• Participez au artsixMic Crowfunding !
  • Aidez-nous à bouger les choses !

Éléonore Bernheim, Nicolas Gob dans l’Art du crime

Crime : L'art du crime

L’art du Crime vu par Éléonore Bernheim  « Le duo existe vraiment par ce décalage. Lui est une sorte de brute, taiseux et bourru mais au grand coeur ; elle en est l’opposé, le jour de sa nuit ! »

France 2, lance une nouvelle série qui mêle thriller et histoire de l’art et qui s’intitule « L’Art du crime« . Cette fiction produite par Gaumont a été en partie tournée au Louvre et retrace les aventures d’une historienne de l’art qui collabore avec la police pour résoudre des meurtres en lien avec le monde l’art. Éléonore Bernheim, donne la réplique à Nicolas Gob, dans le rôle de l’enquêteur novice en art. La première saison compte six épisodes, dont le premier sera diffusé le 17 novembre. Ensemble, ils vont résoudre des crimes remplis d’énigmes artistiques.

À l’heure où l’offre de contenus explose, réinventer la série policière est un défi des plus ambitieux. Comment marier créativité, qualité et service public pour renouveler le genre et tenter de convaincre le plus grand nombre ? Lorsque les équipes de Gaumont, Isabelle Degeorges et Arnaud de Crémiers, nous ont proposé le concept d’Angèle Herry Leclerc et Pierre Yves Mora, L’Art du crime, nous avons tout de suite été séduits par l’originalité de cette proposition qui explorait sur un ton de divertissement policier le monde de l’art. Un excellent flic, mais inculte, est contraint de faire équipe avec une historienne de l’art brillante, mais maladroite. Elle a l’art, il a la manière ! Et si on retournait au Louvre, non pour admirer des toiles de maîtres, mais pour résoudre des meurtres ? Récemment nommé à l’Office central de la lutte contre le trafic des biens culturels (OCBC), aussi novice en art que sa partenaire l’est en matière d’enquêtes criminelles, Antoine Verlay (Nicolas Gob), tout mal embouché soit-il, n’a d’autre choix que d’accepter les services de Florence Chassagne (Éléonore Bernheim) afin d’élucider des crimes liés à une oeuvre d’art. Le postulat est aussi efficace que savoureux. Les toiles sont les miroirs des tourments et des dilemmes de leurs auteurs. Verlay et Chassagne explorent les névroses, les tabous et les secrets que les maîtres (Vinci, Watteau,Géricault pour la saison 1) ont plus ou moins consciemment dissimulés sous leurs pinceaux. Plus qu’un mobile, l’oeuvre devient le décor et la clé de l’investigation. Afin de trouver l’assassin, ce duo forcé et atypique doit explorer l’intimité des plus grands artistes : qui n’a jamais rêvé d’être dans la tête de Léonard de Vinci ? Autre particularité de cette série, chaque enquête est développée sur deux épisodes, diffusés en une soirée. Ainsi, nous pouvons explorer la richesse de ces intrigues tout en préservant le rythme et la densité propres au cinquantedeux minutes.

Avec brio, Charlotte Brändström et Éric Woreth sont parvenus à transcrire l’alchimie entre urgence policière, jubilation artistique et comédie. Bienvenue dans le monde de l’art !

« Ils sont totalement différents et ne se supportent pas. Donc, devoir résoudre ensemble une enquête, c’est compliqué. » Nicolas Gob

« Le duo existe vraiment par ce décalage. Lui est une sorte de brute, taiseux et bourru mais au grand coeur ; elle en est l’opposé, le jour de sa nuit ! » Éléonore Bernheim

Le pitch : Viré de la PJ pour insubordination, Antoine Verlay, flic opiniâtre et un brin sanguin, est rattaché à l’OCBC (Office central de lutte contre le trafic des biens culturels) grâce à l’influence de Pardo, son ami et désormais patron. Excellent enquêteur mais franchement inculte, Antoine fait équipe avec Florence Chassagne, historienne de l’art réputée à l’imagination débordante. Elle a l’art, il a la manière. Ensemble, ils vont assembler les pièces d’énigmes artistiques et résoudre des crimes.

Avec Nicolas Gob, Éléonore Bernheim, Philippe Duclos, Benjamin Egner, Farida Rahouadj, Ambroise Sabbagh, Emmanuel Noblet…
Guests : Miou-Miou, Louis-Do de Lencquesaing, Catherine Wilkening, Frédéric Pellegeay…

L'Art du crime : Making of

Nicolas Gob et Eléonore Bernheim

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Très Court International Film Festival

Pour cette 18e édition, c’est l’actrice et réalisatrice Aure Atika qui présidera le jury ...

Cinéma 25 mai

Au cinéma cette semaine du 25 mai au 1er juin

Les films au cinéma cette semaine : De douces paroles, Elle, John from, Joyeuse ...

césar 2016

César 2016 les 22 lauréats récompensés

Les 4 276 membres votants de l’Académie des Arts et Techniques du Cinéma ont ...