exposition Au Lait ! Quand l’art déborde à La Maison de La vache qui rit

Zones VII 2001 © Patrick Tosani – Courtesy galerie In Situ Fabienne Leclerc, Paris

Fleur de lait, caramel au beurre salé, crème brûlée, le lait est là au!coeur!de mots qui nous font saliver ou nous font revenir des souvenirs d’enfance. On ne le trouve pas uniquement! dans les anciennes laiteries, ces maisons d’un autre temps!destinées à servir un lait crémeux, des choux et des éclairs fouettés de chantilly, ou dans les publicités abondantes des grandes surfaces. Le lait est là, dans l’art contemporain.

Voilà le lait présenté comme une étrange mélodie dans ces oeuvres rassemblées à l’occasion de cette exposition de Lab’Bel. Comment les artistes se saisissent-ils de cette matière opaque mais luminescente, pour la verser dans notre imaginaire!? Le lait est une matière organique, presque vivante. Et le mouvement par lequel ils s’en servent est un débordement, la tentative vaine ou le refus de le tenir dans le verre, à l’intérieur d’un cadre, au sein d’une forme.

Le lait est une matière ambivalente, éclatante de blancheur et cependant opaque. A se demander ce qu’il cache dans son épaisseur. (…)! Silvia Guerra, co-commissaire

L’exposition Au Lait! Quand l’art déborde conçue par Lab’Bel – Laboratoire artistique du Groupe Bel – et que présente La Maison de La vache qui rit de Lons-le- Saunier à l’été 2012 souhaite mettre en lumière le rôle et la place du lait dans certaines des pratiques artistiques contemporaines. Tremblant, circulant, jaillissant, se déployant ou débordant dans l’espace, le lait suscite une vaste gamme de sensations tout à la fois organiques et esthétiques. Cette exposition originale et inédite, ludique et inspirée, rassemblera une sélection d’oeuvres d’artistes émergents ou confirmés : Boris Achour, Ismaïl Bahri, Ceal Floyer, David Lamelas, Matthias Müller, Sara Naim, Géraldine Py & Roberto Verde, Delphine Reist, Andres Serrano et Patrick Tosani.

Par le jeu des oeuvres choisies et des interactions qui s’opèrent entre elles, l’exposition vise à révéler toute une série de réflexions sur les dimensions, les mutations et les métamorphoses dont le lait est à la fois support et vecteur. Renvoyant de prime abord au thème universel de l’enfantement, l’exposition s’ouvre sur le dialogue entre une Vierge à l’Enfant polychrome du 15ème siècle, dont l’histoire est liée à celle du Jura, et une représentation contemporaine de celui-ci avec Woman with Infant (1996) du photographe américain Andres Serrano, image d’une femme noire tenant dans ses bras un nouveau-né blanc. Le lait dans l’oeuvre de Sara Naim Beethoven – Moonlight Sonata (2009) vient jouer sur l’idée du lait en tant que couleur monochrome tandis que dans Zones de Patrick Tosani (2001), il est à la base de jeux subtils sur la couleur. Combiné au noir de l’encre dans la série Latences (2011) de l’artiste tunisien Ismaïl Bahri, il fait se perdre notre regard entre infiniment petit et infiniment grand. Révélant des questionnements et des remises en cause sur le temps, l’espace, la science et l’origine de nos propres sensations, le lait irrigue ainsi de façon ludique, ou parfois plus grave, les travaux présentés. Tous viennent rappeler qu’il est à la fois une matière sensorielle et intellectuelle, lumineuse et ambivalente, véhicule d’un souffle vital unissant expérience individuelle et mémoire collective.

