le papier ou le tissus devient une sorte de stigmate », explique-t-elle. « C’est la vie. Nous disons toujours aux enfants de ne pas toucher aux objets de peur qu’ils ne les cassent, mais dans la vie, il faut toucher et prendre des risques. » Dans cette exposition l’artiste met en scène, avec d’autres artistes avec qui elle a collaboré durant ces deux dernières années, une exposition onirique. A travers ces différents artistes et divers medias, comme la peinture, la vidéo et les sciences, Hanieh Delecroix souligne la richesse des possibles lorsque deux personnes collaborent en harmonie. Le travail de l’un venant étayer le regard créatif de l’autre. Le résultat en est « Rencontre », une collection de travaux pluridisciplinaires représentant la silhouette du corps et la psyché humaine sur fond de sciences mathématiques et média audiovisuel.Le tout évoque une réponse émotionnelle puissante.

Exposition du 7 au 19 Octobre 2014

Hanieh Delecroix rencontre Laurent Derobert :

Hanieh Delecroix et Laurent Derobert se sont rencontrés à Paris en 2013 à la Cité des Arts. Leur collaboration débute avec le livre « Fragments de mathématiques existentielles » de Laurent (Editions du Delirium, 2010) qu’Hanieh a interprété au regard de sa connaissance sur la théorie psychanalytique freudienne. D’emblée, ce résultat surprenant, poétique et scientifique les a encouragé a poursuivre leur collaboration sur un thème qui les lie : le souffle. En considérant leurs origines, ces deux artistes s’appuient sur leur lieu de rencontre, la Cité des Arts de Montmartre, pour réécrire une histoire artistique et insolite. Leurs outils de travail s’étayent sur le support coloré et fragile de l’œuvre d’Hanieh pour s’inscrire autour d’une formule mathématique commune : le souffle.

Hanieh Delecroix rencontre Sylvia Santana :

Hanieh Delecroix et Sylvia Santana se connaissent depuis le collège. Cette collaboration récente a abouti très rapidement à une analyse conjointe et précise du quotidien de l’être humain : c’est à dire du factuel au sensible. Sous ces deux entités complices, palpite une peau commune, celle de la quête. L’expérience psychanalytique de l’une est mise en image grâce au regard décalé de l’autre, et nous invitent à découvrir une œuvre suggestive et lyrique. Ici, il est question avant tout des points de rencontre entre ces deux artistes, c’est à dire de la frontière qui les lie : la vidéo. Le film est mis en abyme avec des procédés de répétition et/ou d’images floues. L’onirisme prenant ainsi le pas sur le traumatisme.

Hanieh Delecroix rencontre Ardavan Tabatabai et Tara Vergnet

Tous trois d’origine iranienne et ils ont grandi en France depuis le plus jeune âge ; l’idée de cette collaboration est d’inviter les personnes présentes à l’exposition de découvrir non pas uniquement la culture iranienne mais la combinaison entre ces deux cultures et la créativité que peut offrir la bi-culturalité franco-iranienne. L’espace proposé par Tara Vergnet est un lieu contenant pourvue de cousins et tapis iraniens auxquels se mêleront des coussins modernes crées par Hanieh. Au sein de cet espace les visiteurs pourront visionner un des films proposé par Hanieh et Sylvia et découvrir les poèmes d’Ardavan Tabatabai. Les poèmes ont une place majeur au sein de la culture iranienne et ce clin d’œil reprendra les travaux de Hanieh avec Laurent qui utilisent aussi la poésie. Lauréat du concours des éditions 2013 des Vins de Saint–Saturnin,  Ardavan a  désormais   son  poème :  « L’exil »,  gravé  sur  Les  Chemins  des Sentiers des Poètes dans le sud de la France.

Hanieh Delecroix

Hanieh Delecroix est née à Téhéran en 1974 et a emménagé à Paris à l’âge de trois ans. Bien qu’elle excellât en arts de la scène et arts visuels au lycée, son choix s’est porté sur des études de psychologie à l’université de Surrey en Angleterre de 1997 à 1998. Ensuite, elle est rentrée à Paris pour poursuivre ses études à l’université de Paris X Nanterre où elle a obtenu son diplôme de DESS en psychologie clinique et pathologique et un DEA de psychologie, processus cognitifs et émotionnels. Elle a également un niveau doctorat au LASI (Laboratoire des Atteintes Somatiques et Identitaires).

Elle a travaillé dans des hôpitaux en tant que psychologue clinicienne et psychothérapeute spécialiste de l’enfance et de l’adolescence ainsi que des adultes souffrant de maladies chroniques. Parallèlement à son travail de clinicienne, elle a étudié à l’École des Beaux-Arts de Paris. Actuellement, lorsqu’elle ne se trouve pas dans son cabinet de psychothérapeute, elle s’adonne à l’écriture, à la sculpture et à la peinture. Parmi les expositions récentes de Hanieh Delecroix, citons l’exposition en solo Toi-Peau et en groupe Le Collectif des Créateurs, qui se sont tenues à la Galerie Afaprod, Paris (2012). Elle a également écrit deux ouvrages : Oh ! Un petit frère, Éditions Oboo et À travers elles, diffusé sur France Radio en mars 2010, et a collaboré à la rédaction du recueil Le mini Festin, Éditions Épingle à nourrice, 2010.

Son exposition « Lifeline », à la galerie Rose Issa Projects à Londres (22 novembre au 10 janvier 2014) et Dubai (18 – 22 mars 2014) a propulsé la clinicienne sur la scène artistique internationale.

Une des toiles de cette série Lifeline, « Dans ta main » a été récemment acquise par le British Museum et se trouve actuellement exposée à la section Art Islamique du musée. Aujourd’hui, Hanieh Delecroix est exposée à la galerie Marie Ricco à Calvi en Corse. L’exposition nommé « Into the blue » reprend les différents travaux de l’artiste depuis 2012 et sa dernière série « Fragilities » qui met l’accent sur l’enveloppe corporel.

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

François Bouché. Courbes & Espaces

François Bouché, le sculpteur amoureux des formes

François Bouché (1924-2005), artiste marseillais, considéré par de nombreux critiques comme « l’un des ...

Serge Goulet

Le peintre Serge Goulet fête ses 90 ans avec Coquelicots et coq-licots

Né en 1926, Serge Goulet vit et travaille à La Varenne Saint-Hilaire en région ...