Exposition de Daphné Corregan et de Gilles Suffren à l’Abbaye de Coat Malouen

Alors que la modernité libère l’homme de tout contact avec la matière, Daphné Corregan & Gilles Suffren nous invitent à entrer et entretenir un lien intime où la présence de la main et du corps façonne leurs oeuvres : Daphné Corregan développe un travail d’une grande virtuosité où le contenant devient l’architecture de son rapport au monde. Gilles Suffren lui érige des volumes sculptures alliant des formes géométriques minimales à des traitements de surface brutes, les déformant. Leurs oeuvres font partie d’importantes collections publiques et privées.

Daphné Corregan

Née en 1954 aux USA

Plasticienne et céramiste installée en France depuis 1971 – Vit et travaille en région Paca

A force de structurer et déstructurer, épurer et raffiner, enfumer et émailler, plonger dans un bain de terre pour émerger dans un espace à organiser, explorer d’autres matières, d’autres continents, d’autres civilisations, Daphné Corregan a réussi à créer son propre vocabulaire, à maîtriser sa grammaire pour naviguer sur une crête étroite entre sculpture et objet, noir et couleur, concept et réalisation, invention et dépouillement. Sa démarche consiste à visiter et à revisiter tout un vocabulaire allant du contenant, de l’architecture et du corps. Elle revendique des préoccupations formelles et puise dans les arts décoratifs dans un continuel va et vient entre ses propres recherches et des influences venant d’ailleurs. « Mon travail porte les traces de mes origines américaines, de ma vie en France, de mes nombreux voyages à travers des pays à la recherche d’architectures, d’arts traditionnels et populaires, de motifs, couleurs, odeurs et pensées différents des nôtres. La présence de l’objet, sa référence à notre quotidien ou à une mémoire ancestrale et repérable et le dialogue entre les choses m’intéressent particulièrement. Les pièces sont réalisées à la plaque et colombin selon la tension ou la mollesse recherchées, cuites en raku, enfumées ou engobées de blanc. Le dessin est présent dans tout mon travail. « 

Collections publiques : France Musée des Arts Décoratifs, Paris Centre Georges Pompidou, Paris Musée d’Art Contemporain, Dunkerque FRAC, Languedoc Roussillon

Allemagne Landesmuseum, Stuttgart

Gilles Suffren

Né en 1953 à Aix en Provence – Vit et travaille en région Paca

Architecte de formation, Gilles Suffren travaille la céramique en tant que sculpteur. Il revendique son statut de bâtisseur artiste, et joue en permanence avec les notions d’équilibre et de déséquilibre. Il invente un dialogue entre matière et espace, en jonglant avec les contraintes techniques qu’il intègre dans sa démarche plastique. Jugeant illusoire la quête d’une vérité absolue, il laisse la place au doute pour mieux s’épanouir dans l’éloge sans cesse revitalisé de la fragilité… Il bouscule, déstabilise en nous montrant par exemple le cube comme une étrangeté, comme une forme que nous croyions connaître mais qui nous apparaît sous un jour nouveau. Une instabilité feinte, point d’équilibre entre le vide et le plein, interstice entre le tout et le rien. Gilles Suffren expose principalement en France, en Allemagne et aux PaysBas depuis le début des années 80.

Collections publiques : France Musée des Arts Décoratifs, Louvre, Paris Ville de Mulhouse FRAC, Languedoc Roussillon Ville de Châteauroux Musée d’Art Contemporain, Dunkerque

Allemagne Landesmuseum, Stuttgart

  • Expostion du 27 juillet  au 16 septembre 2012

Abbaye de Coat Malouen
22480 Kerpert
dans la galerie et les jardins de l’abbaye

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité