• Soutenez artsixMic
  • Aidez-nous à bouger les choses !

ÉPHÉMÈRES à la galerie Laure Roynette

WODA
© Gwenaelle Dautricourt et Philippe Wojazer

La galerie Laure Roynette présente « ÉPHÉMÈRES », la prochaine exposition personnelle du collectif de photographes WODA (Gwenaelle Dautricourt et Philippe Wojazer) du 28 Novembre 2013 au 11 Janvier 2014 au 20 rue de Thorigny 75003 Paris.

“Ce travail est né d’une rencontre, d’un échange d’idées sur ce que la photographie peut conserver d’un instant fugace. Un arrêt sur image, la préservation d’un souvenir. L’idée des bulles est venue assez vite. De nos émerveillements d’enfants lors des quelques secondes où les bulles s’envolent et éclatent. Essayer de les retenir un peu en arrêtant le temps, pouvoir retrouver cette sensation. Lors de nos longues discussions, nous avons dérivé vers ce que pouvait représenter pour les adultes que nous sommes devenus, ce souvenir. Était-ce seulement le jeu, ou la représentation du jeu pouvait-elle révéler un souvenir plus lointain et profond ?

La première bulle, notre universelle première bulle, magie et beauté. Est-elle début et fin, aussi éphémère que fragile ? Chacune différente et semblable. Sontelles le renouvellement, les générations futures ? Nous avons travaillé dans des atmosphères aussi différentes que la mer, où tout naquit, la forêt, des bâtiments abandonnés ou aux architectures sublimes. Chaque fois, le lieu révéla sa magie grâce à l’éphémère. Que voir dans nos bulles : la cellule originelle, une lumière, ou simplement cette impression de “déjà-vécu” ? À vous d’y retrouver ce que vous y cherchez. Laissez-vous, comme elles, guider par le vent. Ce qui a vraiment un sens, c’est la joie. A-t-on besoin de comprendre ? Ce que vous voyez vous rend heureux ? Tout est là.”

Gwenaelle Dautricourt est diplômée de l’ESCP. Passionnée de photo, elle démarre pourtant sa vie professionnelle comme auditeur chez Pricewaterhouse coopers. Elle travaille ensuite chez Yves Saint-Laurent avant de se consacrer entièrement à la photographie. Spécialiste de natures mortes, elle s’intéresse surtout aux bijoux, cherchant toujours à rester fidèle à la délicatesse d’un dessin, la finesse et l’éclat des pierres. Elle travaille pour de jeunes créatrices, séduite par leur indépendance et l’univers onirique de leurs créations. Il y a 3 ans, elle forme avec Philippe Wojazer le collectif WODA au sein duquel elle cherche à maîtriser ces objets si fragiles et tellement instables que sont les bulles de savon. Après un premier travail en studio, elle photographie avec WODA les bulles dans des environnements choisis pour leur pureté, leur simplicité ou leur force. Un environnement qui leur rend toute leur poésie et leur magie, et qui propose un contraste fort avec cet instant si fugace d’une bulle en suspension.

Philippe Wojazer, né à Paris en 1959, photographe autodidacte depuis 1979, à l’AFP puis à l’agence Reuters. Il a couvert toutes sortes de sujets : mode, conflits, faits divers, sport, politique, spectacle … Les campagnes électorales présidentielles, l’accession au pouvoir de Nelson Mandela, le retour au Pakistan de Benazir Bhutto, les camps de réfugiés Afghans au Pakistan, la guerre du Golfe, les défilés de mode, les émeutes en banlieue, le montage de la comédie musicale Cabaret. En 2010, il crée avec Gwenaelle Dautricourt le collectif WODA pour passer du concret à l’abstrait. L’envie de ne pas informer mais de laisser l’imaginaire guider ses images. Et laisser le spectateur décider.

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité