Emancipéés un Festival dédié à la littérature, à la chanson et à toutes les libertés !

Emancipéés - festival dédié à la littérature, à la chanson et à toutes les libertés

« Les Emancipéés avec deux 2é, pour s’affranchir de la grammaire, pour marquer une égalité, pour sourire à la nuance.
 » Arnaud Cathrine et Ghislaine Gouby 

Nouvelle structure phare du Morbihan, Scènes du Golfe est née de la volonté des communes de Vannes et d’Arradon et de leurs maires David Robo et Antoine Mercier de fusionner leurs deux théâtres au 1er septembre 2016. Ce nouvel Établissement Public de Coopération Culturelle constitue un formidable outil de développement artistique pour le public de Vannes, de son agglomération, du département et de la région. La création des Emancipéés, nouveau rendez-vous littéraire et musical, en est une nouvelle illustration. Une première édition d’un Festival dédié à la littérature, la chanson et toutes les libertés, toutes les rencontres artistiques.

Rassembler des artistes, écrivains, chanteurs, musiciens, comédiens, danseurs qui désirent, en scène, trouver des paroles neuves, fortes, belles, décalées, croisées, inédites. Des artistes qui se jouent des frontières habituelles, qui embrassent les arts, qui cherchent des formes différentes.
 Des artistes libres, explorateurs, généreux,curieux.
 Des artistes partageurs, ivres de rencontres. Alors ce mot, les Emancipéés s’est imposé. Avec deux 2é, pour s’affranchir de la grammaire, pour marquer une égalité, pour sourire à la nuance.
 Virginie Despentes, Béatrice Dalle, Camélia Jordana, Delphine de Vigan, Vincent Delerm, Claire Diterzi et toutes et tous les autres seront là. 
Pour fêter la littérature, la chanson et toutes les libertés ensemble pour ce premier épisode de ce nouveau festival qui sent bon la création. Arnaud Cathrine et Ghislaine Gouby  étant, il faut le dire,  les maîtres d’oeuvre et les organisateurs de cette nouvelle assemblée de créateurs penseurs.

Les Émancipéés se conjugue au féminin pluriel : Véronique Ovaldé, romancière, et Maëva Le Berre, violoncelliste, nous offrent une lecture musicale inspirée du dernier roman de la première : Soyez imprudents les enfants. On y suivra, sur plusieurs années, le chemin que s’invente une jeune femme, Atanasia Bartolome, vers la liberté et l’invention de soi. On le sait : on ne naît pas femme, on le devient. C’est la belle et difficile ambition d’Atanasia (qui nous renvoie forcément à nous-mêmes) : se libérer des corsets familiaux, sociaux, et exister en propre.

Carte blanche a été donnée à la romancière Virginie Despentes. Elle a convié Béatrice Dalle et le groupe Zëro. Pour Les Émancipéés, ils revisiteront en musique l’oeuvre littéraire de Pier Paolo Pasolini à travers ses poèmes, ses articles et sa correspondance. Nul doute que l’Italie de l’après-guerre vue par cet immense artiste, auteur et réalisateur, a quelque chose à nous apprendre de notre pays aujourd’hui et maintenant.

L’une est écrivaine, l’autre est chanteuse. Delphine de Vigan et La Grande Sophie s’admirent et elles ont décidé de monter sur scène ensemble pour mêler leurs univers. Les livres de l’une et les chansons de l’autre se marient, se toisent, se répondent, au point qu’on a parfois l’impression que tous ces textes ont été écrits pour marcher de concert ! Il est même question que l’une se risque sur le terrain de l’autre (et vice versa) : pour l’occasion, la chanteuse lira et la romancière chantera.

Marguerite, Jeanne et Emmanuelle de & avec Emmanuelle Huynh en introduction du spectacle « L’une et l’autre »

Plonger, re-plonger vers Marguerite Duras et Jeanne Moreau que j’ai intensément lues et écoutées il y a longtemps… Et découvrir à l’occasion le film India Song que je n’avais jamais vu. Marguerite Duras a commandé une musique à Carlos d’Alessio d’un côté pendant qu’elle tournait du sien, en laissant dit-elle « du blanc pour celle-là ». India song, la musique, est devenue un « tube » en soi sans se résumer à son apparition dans le film. Pourtant, elle contribue fortement à son audace cinématographique. Elle apparaît de multiples fois dans les deux heures de film, de loin, en sourdine, forte comme le centre de l’action, superposée aux cris violents du vice-Consul en disgrâce. Elle agit comme les voix off des acteurs ou de Duras-même : elle devient un puissant agent narratif. La chanson éponyme, écrite par Duras, interprétée par Moreau, est une autre manifestation de India Song, le film, le texte, la musique, la pièce de théâtre… Je souhaite « danser » cette chanson, c’est-à-dire faire surgir l’espace qu’il y a en elle. En m’appuyant sur les parcours des marches de Anne-Marie Stretter à l’écran, de celles de ses amants, du vice-Consul, leur rythme, leur nonchalance, leur façon de sortir et d’entrer dans le champ, leurs positions, leurs mouvements. De façon à ce que, si la chanson est l’entre-deux de la musique et de la poésie, la danse soit celle du film et de la trace qu’il a laissée en nous.Trace et par là même chorégraphie de ce désir, « de cet amour-là, de cet amour mort ».

Découvrir la sieste acoustique de Bastien Lallemant

Vous entrez dans une salle parsemée de coussins et de tapis. Vous vous allongez. Dans une semi-obscurité, le chanteur Bastien Lallemant s’installe non loin de vous avec ses invités (le meilleur de la nouvelle scène française). Fermez les yeux : ils vont jouer et chanter pour vous pendant une heure. On n’applaudit pas entre les morceaux, mais on a le droit de s’endormir. Vous allez voir : l’expérience est sensationnelle ! C’est la sieste acoustique de Bastien Lallemant avec notamment Charles Berbérian, Arnaud Cathrine, Bastien Lallemant, Raphaële Lannadère, JP Nataf & Camélia Jordana.

Pour danser et s’aimer : Le grand bal clandestine

Le duo très prisé des « after » Vannetaises Voulez-vous… invite les douze musiciens du MH Bigband et transforme clandestinement l’Espace du Golfe en grand dancing. Imaginez l’impossible, la scène de bal de Belle du seigneur réinventée par le duo version grand orchestre et transposée au XXIIe siècle. Mélange musical entre romantisme suranné et surréalisme post-moderne bien déjanté. Des invités prestigieux en profiteront certainement pour s’y émanciper… Y’a rien à faire, juste à danser, juste à s’aimer…

Etc, etc… les Emancipéés avec encore de nombreuses autres propositions qui donnent d’ores et déjà envie d’être présent à cette première d’un festival, qui promet que du beau et du bon. Une véritable invitation à l’émancipation !

Informations pratiques :

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Secours Populaire

200 artistes se mobilisent pour le Secours Populaire

Grâce au Secours Populaire, 120.000 personnes ont accédé à la culture et aux loisirs ...

Polar- Prix Sncf 2017

Prix SNCF du Polar 2017

Du 31 mars au 2 avril, SNCF transportera son univers du polar au cœur ...