Hanieh Delecroix & Keyvan Saber : Lifeline

Hanieh-Delecroix

Ceci est la première exposition londonienne en solo de Hanieh Delecroix et Keyvan Saber, une collaboration exceptionnelle entre deux artistes iraniens basés à Paris qui ont commencé à travailler ensemble en 2012. Avant de former ce partenariat, Hanieh Delecroix s’adonnait à la peinture et à la sculpture tout en exerçant en tant que psychologue clinicienne et psychothérapeute, spécialisée dans les adultes souffrant de maladies chroniques. La relation entre l’esprit et le corps, en particulier l’esprit d’un corps abîmé, occupe une place prépondérante dans son art.

Les nuances de noir et de bleu prédominent dans ses tableaux, en particulier les teintes de bleu de cobalt, d’outremer et ciel qu’elle applique généralement en larges mouvements à l’aide d’un couteau à palette, créant des formes abstraites qui semblent être « écrites ». Elle préfère le papier translucide en raison de sa fragilité, de sa symbolique, et de son extrême finesse. « Une craquelure dans la peinture ou une déchirure dans le papier devient une sorte de stigmate », explique-t-elle. « C’est la vie. Nous disons toujours aux enfants de ne pas toucher aux objets de peur qu’ils ne les cassent, mais dans la vie, il faut toucher et prendre des risques. »

Keyvan Saber est un artiste visuel et un poète qui a également travaillé en tant que photographe professionnel, designer graphique et critique d’art en Iran et en France. Largement influencée par ses origines iraniennes, sa calligraphie, spontanée, fluide et émouvante, brouille la frontière entre poésie et image.

La méthode de Hanieh & Keyvan a ceci d’unique que Hanieh peint des images abstraites qui serviront de socle à Keyvan qui procède alors à l’écriture, embellissant l’œuvre de Hanieh de sa propre poésie ou de textes d’auteurs persans contemporains et classiques avec une calligraphie abstraite, fluide et énergique. À l’aide d’un stylo acrylique, il  applique de blanches vagues de mots qui donnent lumière et texture aux harmonieuses nuances de bleu, complétant ainsi la composition à la perfection. Le résultat en est « Lifeline », une collection de tableaux représentant la psyché humaine et la silhouette du corps qui évoquent une réponse émotionnelle puissante.

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?