Grand Baz’Art à Bezu, festival international d’Art Singulier Contemporain

terre-a-toto

La sixième édition du Grand Baz’Art à Bezu, festival international d’Art Singulier Contemporain, qui se déroulera du 06 au 08 juin 2014, à Bezu Saint Eloi (Eure), confirme sa vocation cosmopolite avec une invitée d’honneur enfant du monde et des œuvres d’art provenant de dix pays.

Ody Saban sera l’invitée d’honneur de l’édition 2014 de ce festival qui justifie pleinement l’adjectif « international ». Les voyages fantastiques de ses navires vivants seront mis en scène, tout comme les cartographies sur toile de ses pays fabuleux avec leurs habitants sortis des rêves et des cauchemars, les mythes à la fois inventés et primordiaux, racontés dans un langage fortement symbolique, au centre desquels on trouve toujours la Femme. Pas Eve, la soumise, le produit secondaire extirpé de la côte d’Adam, mais Lilith, la Première, parfaite, libre et égale de l’homme, bannie des écrits “orthodoxes” et de la mémoire collective par les patriarches, voir même répudiée dans les rangs des démons. Dans les toiles de Ody Saban, militante féministe de toute une vie, Lilith regagne sa dignité et sa noblesse. Le Grand Baz’Art à Bezu est fier d’avoir comme artiste-phare de l’édition 2014 cette créatrice vigoureuse, fortement inspirée et talentueuse, qui s’intègre parfaitement à la suite de Yvon Taillandier, André Robillard, Danielle Jacqui, Louis Chabaud, Christophe Ronel, invités d’honneur des éditions précédentes ; tout comme dans le cortège des créateurs bruts et marginaux présentés à la Halle St Pierre, dans l’exposition-événement 25 Years of Raw Vision, dont elle fait partie.

Aux cotés de Ody Saban, le festival montrera les œuvres des 20 artistes tous présents, parmi lesquels le public pourra retrouver le noyau dur des « habituels » qui apportent chaque année la garantie de la qualité de leur travail, tels Roland Bideau, Laure Ketfa, Marcel Benaïs, Jean Pierre Faurie et Hubert Duprilot, mais aussi découvrir des jeunes talents, surgis de la culture underground, du punk et du fanzine, tels Sébastien Lorraine et Julia Judet, dont ce sera la première exposition dans un milieu « singulier ». Entre les deux extrêmes, le public retrouvera ou rencontrera pour la première fois des noms incontournables du singulier contemporain, tels Marilena Pelosi (Brésil), Jeantimir Kchaoudoff, Julia Sisi (Argentine), Dan Casado (Argentine) et Catherine Ursin, ou ceux qui réclament leur place amplement méritée dans cet univers, tels Sandrine Lepelletier, Tatiana Samoïlova (Russie), Daniel Faivre et Djihem.

Présent l’année passée en tant que commissaire de l’exposition invitée Frenchtown Outsiders, l’American Dion Hitchings revient cette année exclusivement en tant que artiste, montrant plus son propre travail éclectique, originel, multiculturel. Un autre retour-surprise est celui de Jérôme Bouscarat, la “sensation” de l’année passée.

L’amour de la vie, les couleurs éclatantes, l’humour, les envolées grande-vitesse de la fantaisie, la joie et le jeu, tout cela exsude des œuvres de Yagdom ; ainsi, l’hommage que nous rendons à cet artiste exceptionnel se gardera bien de laisser transparaitre la tristesse de son départ.

L’exposition-invitée de cette année peut sembler un choix quelque peu surprenant : il s’agit de Naïfs de l’Est, une exposition d’art naïf est-européen, comme l’indique le titre. Elle vise premièrement à mieux situer l’art singulier par rapport à ses genres proches, mais aussi à montrer les œuvres des créateurs situés à la frontière de l’art brut et classifiés comme naïfs faute d’un terme plus correcte, car la constellation conceptuelle des arts marginaux et très peu connue dans l’Est. Sans doute, le meilleur exemple présenté aux Grand Baz’Art à Bezu de cette nécessité de re-catégorisation est Nikifor, connu aux lecteurs de Raw Vision comme un grand outsider. D’autres exemples nous viennent de Pologne, Slovaquie, Serbie, Roumanie et Bulgarie, au total une cinquantaine d’œuvres, à la fois différents dans leur esthétique et leur thèmes, et très évocatrices d’une certaine spiritualité partagée.
Une autre présence inédite cette année sera celle du groupe de création encadré par les animateurs de l’Association des Parents et des Amis des Personnes en Situation de Handicap (APAPSH) de Gournay (76) qui montrera la fabuleuse scénographie étonnamment « Bourbonnaisienne » créée pour les représentations de la Compagnie d’Art Lyrique Les Voix Lactées.

En plus, comme chaque année, une nouvelle Terre-à-Toto – l’œuvre à dix mains qui est l’emblème du festival – sera exposée, aussi que les projets collectifs à but caritatif, la Bezubanq – la plus grande banque du monde – et ADADA – le haras fantastique, bien connus aux fideles du festival.

Durant le vernissage le vendredi 6 juin à 18H30, un jury composé, entre-autres, de Jeanine Smolec-Rivais et Nadine Servant, décernera les Osk’Art, créations originelles du maître verrier Francis Lefèvre pour le Grand Baz’Art à Bezu. Samedi et dimanche le public passionné pourra déjeuner ou diner en compagnie des artistes, sur réservation.

Un weekend de vibrations positives, de découvertes culturelles et humaines, d’animations surprise, d’amitié au delà de la géographie et des étiquettes, de solidarité et de bénévolat et, surtout et avant tout, de vivre l’Art ; dans la petit e commune de Bezu St Eloi, à 5 km de Gisors.

Ody Saban
Ody Saban-1998 Le Baiser 80 x80 cm AcryliqueToile-1

Tags:

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Jean-Geoffroy

Jean Geoffroy (1853-1924) Un engagement républicain

Peintre et illustrateur français, élève de Léon Bonnat, puis d'Adam Levasseur, le musée Anne-de-Beaujeu ...

école DEP'Art

L’école DEP’Art pour s’assurer de faire le bon choix

Aujourd'hui, le nombre de français diplômés ne cesse d'augmenter : à l'issue du baccalauréat ...

dieux du stade 2017

Le calendrier des Dieux du stade 2017 en vidéo

Le calendrier des Dieux du stade 2017 sera disponible à partir de ce jeudi ...