• Participez au sixMic Crowfunding !

Hanami ce week-end au Jardin d’Acclimatation

Hanami au Jardin des Plantes

Hanami, regarder les fleurs ce week-end au Jardin d’Acclimatation

Le Jardin d’Acclimatation, ayant un lien très fort avec le Japon depuis sa création organise cet événement pour célébrer le début du printemps dans la tradition japonaise. En effet, pendant la saison de la floraison des cerisiers, les japonais ont pour coutume d’organiser des Hanami entre amis ou en famille dans les parcs. À 9 000 kilomètres, au pays du Soleil Levant, la saison de Hanami a commencé. Depuis quelques jours, même quelques heures, les parcs japonais, un à un, du Sud vers le Nord remontant l’archipel, connaissent le même phénomène, le même engouement : ils se remplissent de nappes bleues, de groupes d’amis et de bonne humeur.

Hanami signifie « regarder les fleurs ». Moment de détente immuable depuis des générations, coutume attendue du printemps japonais, la tradition veut que, lorsque fleurissent les cerisiers, les Japonais partent entre proches, en famille, entre collègues, entre voisins, dans les parcs et jardins, pour pique-niquer, discuter, chanter sous les « sakura ». Gastronomie japonaise, cosplay, danses, ateliers, musiques : de nombreuses animations et surprises seront au rendez-vous.

Pour que ces deux journées soient totalement réussies, des concerts et des spectacles de danse s’enchaîneront sur une grande scène en plein cœur de la « rue japonaise » qui traversera le parc (Kumisolo, chanteuse pop, Michelle Michina pour une heure de jazz « made in Japan », Juju Alishina, danseuse de nihon-buyõ, l’ensemble Sakura, danseuses et chanteuses de « minyô » ou encore « La Voie du Bambou » pour un concert de flûte « shakuhachi »…) tandis que se succèderont des défilés de cosplays, ces incroyables jeunes-filles qui veulent ressembler le plus possible à leurs personnages de BD favoris. Pour les fans d’arts martiaux, rendez-vous sur une deuxième scène pour d’impressionnantes démonstrations de kata et d’aïkido.

Les enfants pourront participer à de nombreux ateliers et activités qui, tout en les amusant, leur feront découvrir la culture du pays du soleil levant : etagami – cartes contenant un message de vœux, calligraphie, origami, uchiwa ou l’art de l’éventail, céramique, création de mangas… Avec « Make Up For Ever », la marque préférée des professionnels du maquillage, les plus jeunes pourront fairegrimer leur visage en samouraïs, tigres, mangas ou geishas… ou encore écouter un conte devant un petit théâtre traditionnel dit kamishibai.

Tout droit venu du Japon, Rilakkuma est un ourson 100% kawaii. Accompagné de ses amis Korilakkuma et Kiroitorii, il aime manger, dormir, se détendre, se prélasser et écouter de la musique. Au Japon, Rilakkuma est très apprécié car il est synonyme de douceur, de calme et incarne un idéal de détente. Rilakkuma est une combination de la prononciation japonaise de relax et du mot japonais pour ours) est un personnage d’ours en peluche, qui fait partie des nombreux personnages créés par la société japonaise San-X. Il fut inventé en 2003 par la designer Aki Kondo.

Sur des nappes bleues, les habitants du Japon admirent les arbres en fleurs et profitent de la convivialité de l’événement pour pique-niquer, discuter et chanter sous les sakura. Durant le week-end du 23 et 24 avril 2016, le jardin accueille de nombreux stands de gastronomie nippone et donne la possibilité aux visiteurs de participer à des activités et des spectacles en lien avec la culture japonaise. Alors à vos agendas : venez nombreux rencontrer Rilakkuma et fêter le printemps sous les sakura du plus ancien parc de loisirs parisien !

Rilakkuma

Informations pratiques

Michelle Michina ミシェル・ミチナ- Live medley @ la dame de canton Paris

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

photographes du monde arabe

Première biennale des photographes du monde arabe

Jack Lang, Président de l’Institut du monde arabe, est à l’initiative de cette première ...

José Medeiros, Instituto Moreira Salles

Modernités. Photographie brésilienne (1940-1964)

Du 5 mai au 25 juillet, la fondation Calouste Gulbenkian à Paris accueille l’exposition ...