L’exposition Au Lait! ! Quand l’art déborde a pour commissaires Laurent Fiévet et Silvia Guerra (directeur et directrice artistique de Lab’Bel). Elle sera présentée dans une scénographie signée du collectif d’architectes portugais «!petit Cabanon!» et accompagnée d’un catalogue illustré. www.lamaisondelavachequirit.com

SCENOGRAPHIE petit CABANON

Le collectif portugais petit CABANON collabore de façon régulière et suivie avec Lab’Bel. Il est déjà intervenu sur la scénographie de l’exposition REWIND, première exposition de Lab’Bel, sur celle de l’exposition Art for Life / Art for living organisée par Lab’Bel à la Foire SWAB de Barcelone en mai 2011 ainsi que sur celle de Même Pas Vieille présentée à l’été 2011 à La maison de La vache qui rit et de Touching the Moon à la Galerie 5 de la Bibliothèque d’Angers en février 2012.

petit CABANON se définit comme une plateforme architecturale pour la recherche curatoriale qui engage des réflexions sur l’espace et la culture visuelle. C’est aussi un atelier transdisciplinaire pour d’inventives installations spatiales, étendant la notion de présentation et de pratique curatoriale.

Ayant débuté en tant qu’espace expérimental et site internet pour l’architecture et la culture visuelle, petit CABANON a tout d’abord fonctionné en tant que lieu de discussion et d’échanges pour les projets de recherche de free-lances et de librespenseurs se réunissant dans une petite échoppe de Porto, à CCBombarda.

petit CABANON développe aujourd’hui la production d’un corpus, écrit et visuel, abordant des questions transversales relatives aux champs de l’architecture, des arts visuels et de la culture urbaine. www.petitcabanon.org

Inês Moreira est architecte, chercheure et curatrice. Basée à Porto (Portugal), elle est doctorante en Curatorial/ Knowledge, Visual Cultures Department au Goldsmiths College (Londres), grâce à une bourse de la Fundação para a Ciência e Tecnologia. Elle détient un Master en Theory of Architecture and Urban Culture (UPC Barcelone, 2003) et un diplôme d’Architecture de la FAUP de Porto (2001). Dans ses recherches et sa pratique, elle s’est attachée à expérimenter des collaborations entre l’architecture, l’art contemporain et la recherche transversale sur la culture contemporaine. Ces dernières années, en tant que curatrice, elle s’est particulièrement penchée sur la question de l’espace sous le titre “Performing Building Sites: curatorial research and practice in/on space”. Cette recherche propose une épistémologie critique dans le champ des études curatoriales et synthétise son expérience professionnelle en tant qu’auteure/ designer d’installations spatiales pour des expositions.

Exposition METAPHORIA!/ GUIMARAES 2012, Capitale Européenne  De La Culture

En 2012, Lab’Bel poursuit cette avancée en s’impliquant au Portugal à Guimarães, Capitale Européenne de la Culture en 2012. Née d’un dialogue sur l’idée de la métaphore – à la fois figure de style issue des premiers balbutiements poétiques, puissance de déplacement, évocation d’un transport d’une réalité à une autre, d’une réalité à une pensée –, l’exposition METAPHORIA!invitera notre regard à se porter ailleurs, plus loin, au-delà. Etablissant une passerelle entre poésie, «!moteur!» du projet, musique et arts visuels, elle fera se réunir et dialoguer artistiquement les écrivains Rui Costa, Ellen LeBlond Schrader et Joana Serrado! ;! les plasticiens Jason Dodge et Katie Paterson! ; les musiciens et compositeurs Hélène Breschand et Jean-François Pauvros. Nouvelle lecture du mythe de l’Océan fondateur, baptême à refaire pour réussir à entendre la poésie, chemin que dévoile la musique entre nous et les mots, dialogue sur la disparition du mot Saudade, orphelin!car sans synonyme,! sont autant de pistes que développe actuellement la pensée dynamique de METAPHORIA en tant projet d’exposition ad hoc, circonstanciel et autonome. Du 29 septembre au 10 novembre 2012 au Musée d’Archéologie, Sociedade Martins Sarmento, Guimarães 2012, Capitale européenne de la culture.

  • Du 13 juillet au 23 septembre 2012

La Maison de La vache qui rit

  • 25, rue Richebourg
  •  39000 Lons-le-Saunier!
  • Voir les commentaires : (0)

Publicité