Exposition internationale de mosaïque contemporaine

mosaïque

mosaïque contemporaine : « Par quatre chemins ».

La ville de Paray-le-Monial cultive une identité “mosaïque” forte et diversifiée, et sa Maison de la Mosaïque Contemporaine propose tout au long de l’année des expositions temporaires ; celle qui a lieu durant la prochaine saison estivale revêt un caractère international qui se situe  extra muros dans la Tour Saint-Nicolas, ancienne église gothique du 16e siècle en plein centre historique de Paray-le-Monial.

La thématique de l’été 2016 est « Par quatre chemins ».

La mosaïque, dont l’apprentissage est des plus divers,  peut se conjuguer sous toutes les formes grâce à une multitude de matériaux, une grande  variété de techniques, démontrant par là même que son domaine artistique est infini par les propositions qu’il offre à l’artiste.

Dans cet univers sans limite, chacun des quatre artistes exposés a tracé son chemin, indéniablement marqué par ses origines, sa formation, sa culture, ses rencontres, son lieu de vie… Orientant sa recherche artistique et se forgeant un mode d’expression en mosaïque qui lui est propre et qui est l’aboutissement de sa  vocation.

Internationale, l’exposition confronte et associe un Écossais, un Italien et deux Français, trois d’entre eux étant des grands noms de la mosaïque, la quatrième en étant un talent émergent, et tous exposant leur travail à Paray le Monial pour la première fois.

Le français Joël Barguil, élève de Ricardo Licata, est diplômé de l’École Estienne (Arts Graphiques), des Beaux-Arts de Rennes (Communication visuelle) et des Beaux-Arts de Paris (Mosaïque). Peu exposé, son travail personnel l’amène à réaliser des œuvres monumentales en mosaïque et en sculpture, notamment dans le domaine de l’architecture d’intérieure, et est à l’origine de la création  à Ventenac en Minervois, dans l’Aude, d’un centre d’art contemporain principalement consacré aux arts visuels.

Dans la carrière artistique de Joël Barguil, la mosaïque prend, pour son côté primitif, la forme de petits cailloux blancs dont le regroupement harmonieux dessinent des formes abstraites et énigmatiques…

Son approche de l’art contemporain se traduit, quant à elle,  en sculpture et en installation : travail dans l’espace, sculptures évolutives, modulables, sérielles… Entre l’archaïque et le contemporain, Joël Barguil trace un chemin inédit et invente un univers intemporel, au fil d’un processus où les objets se chargent du mystère de la minéralité : ardoises et marbres sectionnés, agencés minutieusement, inclusions de verre, ciment travaillé.

Aude Fourrier est née, vit et travaille dans l’Aube. Aprés une licence d’histoire de l’art et d’archéologie à Dijon, elle se forme à la mosaïque en 3 ans dans l’école de mosaïque du Frioul, à Spilimbergo en Italie. Très remarqué, son travail a déjà fait l’objet de nombreuses expositions tant en France qu’en Italie. Dépassant l’enseignement solide reçu à Spilimbergo, Aude Fourrier a inventé une nouvelle manière de tailler et poser les tesselles : « la mosaïque intuitive », une approche libre où la tesselle n’a ni forme ni espace, et qui est très liée à une manière d’être…

« Actuellement dans une phase de recherche personnelle j’interprète la mosaïque, art de la manipulation et de la recomposition de la matière, comme une allégorie de la Vie, une projection et un prolongement de soi-même, une métaphore dialectique de et pour l´âme. La mosaïque intuitive est un univers ludique, un jeu de vibrations spontanées où une tesselle improbable nait lorsque se souvenir des connaissances et les oublier se fait exactement au même instant. » Explique-t-elle.

Originaire des Highlands, l’écossais Dugald MacInnes a suivi l’enseignement de l’école d’art de Glasgow où enseignait George Garson qui lui a révélé le potentiel de l’ardoise abondante dans cette région, aux particularités physiques et aux couleurs aussi diverses que remarquables pour la mosaïque.

Dugald MacInnes récolte d’ailleurs lui-même cette ardoise partie intégrante de son paysage natal, conférant ainsi à son travail une profondeur émotionnelle unique. Passionné par les phénomènes géologiques, Dugald MacInnes est titulaire d’un diplôme universitaire en sciences de la terre et en archéologie de terrain. Exposés principalement en Ecosse et en Angleterre, ses travaux ont été présentés aussi en France, à Chartres.

Originaire d’Alfonsine, peintre et mosaïste à la fois, Enzo Tinarelli a suivi des études artistiques à Ravenne, obtenant successivement le diplôme de l’Institut d’art Gino Severini puis celui de sculpture de l’Académie des beaux-arts, avec la thèse « Mythe et imaginaire dans l’art d’aujourd’hui », ce qui explique la perfection de sa maîtrise de la mosaïque antique.

Il est l’un des fondateurs de l’association des mosaïstes de Ravenne qui date de 1982 et grâce à laquelle la mosaïque connut un renouveau, s’ouvrant à l’art contemporain en collaboration avec des artistes, des designers et des architectes. Professeur à l’Académie des beaux arts de Ravenne ainsi qu’à celle de Carrare,  Enzo Tinareli a réalisé 30 expositions personnelles et nombreuses sont ses expositions collectives en Italie, en France et à l’étranger.

Ses mosaïques révèlent un espace bien ordonné, avec des tesselles cubiques articulées savamment pour former un fond raffiné. Les matériaux naturels, principalement le marbre dont Carrare, un de ses lieux de vie, est la ville de référence, dialoguent avec les émaux qui le rattachent aux couleurs byzantines et à son travail de recherches chromatiques.

« Il faut être, peut-être, des experts de la technique pour admirer la rigueur des ourdissages hardis ou la beauté du charmant assemblage de matériaux; on ne peut pas ignorer le superbe geste plein d’un amour incroyable avec lequel une tesselle s’approche de l’autre et semble avoir été là depuis toujours, être née là, être créée pour compléter sa voisine » commente Umberto Morescalchi

Lieux d’exposition

 Tour saint Nicolas

  • une œuvre de Joël Barguil est présentée au musée du Hiéron, musée des Beaux-Arts de la ville de Paray-leMonial, rue de la Paix.
  • À la Maison de la Mosaïque Contemporaine, exposition «Bestiaire minéral» du 28 mai au 13 septembre
  • La galerie L’atelier, rue de la Visitation, mise à la disposition d’artistes liés à l’association, a une programmation hebdomadaire indépendante.

 

M comme Mosaïque

Maison de la Mosaïque Contemporaine

15 B, quai de l’Industrie – F-71600 Paray le Monial

maisondelamosaique.org

Tags:

  • Touche-à-Tout, depuis la photographie, l'écriture, la mise en page et les reportages vidéos

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

impressionnistes

Normandie : Tous impressionnistes

Du 16 avril au 26 septembre 2016, la troisième édition du Festival Normandie Impressionniste ...

Isa-Kaos

« (Re) Belles » Exposition collective et féminine à la Galerie Ici Montreuil

"J’ai choisi de réunir trois plasticiennes. Trois femmes artistes qui ont une vision différente ...

gastronomie ©pink candy-Fotolia.com

La Savoie Mont Blanc estivale : La gastronomie

C'est l'une des régions les plus gastronomiques de France où les restaurateurs s'associent aux ...