Exposition « Fabrik » une épopée industrielle 1933-1953 de Jakob Tuggener

Jakob Tuggener

Géré en régie directe par la Direction de la Culture et du Patrimoine de la Ville de Montpellier et ouvert gratuitement au public, le Pavillon Populaire est un équipement professionnel d’expositions photographiques. Ses expositions sont toujours de haut niveau et après Brassaï, Bernard Plossu ou encore Patrick Tosani, il accueille du 1er Juillet au 18 Octobre 2015, le talentueux et discret Jakob Tuggener (1904-1967) avec près de 140 œuvres en noir et blanc, originales et pour certaines exposées en exclusivité.

Aux photos de machines, d’usines, de toits de zinc, d’ horloges de pointages, de visages et de corps, s’ajouteront des publications qui, en libre consultation, apporteront un éclairage sur le contexte historique dans les domaines de la photo et de la technique. Le public pourra également approcher la version originale de « Fabrik », livre culte et unique dans l’histoire de la photographie et sorti au moment de la seconde guerre mondiale, qui montre des clichés de l’industrie lourde en période de guerre et illustre le rapport de l’homme à la machine. En outre, d’autres photographies de Tuggener seront présentées, permettant de découvrir d’autres facettes sur le thème de l’homme et de la machine et qui furent rassemblées dans deux maquettes de livre originales, comme Schwarzes Eisen [Métal noir] 1935-50 ou Die Maschinenzeit [Le temps de la machine] 1942-51. Tuggener n’étant jamais parvenu à publier ces projets de livre de son vivant.

Parmi ces images, certaines seront exposées pour la toute première fois. Ce vaste ensemble offre une perspective unique sur l’univers industriel des années 1930 aux années 1950. Jakob Tuggener doit sa notoriété à ce livre ; poète de l’image, Il a cherché à travers ses photographies à sublimer les univers, que ce soit ceux de la campagne, de la mer, des montagnes, des courses automobiles, des bals mondains emplis de lumière et de champagne, et surtout à partir des années 50 du travail à l’usine…et à cultiver l’image sous toutes ses formes, photographie, peinture et cinéma.

Jakob Tuggener était un artiste, à la fois photographe, cinéaste et peintre. Né à Zurich, il a peu quitté son pays natal, demeurant discret et peu connu. C’était un passionné d’images, passion qu’il devait d’après lui à son père lithographe qui lui enseigna tout jeune le dessin.Tuggener expliquait son affinité pour le monde du travail au fait que son grand-père était issu des mines et son goût des couleurs grâce à sa tante modiste. Après un apprentissage technique de quatre ans dans la fabrique d’engrenages Maag AG en tant que dessinateur industriel, il se consacre à ses passions et ambitions artistiques à partir des années 30.

Jakob Tuggener travaille pour différents organes de presse et revues d’entreprise sans faire preuve de véritable engagement politique. Son livre « Fabrik » sort, dans lequel il montre une vision de l’usine autrement plus sombre que celle des publications auxquelles il collabore. Les 72 photographies qui sont rangées côte à côte donnent une vision sceptique si ce n’est pessimiste du progrès technique non maîtrisé et de sa puissance destructrice.

Sa carrière a été très influencée par le cinéma expressionniste allemand des années vingt, qui a conféré à son art un style poétique qui a servi d’exemple au lendemain de la seconde guerre mondiale à la nouvelle vague de jeunes photographes qui se réclamaient de la photographie subjective. Photographe suisse d’envergure, l’oeuvre de Tuggener est restée peu connue jusqu’ici. Il était le poète de l’image, le « Poète photographe Ier », comme il aimait à se nommer lui-même car le but de sa recherche artistique n’était pas de reproduire mais de donner une nouvelle version, sa vision personnelle des choses, sa propre vision subjective.

Tuggener classait ses innombrable archives par albums (25, de 1926 à 1936), puis sous forme de «maquettes» de livres, féru non seulement d’images mais aussi de classement et d’agencement dans un souci d’esthétisme. Dans son petit antre de la Titlistrasse (un studio en entresol, avec cuisine-labo et lit à baldaquin), seulement de rares privilégiés furent invités à consulter ses classeurs. C’est pourtant l’un d’eux, Edward Steichen, qui en 1952, demanda à Tuggener une sélection de photos pour les exposer à New York. Deux clichés, insérés dans l’exposition phare The Family of Man, suffirent à le rendre célèbre et à à asseoir la réputation de ce Suisse aussi méconnu que mystérieux, dont le Pavillon Populaire de Montpellier vous propose aujourd’hui de découvrir les talentueuses oeuvres.

▪ Directeur artistique du Pavillon Populaire : Gilles Mora
▪ Commissaire de l’exposition :  Martin Gasser, Conservateur, Fotostiftung Schweiz

Photo : Jakob Tuggener, Bras, Bâle, 1947

Informations pratiques

Fabrik de Jakob Tuggener

Jakob Tuggener

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Kubb

Kubb, réinvente l’ordinateur

Architecturé autour des processeurs Intel Core de dernière génération, Kubb est compatible avec tous ...

Louvre Abu Dhabi

exposition au Musée du Louvre de « Naissance d’un Musée »

L’exposition Naissance d’un Musée, qui regroupe plus de cent soixante des plus beaux chefs-d’oeuvre ...

Mustang

« Mustang » de Deniz Gamze Erguven – Vu pour vous !

Premier long-métrage de la réalisatrice franco-turque Deniz Gamze Erguven, « Mustang » est un ...