Facebook : un bouton calin ?

marc-facebook

Mark Zuckerberg vient de le confirmer, il sera donc bientôt possible de mettre « je n’aime pas » sur une publication Facebook, grâce à l’instauration d’un très attendu bouton « dislike« . Cela fait des années que les utilisateurs du célébrissime réseau social le réclamaient mais Facebook disait vouloir se « concentrer sur les interactions sociales positives » et donc pas question d’introduire un pouce baissé !

La direction, refusant la moindre once de négativité sur son réseau dont la principale mission était d’amener de la joie, du rire, des « amis » et de la bonne humeur, avait annoncé :

« Nous ne voulons pas simplement construire un bouton de « dégoût », parce que nous ne voulons pas transformer Facebook en un forum où les gens votent avec des plus et des moins sur les statuts des usagers »

En tout cas, l’idée a fait son chemin puisque le fondateur du réseau social a annoncé sur Facebook :

« Aujourd’hui est un jour spécial, car le moment est arrivé de vous dire que nous y travaillons »

bouton-calin-facebbok

Quelques nuances plus tard et désormais qualifié de bouton d’empathie, il semblerait que Facebook songe à créer un bouton câlin…

L’idée est de créer un bouton montrant un sentiment de sympathie envers un statut, sans montrer de désapprobation. Ainsi, on verrait plutôt se pointer un bouton « Je compatis » qu’un « Je n’aime pas ». Toutefois, une autre donnée est à prendre en compte… Les internautes réclament de façon récurrente un bouton « Hug » ou « Cuddle » (câlin)… !

Tags:

  • Touche-à-Tout, depuis la photographie, l'écriture, la mise en page et les reportages vidéos

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

TriFan 600

TriFan 600, le jet privé de ville

Grâce au TriFan 600, on peut décoller et atterrir à la verticale, puis parcourir ...

Des préservatifs qui changent de couleur...

Des préservatifs qui changent de couleur…Quand la technologie vole au secours des MST…

Les maladies et infections sexuellement transmissibles sont un des pires fléaux de notre société, ...