• Participez au sixMic Crowfunding !

François Hollande devrait/pourrait-il démissionner ?

impopularité - François Hollande

François Hollande ne démissionnera pas…. et pourquoi pas ?

Marc Dugain*, dans l’émission de samedi soir de Laurent Ruquier, « On n’est pas couché », a suggéré au Président François Hollande de démissionner, lui faisant remarquer que ce geste serait élégant de sa part. Il est vrai, comme il l’a également souligné, que cela serait bon pour la France, que cela stopperait la période d’hibernation dans laquelle notre pays est plongé et va définitivement s’enfermer avec ces pré-présidentielles, mais surtout, je le pense, cela nous apporterait une grande, grande bouffée d’oxygène dont nous avons tous tant besoin. De plus en tant que président normal, il marquerait sa normalité dans le fait de reconnaître son échec, et que quand on n’a pas eu de résultats, on s’en va, ce qui serait tout en son honneur. Et puis cela serait une grande première pour la cinquième république, ce qui lui permettrait d’être le premier président de la république à prouver qu’il est avant tout homme avant d’être chef d’état. Depuis trop d’années, nos dirigeants nous ont sclérosé dans le non résultat, dans des pseudos réformes qui n’ont fait qu’accentuer encore et toujours plus les scissions au sein de la population française, n’exerçant leurs fonctions de chef d’état que pour servir leurs propres causes.

Les français ont besoin de sang neuf, non pas d’idées révolutionnaires, mais de bonnes idées qui fassent du bien. Le peuple français à besoin d’un Justin Trudeau qui transcende nos vies d’une

François Hollande et Nicolas Sarkozy
François Hollande et Nicolas Sarkozy en couverture de l’Express

manière efficace, performante, astucieuse et humaine. La dernière couverture de l’Express ou figurait côte à côte, François Hollande et Nicolas Sarkozy avec en titre principal  » Renoncez, Il faut un nouveau président », est surement le premier appel à la renonciation de ce genre. Les français, qu’ils soient de gauche ou de droite, et à de rares exceptions, n’en peuvent plus. Ils n’en peuvent plus, au moins sur un point : celui du non renouvellement de la classe politique. Démissionner prendrait bien sur de court, toutes les candidatures de droite comme de gauche, ce qui éviterait les primaires de primaires, sonnerait l’heure du combat et remettrait du coup tout le pays en marche, certes dans un grand capharnaüm, mais en marche. Cette démission aurait aussi l’avantage de bousculer tous les calendriers électoraux, ce qui permettrait de faire gagner un temps précieux à la France, et peut être même de faire quelques économies.

Car à la date d’aujourd’hui, les seuls qui vont s’en sortir dans les mois à venir, ce sont les instituts de sondages qui vont nous gaver de chiffres, sur des noms que personne dans l’absolu ne veut plus voir. De plus, on sait d’ores et déjà que François Hollande n’a aucune chance d’être au deuxième tour des élections présidentielles de 2017, et là, ce ne sont pas que les sondages qui le disent mais c’est la grande majorité des français qui y aspire. A gauche Manuel Valls est en train de se faire doubler à droite par Emmanuel Macron. A droite Nicolas Sarkozy, que plus personne n’a envie de revoir président, est doublé à sa gauche comme au centre par Alain Juppé.

A l’extrême droite, ce retrait de président provoquerait une guerre interne familiale qui nous permettrait peut être enfin, pour un temps, de nous débarrasser de cette famille, qui ne nous veut pas que du bien. Quand on lit le titre du dernier livre de Jean-Louis Debré, publié chez Robert Laffont, «Ce que je ne pouvais pas dire», on se dit que c’est bien dommage car, à l’entendre, il y en avait beaucoup de choses à dire…Ces secrets d’état, ça aussi, ça nous mine. Ne rien dire c’est bien, mais ne pas avoir à dire serait mieux. Tous les jours des gens démissionnent, un pape l’a bien fait, alors pourquoi un président de la république ne le ferait-il pas?

Les 40 milliards donnés à on ne sait qui, en tous cas pas à nous les petites entreprises, (même la conseillère financière de notre banque n’en n’a pas vu la couleur…), est une des décisions qui font que l’on ne peut plus continuer à supporter de la sorte tous ces délires. On ne peut plus agréer ce n’importe quoi qui fait que l’on se meure dans du rien. La France, autrefois pays riche, compte de plus en plus de pauvres. La France, autrefois pays prospère, compte des centaines de personnes qui chaque jour font la manche et dorment dans la rue. Ceux qui nous gouvernent ne les voient pas, ne les croisent, ne les croiseront jamais, sauf pour la photo.

François Hollande ne démissionnera pas car, en fait, il ne peut pas. Et pourtant, il n’ira jamais de toute sa vie au Pôle Emploi, et finira celle-ci tranquillement à écrire des livres, remplis de ses folles péripéties. François Hollande ne démissionnera pas car il est pris dans les mailles du filet du pouvoir, du pouvoir presque absolu, du pouvoir de vie et de mort sur un peuple, sur nous. François Hollande ne démissionnera pas, car pour le faire il faut en avoir du courage et on ne sait toujours pas s’il en a. François Hollande ne démissionnera pas, parce que cela ferait le beau jeu de tous ceux qui veulent sa place, et du monde il y en a. François Hollande ne démissionnera pas, tous simplement parce que cela ne se fait pas ! François Hollande ne démissionnera pas, parce qu’après tout, ça n’est pas mal du tout d’être le Président de la République, de la France. François Hollande ne démissionnera pas car il est conscient qu’il ne sera plus jamais président ! François Hollande ne démissionnera pas car il veut entrer quoi qu’il arrive dans l’histoire, espérant follement trouver quelque chose dans l’année à venir qui fasse que l’on se souvienne de lui quoi qu’il arrive. François Hollande ne démissionnera pas, car pourquoi faire ? François Hollande ne démissionnera pas…. et pourquoi pas ?

Photo : photographie officielle de François Hollande, réalisée par Raymond Depardon dans les jardins de l’Elysée

Présidentielle 2017 : Intentions de vote (17 avril 2016)

Étude TNS Sofres-OnePoint réalisée par Internet les 15 et 16 avril 2016, pour Le Figaro, LCI et RTL, auprès d’un échantillon de 1000 personnes inscrites sur les listes électorales représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus inscrite sur les listes électorales. Méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne de référence) et stratification par région et catégorie d’agglomération: http://www.tns-sofres.com/publications/presidentielle-2017-intentions-de-vote-17-avril-2016

*Marc Dugain et Christophe Labbé pour leur livre « L’homme nu – La dictature invisible du numérique » chez Plon.

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?