• Participez au artsixMic Crowfunding !
  • Aidez-nous à bouger les choses !

Deuxième édition du rendez-vous photographique de la ville de Vichy

Portrait(s)”, la deuxième édition du rendez-vous photographique de la ville de Vichy prend son essor et se tient cette année du 13 juin au 31 août. Après le succès de la première édition, saluée par 25 000 visiteurs, Vichy redevient le temps d’une saison un avant-poste de la photographie d’aujourd’hui et présente au public des expositions à la fois marquantes et accessibles, centrées exclusivement sur l’art du portrait.

Le festival présente différentes approches du portrait, qu’elles soient issues de la tradition documentaire ou bien qu’elles relèvent de la fiction, de l’intime ou encore de dispositifs plus conceptuels. Il s’appuie sur les oeuvres de photographes confirmés comme d’artistes plus jeunes. Il propose un voyage dans une pluralité de visions et de regards – oeuvres de photographes confirmés comme d’artistes plus jeunes s’y côtoient – afin de permettre au public de découvrir et redécouvrir le portrait dans ses formes les plus classiques comme les plus déroutantes.

La deuxième édition de «Portrait(s)» réunit huit artistes. Jeanloup Sieff, disparu en 2000, laisse derrière lui une galerie sensible de portraits de personnalités photographiées tout au long de sa carrière. Bruce Gilden percute les passants de New York et produit des images à l’estomac qui traduisent la frénésie de la ville. Michael Wolf capture les voyageurs derrière les vitres du métro de Tokyo, visages incarcérés dans les fenêtres des wagons comme autant de poissons en aquarium. Jim Naughten, pour sa première exposition en France, présente les Héréros de Namibie dont les vêtements d’apparat, robes longues et costumes militaires empruntés à l’ancien colon germanique, commémorent une histoire sanglante. Martina Bacigalupo recycle d’étranges portraits sans visages trouvés au Gulu Real Art Studio, en Ouganda, images dépossédées de ce qui constituent leur matière première et qui soudain obligent le regardeur à imaginer les visages qui ont été évincés du cadre. Claudia Huidobro se lance dans un corps à corps avec soi-même et avec l’espace, et fait de sa grande silhouette un objet de sculpture qui repousse les murs. Les éditions Filigranes, enfin, remontent le temps et, à la faveur d’une sélection de portraits, reviennent sur la complicité qui les lie aux nombreux auteurs qu’ils ont publiés depuis leur naissance en 1988. Cette année, la ville confirme également son engagement auprès de la photographie contemporaine, en offrant pour la première fois une résidence à un photographe. Cédric Delsaux a posé, en avril dernier, un socle dans les rues et les jardins de Vichy et demandé à de simples passants de monter sur cette mini scène. Le temps d’un cliché, il a réenvisagé les liens qui unissent les gens et les lieux dans lesquels ils évoluent chaque jour.

Ces huit expositions se tiennent simultanément en centre-ville et à l’extérieur, à ciel ouvert. Dans l’espace des galeries du Centre Culturel Valery-Larbaud, construit au début du siècle dernier, sont réunis : Bruce Gilden, Michael Wolf, Jim Naughten, Martina Bacigalupo, Claudia Huidobro, ainsi que les éditions Filigranes. Sur l’esplanade du lac de l’Allier, les promeneurs peuvent découvrir une soixantaine de portraits de personnalités et de mannequins réalisés sur cinq décennies par Jeanloup Sieff. Place Saint-Louis, ce sont les photos sur piédestal des Vichyssois, fruits d’une commandé passée à Cédric Delsaux, qui sont exposés.

Le Prix photo de la Ville de Vichy

Le Prix photo de la Ville de Vichy inaugure la quatrième édition de son concours du 13 juin au 31 septembre 2014. Le “Portrait” reste la thématique forte de ce concours photo, ouvert aux amateurs comme aux professionnels. Les photographes doivent présenter une série de 3 à 9 portraits maximum pour participer.

Autour de cette thématique, près de 300 photographes, professionnels ou amateurs, de France ou d’ailleurs ont répondu au précédent rendez-vous de la Ville de Vichy. Dix-huit regards devraient une nouvelle fois être présentés à un jury composé de professionnels de la photographie ainsi qu’à différentes personnalités du milieu artistique et enfin au public.

Jeanloup Sieff

Beaucoup d’expositions ont été consacrées à Jeanloup Sieff, disparu en septembre 2000, mais c’est la première vouée exclusivement à ses portraits. L’accrochage réunit une soixantaine d’images qui courent sur plus de 50 ans de carrière, un panthéon personnel où l’on reconnaît le sourire moqueur de Rudolf Noureev sous sa toque de fourrure, les taches de rousseur du mannequin Twiggy ou encore le sourcil interrogateur de François Truffaut abrité sous un parapluie. Il oeuvrait sur commande pour les plus grands magazines (Jardin des Modes, Nova, Harper’s Bazaar, Vogue…) et savait mieux que tout autre se servir du noir et blanc pour capter le naturel et renvoyer la lumière intérieure de ses modèles. Ces portraits sont si doux et si enjoués qu’ils donnent le sentiment que Jeanloup Sieff ne travaillait jamais et ne photographiait que ses amis.

Jane Birkin pour Harper’s Bazaar. Rome, 1966 © Estate Jeanloup Sieff
Jane Birkin pour Harper’s Bazaar. Rome, 1966
© Estate Jeanloup Sieff

 

Tags:

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Bol d’Air - La Clairière aux Cabanes

Un grand Bol d’Air dans les Vosges

Connaissez-vous "Bol d’Air" ? Bol d’Air, c’est depuis trente ans, une façon ludique et ...

Transpalette - Bourges

Réouverture du centre d’art le Transpalette

Après dix-huit mois de travaux et de rénovations, le centre d’art le Transpalette, projet ...

Caetano de Almeida

Caetano de Almeida à la galerie Anne de Villepoix

Après des expositions collectives et individuelles aux Etats-Unis et dans son Brésil natal, Caetano ...