Arts Plastiques
0

Des Mondes aquatiques au centre international d’art et du paysage

Des Mondes aquatiques au centre international d’art et du paysage

Le volet #1 du projet « Des Mondes aquatiques » interroge les formes des relations entre l’humain et les milieux aquatiques, depuis le face-à-face du pêcheur solitaire avec son poisson, jusqu’au prédateur industriel prélevant de l’océan des quantités incommensurables.

Le Centre international d’art et du paysage (CIAP) est niché sur le domaine régional de l’île de Vassivière à la frontière de la Creuse et de la Haute-Vienne, dans le parc régional de Millevaches. Unique au monde, il est composé à la fois d’un parc de sculptures, appelé poétiquement le Bois de Sculptures, habité de 60 œuvres d’art public monumentales ou discrètes, permanentes ou temporaires, réalisées entre 1983 et 2015, que l’on découvre entre forêt, prairies et bord du lac, d’un bâtiment à l’architecture iconique conçue par les architectes Aldo Rossi et Xavier Fabre en 1987-1991 où sont programmées annuellement plusieurs expositions, et il est l’initiateur d’un programme de résidences artistiques au sein du château de l’île.

Dans le contexte de la nouvelle échelle régionale, le Centre international d’art et du paysage s’associe au Frac Aquitaine pour imaginer un projet en deux volets reliant les rivages lacustres de Vassivière à l’estuaire de la Gironde, à partir des collections du Frac Aquitaine, du Frac-Artothèque du Limousin et du Frac Poitou-Charentes, complétées par les collections du Mudam Luxembourg et de Lafayette Anticipation – Fonds de dotation Famille Moulin, ainsi que d’une nouvelle production commandée à l’artiste Suzanne Husky.

Le volet #1 du projet « Des Mondes aquatiques » qui prend place jusqu’au 11 juin prochain, nous interpelle sur les relations que tisse l’humain avec le monde aquatique, qu’il s’agisse d’un simple pêcheur et de son poisson ou du prédateur industriel prélevant de l’océan des quantités incommensurables. Ce thème retenu est ainsi une prolongation de la réflexion entamée il y a deux ans par l’exposition « Être chose » qui traitait des rapports entre milieux humains et non humains, et qui s’attachait plus particulièrement aux transitions entre les différents règnes et aux métamorphoses des êtres de l’eau, figures humaines et objets.

L’influence qu’exerce l’homme sur les milieux qui l’entourent et pas seulement sur l’aquatique, se résume malheureusement le plus souvent non seulement par une diminution de certaines espèces mais également par des transformations dues au déversement de substances perturbatrices et de déchets toxiques rejetés dans l’eau et les nappes phréatiques. La catastrophe de Fukushima en 2011 et l’impact catastrophique sur l’écosystème terrestre qui s’en est suivi n’a fait que confirmer et renforcer les remarquables intuitions de Tetsumi Kudo qui, traumatisé par la bombe atomique, avait inventé les prémices d’une nouvelle écologie. Les monstres de nos enfances ont fait place aux poissons hermaphrodites et autres créatures génétiquement modifiées…

« Des Mondes aquatiques #1 » plonge ainsi le visiteur dans un face à face avec des êtres hybrides aquatiques tout en explorant les relations que celles-ci entretiennent avec les autres milieux, humains et non humains. Avec les œuvres de Caroline Achaintre, Lucien Castaing-Taylor et Verena Paravel, Yves Chaudouët, Michael E. Smith, Peter Fend, Suzanne Husky, Tetsumi Kudo, Mathieu Mercier, Daniel Schlier.

DES MONDES AQUATIQUES #2
Du 30 juin au 5 novembre 2017

Après les relations entre humains et mondes aquatiques, le second volet de cette exposition nous parle de pêche, mais de la pêche en tant que terrain de jeu avec ce scénario récurrent : un plan d’eau, un ciel et la figure d’un pêcheur comme trait d’union. Le public pourra découvrir comment cette image, qui a inspiré des récits mythologiques puis les premières peintures paléochrétiennes, a été traitée voire élucubrée par les artistes. Qu’elle soit un passe temps ou un travail, un loisir ou un besoin, la pêche dans son rapport avec la nature et l’animal est une quête d’aventure, une expérience et un accomplissement.

Avec les œuvres de Vincent Carlier, Julie Chaffort, Jean-Luc Chapin, Yves Chaudouët, Anne Colomes, Bastien Cosson, Dewar & Gicquel, Hubert Duprat, Maitetxu Etcheverria, Nicolas Floc’h, Gérard Garouste, Laurent Kropf, Bruno et Thierry Lahontâa, Laurent Le Deunff, Nathasha Lesueur, Mathieu Mercier, Laurent Millet, Pierre et Gilles, Présence Panchounette, Amadou Sanogo, Shimabuku, Daniel Schlier, Jessica Warboys, We are the painters.

Informations pratiques :

DES MONDES AQUATIQUES #1

Centre international d’art et du paysage
Île de Vassivière
87 120 Beaumont-du-Lac

www.ciapiledevassiviere.com

Partager :
  • googleplus
  • linkedin
  • rss
  • pinterest
  • mail

Rédigé par : Jean Marc Lebeaupin

Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

artsixMic l'information en continu

Ne manquez plus notre Newsletter !