• Soutenez artsixMic
  • Aidez-nous à bouger les choses !

Déshabillez-moi ! Les costumes de la Pop et de la Chanson

Déshabillez-moi

L’ambition de l’exposition « Déshabillez-moi » est de mettre à nu le costume

Déshabillez-moi ! Les costumes de la Pop et de la Chanson sera en octobre la prochaine exposition du Centre national du costume de scène. En dix ans d’existence, ce sont plus de 670 000 visiteurs qui se sont rendus au CNCS situé dans une ancienne caserne militaire du XVIIIe siècle de Moulins, classée Monument historique, afin d’y admirer une collection unique au monde composée de 10 000 costumes de théâtre, de danse et d’opéra du milieu du XIXe siècle à nos jours provenant des dépôts des trois institutions fondatrices du Centre, la Bibliothèque nationale de France, la Comédie-Française et l’Opéra national de Paris, auxquels sont venus s’ajouter de nombreux dons de compagnies, d’artistes et de théâtres.

Abritant depuis 2013 les 3500 pièces de la collection du danseur Rudolf Noureev, ce ne sont pas moins de 21 expositions qui y ont été organisées depuis sa création, et, pour clôturer cette année 2016 qui a fêté ses 10 ans d’existence, le Centre national du costume de scène à Moulins propose une exposition en chanson : Déshabillez-moi ! Les costumes de la pop et de la chanson.

Après la danse contemporaine, le cirque, l’opéra… c’est ainsi à une autre forme de spectacle vivant que convie le CNCS, afin d’expliquer les rapports des artistes chanteurs avec leurs costumes et leurs images et l’influence réciproque entre mode et musique. Le costume du chanteur-musicien fait partie intégrante du personnage, le public identifiant l’artiste par celui-ci qui devient bien souvent un objet mythique !

Grâce à des costumes parmi les plus emblématiques, le public pourra revivre 100 ans de chanson en découvrant les robes en strass de Mistinguett, le blouson en cuir noir et bandana de Renaud, les tenues dorées d’Etienne Daho, les créations couture des Brigitte, les costumes dessinés par Jean-Denis Malclès pour les Frères Jacques, les tenues noires de Johnny Hallyday, d’Edith Piaf, de Barbara et d’Alain Bashung, les petites robes Carven chantées et portées par Jacqueline François à la ville comme à la scène, sans oublier la ceinture de bananes de Joséphine Baker !

Une exposition au titre évocateur : « Déshabillez-moi ! » qu’explique Stéphane Malfettes, directeur de l’auditorium du musée du Louvre et commissaire de l’exposition : « L’ambition de l’exposition est de mettre à nu le costume. Celui-ci est d’abord une conquête. Celle de la visibilité. Pour sortir de l’ombre et apparaître sous les feux de la rampe, les vedettes du Music-Hall, les idoles yéyé, les célébrités du disco, les légendes de la variété, les héros du rock’n’roll, les stars du rap, les papes de l’électro endossent des tenues qui, au premier coup d’oeil, les distinguent du commun des mortels. Plus ou moins spectaculaires, leurs métamorphoses scéniques cherchent à rendre visible la musique, lui donner une image et un corps. Loin d’être secondaire, l’apparence est ainsi un élément constitutif de l’expression musicale, un trait d’union entre le public et l’artiste. Le costume révèle ce qui fonde la musique populaire : une musique qui est bien plus que de la musique. »

Le visiteur est immergé dans l’univers de la musique et de la chanson dès le début de l’exposition grâce à la présentation d’affiches de concert, dédicaces, objets souvenirs glanés lors d’un concert…issus des collections de fans, complétés par des objets cultes appartenant aux «mythologies populaires » telle la ceinture de banane de Joséphine Baker, le canotier de Maurice Chevalier, le bandana de Renaud…

En treize salles successives, on découvre l’univers du music-hall (Mistinguett, Maurice Chevalier, Les Frères Jacques…), celui de l’opérette (Luis Mariano, Paulette Merval, Georges Guétary…), la « pop Couture » avec les créations signées Jean-Paul Gaultier pour Madonna et les collaborations et collections capsules lancées par Rihanna, Kanye West ou Pharrell Williams.

Aux tenues noires prisées par Edif Piaf et Barbara et à celle de la génération des blousons Noirs, succède « Les légendes dorées » avec les costumes aux reflets d’or d’Etienne Daho, Brigitte ou encore Maître Gims.

La dernière salle met en scène Matthieu Chedid et son double exubérant sur scène -M- ! Sorte de super-héros extraverti, dont la coiffure détonante, les lunettes customisées et les costumes multicolores sont immédiatement reconnaissables.

Une très belle exposition qui rend hommage à la chanson et aux relations étroites qui lient les interprètes à leurs tenues de scène.

Informations pratiques :

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Ben

La Prom’ pour atelier au Mamac de Nice

"Nice 2015-Promenade(S) des Anglais" est une très belle exposition proposée par treize musées et ...

exposition Ever Living ORNEMENT au centre d’art La Maréchalerie et au Micro Onde, le centre d’art de l’Onde

L’exposition Ever Living ORNEMENT aborde l’ornement dans la création contemporaine de l’art, du design ...

Victoria’s Secret - Défilé 2016 à Paris

les mannequins de Victoria’s Secret pour le défilé 2016 sont à Paris

Ce week-end, la ville lumière a vu débarquer les mannequins de Victoria’s Secret pour ...