Guy Bourdin : The Portraits au Studio des Acacias

Guy Bourdin Estate 2016 / Courtesy of Louise Alexander Gallery

Lieu mythique où se sont succédés des photographes de légende, le Studio des Acacias accueille l’une des plus belles signatures photographiques et l’un plus grands artistes contemporains en la personne de Guy Bourdin.

Parisien d’origine, peintre et photographe autodidacte, Guy Bourdin a collaboré avec des magazines tels que Vogue, Linea Italiana ainsi que pour les marques Chloé, Chanel, Versace ou encore Charles Jourdan. Ses premières photos ont été exposées à la Galerie 29 en 1952, et les plus grands musées du monde lui ont consacré des expositions : le Victoria & Albert Museum de Londres, le Jeu de Paume à Paris, le Musée national d’art de Chine à Pekin, le MUBE à Sao Paulo, le NGV à Melbourne. Ses oeuvres figurent parmi les collections de nombreuses institutions prestigieuses comme le MoMA de New York, le Getty Museum de Los Angeles, le SFMOMA à San Francisco, ainsi que la collection du V & A.

Reconnu comme l’un des plus grands photographes du demi-siècle et comme le plus brillant créateur d’images de mode et de publicité, Guy Bourdin a réalisé plusieurs de ses séries au Studio des Acacias, connu à l’époque pour avoir accueilli de grands noms de la scène photographique. Son espace galerie lui consacre une retrospective afin d’ exposer une collection d’oeuvres inédites de cet immense artiste.

« Guy Bourdin : The Portraits » est l’exposition publique la plus personnelle organisée à Paris depuis sa mort en 1991, avec une sélection inédite d’oeuvres des années 1950-1980. Sous la direction de l’historienne Shelly Verthime, l’exposition rassemble plus de 150 photos de l’artiste sous un angle intime et personnel. Ses oeuvres de jeunesse en noir et blanc, largement
influencées par le surréalisme, souvent méconnues, côtoient ses photographies les plus emblématiques et intemporelles, ainsi que des films Super-8 issus de sa collection personnelle.

L’objectif de l’artiste était d’exprimer sa personnalité, et en repoussant l’exposition met en avant le rôle central qu’a joué le surréalisme dans son œuvre. Influencés par ses liens étroits avec Man Ray, les premiers portraits de Guy Bourdin posent les bases de son langage et de sa démarche surréalistes, qui deviendront à terme une de ses signatures stylistiques. Ses premiers portraits paraissent dans la presse – « Chapeau Choc », Vogue Paris, et « Portraits de l’artiste », Nouveau Femina. Toutes deux publiées en février 1955, ces oeuvres témoignent déjà de la netteté de sa vision. L’exposition met en avant la fascination de l’artiste pour les compositions graphiques très travaillées, les concepts, le cadrage et le style narratif.

Quarante ans de recherche artistique de Bourdin sont ainsi accrochées et l’exposition se termine sur des photos couleurs pour la presse et la publicité qui ont révolutionné la photographie de mode de la fin du XXème siècle. Repoussant les codes du genre avec son regard mystérieux, hypnotique et ses limites créatives et surréalistes sur la photographie de mode, il a signé des images audacieuses, souvent attrayantes, empreintes d’une esthétique moderne unique.

L’exposition présente également Bourdin pionnier du film de mode, à travers plusieurs films Super-8 issus de sa collection personnelle qu’il a lui-même tourné lors de shootings photo. Avant tout un créateur d’images, Guy Bourdin (1928-1991) n’a jamais cessé d’apprendre et d’explorer, de ses premiers portraits à ses photos publicitaires, où chaque personnage fait partie intégrante de l’image tout en restant secondaire. Aujourd’hui, ses oeuvres se distinguent encore et toujours par leur modernité.

Cette exposition, gratuite et ouverte au public, bénéficie d’une scénographie mise en œuvre par La Mode en Image. L’exposition est réalisée en collaboration avec The Guy Bourdin Estate et Louise Alexander Gallery.

Photo : © The Guy Bourdin Estate 2016 / Courtesy of Louise Alexander Gallery

Guy Bourdin, Charles Jourdan 1978- Inquire (© The Guy Bourdin Estate 2016 / Courtesy of Louise Alexander Gallery

Guy Bourdin, Charles Jourdan 1978- Inquire (© The Guy Bourdin Estate 2016 / Courtesy of Louise Alexander Gallery

Informations pratiques

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?