• Participez au artsixMic Crowfunding !
  • Aidez-nous à bouger les choses !

Fernand Léger et ses amis en vis-à-vis

Fernand Léger - Léger et ses amis

Indépendant d’esprit et de création, Fernand Léger (1881-1955) vit à l’écoute de son temps : tout au long de son parcours artistique, il établit des relations avec ses contemporains manifestant une profonde curiosité pour le travail des peintres, sculpteurs, poètes ou architectes qui l’entourent.

Né en 1881, Fernand Léger fut à la fois peintre, créateur de cartons de tapisseries et de vitraux, décorateur, céramiste, sculpteur, dessinateur et illustrateur. Si ce talentueux artiste touche à tout fut l’un des premiers à exposer publiquement des travaux d’orientation cubiste, son indépendance d’esprit et de création lui fit établir tout au long de sa vie  des relations avec ses contemporains, manifestant une profonde curiosité pour le travail des peintres, sculpteurs, poètes ou architectes qui l’entourèrent.

Ce sont ces échanges amicaux et artistiques dont s’est nourrie l’œuvre de Fernand Léger, qui sont mis à l’honneur par la programmation artistique et culturelle de son musée de Biot, l’exposition Fernand Léger et ses amis. Alexandre Archipenko, Jean Arp, Alexander Calder, Joseph Czaky, Robert Delaunay, Juan Gris, Henri Laurens, Le Corbusier, Jacques Lipchitz, Amédée Ozenfant en inaugurant le premier volet.

A cette occasion, le Musée national d’art moderne de Paris – Centre Pompidou, a accordé au musée national Fernand Léger un prêt exceptionnel de douze chefs-d’œuvre, tableaux et sculptures, qui permettent et offrent un nouveau regard sur l’œuvre de Fernand Léger à travers un parcours inédit dans les riches collections du musée. De nouveaux rapprochements pourront ainsi être réalisés, grâce à une originale scénographie qui placera en vis-à-vis de ces œuvres, une pièce de Fernand Léger.

Le premier volet de cette exposition nous entraîne dans l’effervescence du Montparnasse de 1908, à la Ruche, où vient de s’installer le jeune artiste et où il rencontre et travaille avec les sculpteurs Alexandre Archipenko, Henri Laurens, Jacques Lipchitz, Joseph Czaky, qui expérimentent, dans leurs œuvres, l’extension du cubisme pictural à la sculpture, ainsi qu’avec Modigliani et  Laurens, se liant également d’amitié avec Blaise CendrarsMax Jacob,  le peintre Robert Delaunay, sans oublier Marc Chagall, Chaïm SoutineChaim Jacob LipchitzPierre ReverdyMaurice Raynal, Amédée Ozenfant et  Le Corbusier entretenant de fortes amitiés avec certains d’entre eux jusqu’à la fin de sa vie.

Suite à la rétrospective consacrée à Cézanne, et comme de nombreux peintres parisiens, Léger a déjà commencé, à cette époque, à réorienter sa peinture, affirmant qu’il a détruit une grande partie des travaux qu’il a réalisés jusqu’à ce jour au fur et à mesure qu’il les réalisait, et cela probablement afin de ne pas laisser derrière lui de trace de ce que Guillaume Apollinaire appelait ses « baignades du soir postimpressionnistes », faisant référence à certaines de ses oeuvres sentimentales, telles  le Jardin de ma mère, peint en 1905, et les Gamins au soleil de 1907.

S’éloignant de la démarche de Cézanne qui peignait à partir de cylindres et de cônes, Léger, à l’aide de sobres couleurs et de lignes pures, crée l’atmosphère symbolique d’un nouveau monde déshumanisé anticipant avec cette activité robotique, le futurisme italien. Son cubisme est certes non figuratif mais beaucoup plus visuel qu’intellectuel, en ne faisant pas figurer la totalité de l’objet, mais le distinguant en volume et en plan au sein d’un espace idéal. Les acrobates, les clowns et les jongleurs du cirque Medrano qu’il fréquente assidûment, ont des corps « mécanisés » ayant la même valeur que les objets et les décors. Sa version personnelle du purisme apparaît pleinement dans son film expérimental Ballet mécanique de 1924, dans lequel l’utilisation du gros plan et le recours aux multiples effets de fragmentation produisent une dynamique répétitive.

L’évolution de la recherche artistique de Fernand Léger sera marquée par un abandon progressif des formes géométriques, son œuvre picturale prenant un nouveau tournant : elle adopte en effet une abstraction hybride voire imparfaite, puisée dans les formes souples et aléatoires de la nature. C’est à cette époque, dans les années trente, que l’artiste rencontre le sculpteur américain Alexander Calder. La longue amitié qui les unira puise ses racines dans leur passion commune pour le cirque, ainsi que dans leur volonté de mettre en mouvement les œuvres tout en libérant les formes et les couleurs. Le vis-à-vis entre l’œuvre picturale abstraite des dernières années de Léger et le monumental stabile-mobile d’Alexander Calder, Empennage de 1953, prêté à titre exceptionnel à cette occasion par la Fondation Maeght de Saint-Paul-de-Vence, illustre la pérennité de cette amitié après la Seconde Guerre mondiale, et le retour de Fernand Léger de son exil aux États-Unis.

Incontournable, unique, novateur et empreint d’originalité, Fernand Léger a contribué aux différents courants artistiques de la première moitié du XXe siècle, alimentant sa propre réflexion des nombreuses amitiés qu’il a liées tout au long de sa vie avec les autres artistes.

Le mas Saint-André, son musée de Biot, acquis quelques mois avant sa mort en 1955, et situé au pied du village, est un hommage à son art et la meilleure des manières de favoriser la connaissance de son travail.

2017 est par ailleurs une année dédiée à son œuvre, le Centre Pompidou – Metz lui consacrant en effet, du 20 mai au 30 octobre prochain, une grande exposition rétrospective, intitulée « Fernand Léger. Le beau est partout« , qui rend hommage à la personnalité pluridisciplinaire du peintre. Organisée dans le cadre de l’anniversaire des 40 ans du Centre Pompidou, cette exposition bénéficiera d’un prêt exceptionnel de chefs d’œuvre de la part du musée national Fernand Léger, les Toits de Paris (1912) ou encore l’emblématique tableau Les Constructeurs, définitif, de 1950 pouvant y être admirés.

Commissariat général : Anne Dopffer, Conservateur général du patrimoine, Directrice des musées nationaux du XXe siècle des Alpes-Maritimes.
Commissariat : Julie Guttierez, Conservatrice du patrimoine au musée national Fernand Léger. Nelly Maillard, chargée des collections au musée national Fernand Léger.

Vis-à-vis. Fernand Léger et ses amis
Exposition jusqu’au 30 octobre 2017

Musée national Fernand Léger
Chemin du Val de Pôme
06410 Biot

www.musee-fernandleger.fr

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

La Seine

La Seine en photographie dans les Hauts-de-Seine et les Yvelines

Après « Villes en scènes dans les Hauts-de-Seine », « Vues insolites des Hauts-de-Seine ...

Culturathon saisonn 2

2e édition du Culturathon dédié à l’innovation autour de la culture et du tourisme

Après le succès de l’année dernière, la Louvre Lens Vallée, pôle économique régional dédié ...

Pirelli - calendrier 2017

un site Internet entièrement dédié au Calendrier Pirelli

Pirelli a mis en ligne hier un site Internet entièrement dédié au Calendrier Pirelli. ...