• Participez au sixMic Crowfunding !

Filip Markiewicz présente Paradiso Lussemburgo

Filip Markiewicz

Du 9 mai au 22 novembre 2015, Filip Markiewicz nous présente un portrait du Luxembourg dans un contexte européen et mondial comme une sorte d’échantillon de l’Europe où se mélangent un nombre important de nationalités et de cultures, qui constituent l’identité même du pays.

A la fois laboratoire de création et lieu de divertissement culturel, le pavillon conçu sous l’égide de Filip Markiewicz va réunir arts plastiques, danse, cinéma, performance, DJing, lecture, architecture et musique.

Par son titre, Paradiso Lussemburgo évoque tout à la fois le Paradis de Dante, le film Cinema Paradiso de Giuseppe Tornatore et le paradis fiscal. « Ce qui m’intéresse, c’est d’un côté l’aspect mythologique, proche de la fable, et d’un autre côté, l’aspect populaire. Les différentes vagues d’immigration enregistrées depuis le début du XXe siècle au Luxembourg ont amené à considérer ce pays comme une sorte de paradis en matière d’intégration. Ainsi la langue italienne retenue pour le titre fait-elle référence à l’histoire de l’art (Dante, le film Cinema Paradiso) et, tout autant, à la première vague d’immigration au Luxembourg. Encore, il y a une allusion forte à l’image que donnent certains médias étrangers du Luxembourg, celle du paradis fiscal, une thématique que j’entends traiter frontalement mais aussi avec une certaine ironie » explique l’artiste.

Filip Markiewicz propose un parcours contrasté et multiple – annonces, dessins, film, speech corner… – de façon à plonger le spectateur dans la réalité complexe du Luxembourg. Celle d’un pays de tradition rurale mais hypermoderne, pionnier dans la voie de l’élargissement européen et intégré à l’actuelle économie-monde.

« Filip Markiewicz est de ces jeunes artistes qui font flèche de tout bois, son talent s’exprime de multiples manières : par le graphisme, le dessin, la peinture, l’installation, l’image mobile, la création d’ambiances et d’événements. C’est un artiste complet, qui use des médiums à sa disposition de manière souple et adaptée » révèle le critique d’art et commissaire du pavillon, Paul Ardenne.

L’exposition Paradiso Lussemburgo investira les espaces du Ca’ del Duca pour représenter le Luxembourg à la 56e édition de la Biennale de Venise. Paul Ardenne en est le commissaire. Le Mudam Luxembourg est chargé de l’organisation du Pavillon.

Photo : Sorry, 250 x 150 cm, crayon sur papier, 2015 © Filip Markiewicz

Filip Markiewicz

Capital Fox, 212 x 150 cm, crayon sur papier, 2015 © Filip Markiewicz

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Succession Jules Cavaillès

Succession Jules Cavaillès par la Maison Million et associés

Jules Cavaillès ou Jean Jules Louis Cavaillès est un peintre français, originaire de Carmaux ...

RATP - Jeux Olympiques et Paralympiques

Rencontre avec les Athlètes Ratp de Haut Niveau

La Ratp accompagne dans la dernière ligne droite avant les Jeux Olympiques et Paralympiques ...

Kids United

Kids United le 21 mai sur la scène de L’Olympia

Le 21 mai, les enfants de KIDS UNITED donneront leur tout premier concert sur ...