• Participez au sixMic Crowfunding !

fotofever, le rendez-vous de la nouvelle scène photographique

takakura daisuke

Retrouvez artsixMic du 12 au 15 novembre en direct live sur notre stand  en partenariat avec fotofever !

Une centaine de galeries sont attendues du 13 au 15 novembre prochain à Paris,  au Carrousel du Louvre, pour la quatrième édition de fotofever. fotofever, c’est initier et propager la fièvre de la collection autour du medium le plus novateur et prometteur du marché de l’art : la photographie, tout en faisant partager des valeurs universelles : l’audace, l’indépendance et la passion de l’art.

Révélateur de talents, déclencheur de passions, fotofever veut rendre accessible la diversité de la photographie contemporaine et créer les conditions pour favoriser les rencontres entre artistes et collectionneurs par l’intermédiaire de galeries triées sur le volet.

La fréquentation et le nombre d’exposants à fotofever est en hausse constante depuis sa création, et cette année, la présence des galeries japonaises est encore plus importante avec entre autres Emon Photo Gallery, Zen Foto Gallery et tezukayama gallery. Parmi les nouveaux venus, Lumiere Brothers Gallery  constitue à ce jour la plus importante collection privée russe de photographies, FELD+HAUS de Francfort, ZOXX Gallery des Pays-Bas et Alidem-L’arte della fotografia de Milan. Pour la France, Montpellier est à l’honneur avec la galerie annie gabrielli et Paris avec Maëlle Galerie et galerie intervalle.

Photo :  takakura daisuke crowd, 5, 2014 tezukayama gallery 

Fotofever, c’est aussi :

la fotocollection pour susciter des vocations : l’exposition d’une collection privée sur une thématique inédite. Fidèle à fotofever, Galila Barzilaï Hollander, après le thème de l’oeil en 2012 et de
l’argent en 2014, nous confie cette année une sélection sur les chaises qui prolifèrent dans chaque cliché. Soit 25 photographies d’artistes internationaux du XXe siècle auxquelles s’adossent cinq ready made (chaise bretelle, chaise brouette ou encore fauteuil caddie).

le collectfoto pour guider le public : mode d’emploi du collectionneur offert à chaque visiteur. Ce guide bilingue conçu tel un mode d’emploi pour les nouveaux collectionneurs se présente sous la forme d’un magazine distribué gratuitement pendant l’événement. Il inclut cette année, une mise au point sur la question de l’oeuvre unique en photographie, une réflexion sur la métaphotographie par Christophe Gratadou, fondateur de la galerie Intuiti, un focus sur le fotoprize et sur la collection privée de Galila autour de la chaise avec une interview de Philippe Soussan, une sélection d’oeuvres start to collect, les tips to collect d’Agathe Gaillard pour bien démarrer une collection…

le start to collect pour démarrer sa collection : une sélection d’oeuvres vendues à moins de 1000 € fotofever accompagne les jeunes collectionneurs en proposant une sélection d’œuvres à retrouver exposées à l’entrée de la foire et à repérer sur chaque stand. Une initiative parfaite pour guider à l’achat de sa 1re oeuvre et démarrer sa collection.

le fotoprize pour révéler des talents : une visibilité offerte à un jeune diplômé d’une école d’art française afin de l’aider à faire son entrée sur le marché de l’art fotoprize ; Avec le fotoprize, réel tremplin pour les jeunes artistes, fotofever s’attache à promouvoir et à mettre en lumière les talents de demain. Pour cette 4e édition du prix qui a reçu plus de soixante candidatures, le jury composé de Nathalie Gallon (directrice artistique), Ericka Weidmann (rédacteur en chef de L’œil de la Photographie), Laure Fauvel (lauréate 2014), Baudoin Lebon (galeriste), Éric Karsenty (rédacteur en chef de Fisheye) et Olivier Conan (président de l’Agence coandco) a plébiscité le travail de Juliette-Andréa Elie avec sa série Fading Landscapes.

Dans cette série inspirée de ses voyages, Juliette-Andréa rend visible l’investissement des paysages par les affects et les souvenirs du voyageur. Par un subtil jeu de superpositions photographiques, le relief surgit de l’image. Les photographies imprimées sur papier calque et les dessins embossés laissent flotter des formes fantomatiques et nébuleuses qui matérialisent l’atmosphère. Juliette-Andréa Elie s’illustre dans une démarche plasticienne qui va au delà de la capture de l’instant : au travers de ses impressions sur calque qu’elle travaille ensuite à la pointe sèche, elle fait de chaque oeuvre une pièce unique.

le fotobook pour garder l’édition en images – à feuilleter après l’événement

et nouveaux en 2015 :

 

le fotoweb pour faire rayonner toute l’année sur Internet les quelque 900 artistes exposés par plus de 250 galeries partenaires de fotofever.

le fotowalk pour découvrir le large spectre de la de la photographie contemporaine : une visité guidée d’une heure organisée par des professionnels, tous les jours sur réservation, Ils permettent de découvrir le large spectre de la photographie contemporaine depuis le photoreportage jusqu’à la création photographique, qu’il s’agisse de mise en scène — fotofiction — ou encore de pièce unique.

Plus que jamais, fotofever est LE rendez-vous international dédié à la photographie contemporaine qui se positionne comme le carrefour artistique pour tous ceux qui cherchent à découvrir
et soutenir les artistes de demain !

Fotoprize 2015 - Juliette-André Elie par CO&CO

Informations pratiques

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

where were going

Kathleen Cuvelier met de la lumière dans la photographie

Diplômée de Sciences-Po, Kathleen Cuvelier a mené une carrière dans la publicité et les ...

Offprint Paris 2015

Offprint Paris – Art Publishing Fair aux Beaux-Arts de Paris

Made in Amsterdam, Offprint a investi Paris depuis 2010. Ce salon, au croisement des ...