Eva Magyarosi et Atsoupé dans Chœur de filles

Chœur de filles - Atsoupé

Chœur de filles :  Premier duo entre Eva Magyarosi et Atsoupé. Au-delà des deux artistes en jeu, le père semble bel et bien, chez la plupart des artistes femmes, jouer un rôle essentiel dans le processus créatif. 

Chœur de filles ? Il y a donc un père. Car si le titre de ce premier duo entre Eva Magyarosi et Atsoupé se réfère à Chœurs Politiques, le dernier opus de Frank Smith, il se réfère aussi à la personne du père qui, au delà des liens graphiques, crée un lien entre les deux artistes de par son importance fondamentale dans leurs créations respectives. Atsoupé l’affirme : « Il y a forcément quelqu’un qui est l’adresse première » – le père en l’occurrence – et Eva Magyarosi lui dédie ses Invisible Drawings : « To my father ». Au-delà des deux artistes en jeu, le père semble bel et bien, chez la plupart des artistes femmes, jouer un rôle essentiel dans le processus créatif. Pas n’importe quel père : ce père là, cette image mentale qui va stimuler la créativité des Chœurs de filles, est à la fois un défi, cette « adresse première » à qui Atsoupé continue de se référer dans sa peinture, pour lui dire « Tout ce que je ne lui ai jamais dit, ce que j’aurais été fière de lui montrer, tout ce qu’on n’a pas fait ensemble, tout ce que je suis devenue » mais aussi une absence, incarnant tout la fois une exigence et une ignorance. Inspirer, et laisser faire. Eva Magyarosi le dit elle aussi : « J’ai toujours senti que nous devions avoir cette grande conversation. Mais elle n’est jamais advenue. Il ne reste que les rêves. »

Les toiles, les dessins, les textes d’Atsoupé s’inspirent essentiellement de la vie, du vécu, du ressenti, du quotidien et de la lumière de chaque jour : « des parcelles de poésie ». L’une de ses plus belles toiles a été peinte avec la pensée du père : un cimetière, reposant, paisible, car si « la disparition de l’être est difficile à vivre, la mort, elle, est un état de l’être, un état sans tristesse. »

Les vidéos d’Eva Magyarosi, star de l’animation en Hongrie, sont quant à elles empreintes d’une nostalgie qui semble nourrie des mythes anciens de son pays et de sa langue si particulière, douce et rocailleuse à la fois. Les Invisible Drawings d’Eva Magyarosi font eux aussi référence à son père disparu et à ses souvenirs d’enfance, toute cette partie de son existence – de notre existence – désormais enfouie au fond de sa mémoire d’artiste et de notre mémoire de spectateurs. Autour de ses dessins peut-être invisibles mais animés, des dessins réalisés tout exprès pour Chœur de Filles, à la « manière » Magyarosi, une manière d’ores et déjà reconnaissable entre toutes. Barbara Polla

Le blog d’Atsoupé : http://atsoupe.blogspot.fr/
Le facebook de Eva Magyarosi : https://www.facebook.com/magyarosi.eva/

Photo : Atsoupé

Atsoupé

ÉVA MAGYARÓSI, THE PINE TREE, 2016-17

CHŒUR DE FILLES : Eva MAGYAROSI & ATSOUPÉ

Atelier d’artistes
Vernissage le samedi 16 septembre 2017, de 16h à 20h
36 Avenue Jean Moulin (code : sonnette 1061 / contact : 06 78 32 74 16), 75014, Paris

Exposition jusqu’au 30 septembre, sur RV
Finissage-brunch-goûter le dimanche 1er octobre de 13h à 18h

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Chénel

Procédés Chénel International donne Carte Blanche au Papier

Sophie Chénel, gérante de Procédés Chenel International, poursuit depuis 20 ans la tradition familiale ...

Chine – Esquisses de tableaux historiques 1950-1970

Exposition Chine – Esquisses de tableaux historiques 1950-1970

Parler de l’art chinois des années 1950 aux années 1970 revient à citer les ...

Franka Severin

Franka Severin : Un jour… un évènement

L’artiste italienne Franka Severin expose une trentaine de peintures à La Chapelle Sainte-Elisabeth de ...