Exposition Fausto Melotti au Nouveau Musée National de Monaco

Fausto Melotti

Sculpteur et peintre italien, Fausto Melotti  fut l’ un des principaux représentants du mouvement abstrait milanais, avec entre autres Lucio Fontana, Giacomo Manzù et Luigi Grosso, et l’un des plus grands artistes de l’entre-deux-guerres et de l’après-guerre en Italie.

Ami avec de nombreux écrivains et artistes d’avant-garde qu’il rencontra lors de ses études à Florence, il fut diplômé en génie électrique de l’École Polytechnique de Milan, entama des études musicales, avant de définitivement se consacrer à la sculpture : il étudia dans un premier temps à Turin, dans l’atelier de Pietro Canonica, puis, à partir de 1928, à l’Académie de Brera à Milan, sous la direction du sculpteur milanais Adolfo Wildt.

Au cours de ces différentes années, son style évolua, sa recherche étant basée sur l’articulation de l’espace selon des rythmes musicaux. Ses sculptures sont la preuve de sa passion pour la poésie des matériaux, et s’orientent toujours vers une abstraction pure, prouvant de son attirance pour la peinture métaphysique, et plus particulièrement pour le rationalisme et les artistes liés à la galerie du Milione à Milan.

C’est au cours de son importante exposition de 1935 dans cette galerie, que Melotti affirma les enjeux de l’abstraction en sculpture : « L’art est un état d’âme angélique et géométrique, qui s’adresse non pas au sens mais à l’intellect ». Ses œuvres sont dépouillées, à la limite de l’immatérialité et dont la référence principale était plus rythmique et musicale que plastique. C’est pourquoi la critique italienne le considère comme un précurseur du minimalisme et de l’arte povera. Ses œuvres suivantes seront dotées d’un caractère plus théâtral et narratif par l’adjonction ironique de figurines et de petits objets, sans pour autant perdre de leur rigueur structurelle et métallique. Fausto Melotti enseigna et dirigea la Royal School of Art de Cantorbéry. Sa reconnaissance officielle ne vint qu’en 1967, lors de son exposition à Milan.

Le Nouveau Musée National de Monaco (NMNM) présente une vingtaine de ses sculptures en métal et plus de 70 de ses céramiques. Les commissaires de cette exposition sont partis du constat que les relations entre Melotti et le magazine Domus, fondé en 1928 par Gio Ponti, étaient indissociables. Ainsi, l’exposition comprend surtout des œuvres dont les photographies ont été publiées dans Domus entre 1948 et 1968 et des articles consacrés à l’artiste par ce magazine et ceux que Melotti a lui-même écrit.

Le magazine Domus a été le témoin de l’évolution artistique du sculpteur, la perspective critique développée dans ce magazine étant fondée sur l’idée d’une continuité poétique confirmée par la présence dans chaque article d’images d’œuvres de Melotti datant de différentes époques. C’est pourquoi l’exposition ne suit pas un ordre chronologique.

Les articles de Domus reflétèrent son travail de décorateur avec Ponti et d’autres architectes, et ses sculptures en céramique des années 1940 et 1950 (comme par exemple son Teatrini et ses plaques de céramique) jusqu’à l’apparition de ses nouvelles sculptures métalliques des années 1960. En juillet 1962, Domus publia un article de Melotti dans lequel son langage poétique fait allusion à son silence apparent d’artiste qui a suivi la période abstraite, courte et décisive, qui fut la sienne au milieu des années 1930 : « Nous approchons et retournons (…) vers les nombreux interludes (actes de la vie ?), vers les hymenaios orphiques, méditerranéens, de la géométrie avec la poésie »

Près d’un an plus tard, un autre article de Melotti paraît dans les pages de Domus. Considéré comme l’un de ses textes les plus programmatiques, L’Incertezza (Incertitude), en mars 1963, tient lieu de manifeste complet de la poésie de Melotti, permettant à l’artiste de valider l’originalité de son travail dans le contexte de l’art abstrait.

Avec Domus, Ugo Mulas – présent avec une série de photos des œuvres de Melotti – joue un rôle crucial dans l’exposition, dont la meilleure description a été donnée par le critique et éditeur Vanni Schweiwiller qui écrit à propos de la relation entre Mulas et Melotti : « Melotti s’est attaché à Ugo Mulas qui était son photographe (…) Et la passion et l’excellence d’un grand photographe comme Ugo Molas a contribué de façon significative à la redécouverte, certes tardive, d’un grand sculpteur comme Melotti ».

Photo : NMNM-Andrea Rossetti 2015 – Fausto Melotti (Rovereto, 8 juin 1901 – Milan, 22 juin 1986)

Commissariat: Eva Fabbris et Cristiano Raimondi
Scénographie: Baukuh et Valter Scelsi

Fausto Melotti exposé à Monaco

Informations pratiques

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

ODYSSEY 5069

Les Ambassadeurs 2014 soirée ODYSSEY 5069

Pour cette 13ème édition, Les Ambassadeurs transportent leurs convives dans une odyssée interspatiale et ...

RATP - Jeux Olympiques et Paralympiques

Rencontre avec les Athlètes Ratp de Haut Niveau

La Ratp accompagne dans la dernière ligne droite avant les Jeux Olympiques et Paralympiques ...