exposition « Dessins émois (et moi) »

Françoise Pétrovich

L’exposition : Corps émois (et moi) est une invitation à découvrir la production inédite ou récente de six artistes français et étrangers sélectionnés par Nathalie Béreau, Jean-Christophe Stöerkel et Sitor Senghor. Chaque artiste exposé présentera plusieurs dessins au 6, Mandel ou à l’Espace Oppidum (lors du temps fort des salons Drawing Now et Art Paris) ou aux deux selon le rythme de chaque espace et la relation qui sera créée entre les artistes et les oeuvres. A la fois subjectif et réfléchi le choix particulier de ces artistes ne se prétend pas exhaustif sur un thème aussi vaste mais une proposition à y regarder de plus près en tant que voyeur et collectionneur ! Le corps en (auto)-observation devenant sujet (Emmanuelle Pérat), en dissection cannibale (Elsa Guillaume), en miroir de soi et de l’autre (Edith Meijering), en perdition (Nebojsa Bezanic), en question sur la condition humaine (Daniel Dansou) ou sur le passage étrange à l’adolescence (Françoise Pétrovitch). Chacun abordant le sujet dans des techniques différentes, l’exposition balayera donc un spectre large des medium utilisés : fusain, pastel sec, encre de Chine ou acrylique, feutre, crayon, lavis, stylo à bille.

Le corps est le prétexte à un questionnement permanent de la part des artistes : quel regard portons nous sur lui dans une société où il devient objet de représentation et de diffusion continuelles sans tabou et avec une certaine perte de l’intimité ? Quel rapport établissons nous avec ce corps face à la beauté, au vieillissement, au rapport à l’autre, à la différence donc, à la machine qu’il deviendra peut- être dans un temps futur ? Dans un monde en mutation technologique, quelle place a-t-il dorénavant, quelle identité lui accoler ? Sera-t-il englouti dans un univers délirant et fantasmagorique comme le suggère Nebojsa Bezanic ou bien corps s’entredévorant dans une joyeuse sarabande ? Corps en immersion dans une eau calme, sensuel ou rêveur, en transition vue avec nostalgie, visages qui nous font face dans leur plus belle vérité ou cachés sous un masque monstrueux.

L’exposition ne répond pas à toutes les questions mais donne des pistes de réflexion à travers l’image au sens stricte du terme. Après un « retour » (sic) annoncé du figuratif, puis du dessin, la représentation du corps en particulier, est au-delà des modes et des tendances. Elle peut parfois déranger dans sa crudité ou une violence non feintes, mais reste une constante tout au long de notre histoire et culture. La vigueur et la force, la singularité dont les artistes exposés font preuve ont concouru pour certains déjà à être reconnus tant en France qu’à l’étranger. L’exposition est également l’occasion de montrer des artistes émergents à découvrir.

Commissaires de l’exposition : Nathalie Béreau, Jean-Christophe Stoërkel et Sitor Senghor

Françoise Pétrovich, Sans titre, 2014, lavis d’encre sur papier, 120 x 160 cm. (Photo: A. Mole /Courtesy Semiose galerie, Paris). 

Les artistes

Nebojsa Bezanic
Daniel Dansou
Elsa Guillaume
Edith Meijering
Emmanuelle Pérat
Françoise Pétrovitch

1 Exposition = 2 lieux + 2 RdV

Le 6, Mandel (vernissage sur invitation le 18 mars de 17h00 à 21h00 19 mars -18 avril 2015)
6, avenue Georges Mandel 75116 Paris
exposition : entrée par le 1, rue Greuze
www.6mandel.com

Oppidum Galerie (vernissage sur invitation le 26 mars de 18h00 à 22h00 27-29 mars 2015)
30, rue de Picardie 75003 Paris

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Min Jung-Yeon

Min Jung-Yeon « Plier la fenêtre, déplier la porte »

L’enfance de Min Jung-Yeon a été peuplée des héros et des légendes de jeux ...

Perce-Neige

Perce-Neige célèbre ses 50 ans avec #Tous avec Lino

Le mois prochain, sera lancée une grande campagne à l’occasion des 50 ans de ...

Matérialité de l’Invisible

Matérialité de l’Invisible au 104

L'art et l'archéologie ont en commun de rendre visible ce qui ne l'était pas, ...