• Participez au artsixMic Crowfunding !
  • Aidez-nous à bouger les choses !

Découverte d’un dessin de Jérôme Bosch

Hellelandschap_Infernal Landscape_LR

Un dessin jusqu’alors anonyme, intitulé Hellelandschap (Paysage de l’Enfer), a été identifié par les experts du Bosch Research and Conservation Project (BRCP) comme étant une œuvre authentique de Jérôme Bosch. Il est jusqu’à présent toujours resté à l’abri du public, au sein d’une collection privée et sera exposé pour la première fois au grand public à l’occasion de la grande rétrospective de l’œuvre du maître néerlandais, organisée au Noordbrabants Museum à partir du 13 février 2016.

Le dessin « Un Paysage de l’Enfer » dont il est aujourd’hui clair qu’il s’agit d’une œuvre authentique de Jérôme Bosch, illustre un tableau bizarre peuplé de gnomes et de monstres fantastiques. Compte tenu de la taille du tableau et de la richesse de la représentation, le dessin constitue un ajout extrêmement important au corpus de dessins du maître. On sait très peu de choses du dessin : mis aux enchères en 2003 par un inconnu, il fait partie d’une collection privée. À ce jour, le dessin n’a encore jamais été exposé dans un musée, ce qui en fera assurément l’un des points forts de l’exposition Jérôme Bosch – Visions d’un génie, où il sera présenté en première mondiale au printemps 2016.

Le Paysage de l’Enfer

Le paysage de l’Enfer est agité et chaotique, menaçant et angoissant, comme Bosch se le représentait. Au centre de la composition, d’innombrables âmes perdues sont capturées dans un grand filet avant d’être acheminées via une roue à aubes jusqu’à la gueule d’un monstre diabolique. Des figures humaines servent de battants aux cloches, tandis qu’un dragon crache des âmes dans une marmite, que des pécheurs nus rampent sur le tranchant d’un couteau et qu’un gnome s’enfuit sous la forme d’un tonneau sur pattes. C’est le spectacle visuel boschien par excellence, que nous retrouvons dans d’autres œuvres de Bosch intégrant des scènes de l’enfer, comme le Jardin des délices et le triptyque du Jugement dernier.

Bosch Research and Conservation Project

Le Bosch Research and Conservation Project (BRCP) est une ambitieuse étude internationale de grande envergure, dans le domaine de l’histoire de l’art, mise sur pied conjointement par la fondation Stichting Jheronimus Bosch 500, le musée Noordbrabants et l’université Radboud Universiteit Nijmegen. Ces six dernières années, une équipe d’experts internationaux dirigée par Jos Koldeweij et Matthijs Ilsink a utilisé les techniques les plus récentes pour étudier et documenter l’œuvre quasi complète du maître Bosch de manière intensive et systématique. L’étroite collaboration avec les différents musées concernés a grandement contribué à la réalisation de l’exposition qui sera accueillie au musée Noordbrabants. Les résultats tant attendus du BRCP font partie intégrante de la rétrospective de Bois-le-Duc.

Publication scientifique

Les résultats complets de l’étude seront publiés en janvier 2016, en marge de l’exposition Jérôme Bosch – Visions d’un génie, sous la forme d’une monographie en deux volumes qui approfondira l’étude du génie artistique de Bosch et d’autres aspects tels que la signature du maître et la pratique en atelier. Parallèlement à cette monographie, un catalogue sera également publié à l’attention du public, ainsi qu’un site web très complet et convivial réunissant toute la documentation du BRCP.

Photo : Hellelandschap Infernal Landscape LR

Jheronimus Bosch - Visions of genius

En 2016, il y aura exactement 500 ans que Jérôme Bosch s’éteignait à Bois-le-Duc. L’exposition est le point d’orgue de la manifestation culturelle Jheronimus Bosch 500, ponctuée d’une multitude d’événements en tous genres pour commémorer, en 2016, le 500e anniversaire de la mort de l’artiste. Il s’agit d’un hommage au plus grand artiste néerlandais du Moyen-Âge. Pour cette occasion unique, la majeure partie de son œuvre revient à Bois-le-Duc, la ville où il est né Jheronimus van Aken, où il a peint ses chefs-d’œuvre et à laquelle il a emprunté son nom d’artiste.

L’exposition rassemble environ 20 peintures et 19 dessins du maître, donc 4 triptyques et 4 panneaux peints des deux côtés. Les visiteurs pourront également admirer 7 panneaux issus de son atelier et/ou de ses principaux élèves. Enfin, quelque 70 œuvres illustreront le contexte de cet art médiéval des 15e et 16e siècles. Pour le grand public, il s’agira aussi de la toute première occasion de découvrir 12 peintures spécialement restaurées pour l’exposition et pour l’année consacrée à Jheronimus Bosch, dont 3 triptyques.

Jérôme Bosch est connu pour les célèbres monstres, figures diaboliques, anges et saints qui peuplent ses dessins et ses panneaux. Son œuvre caractéristique, pleine d’illusions et d’hallucinations, de gnomes bizarres et de cauchemars, illustre sans pareil les grands thèmes de son époque : la tentation, le péché et la confession. Actif aux alentours de 1500, à cheval entre le Moyen Âge et la Renaissance, Jérôme Bosch produit des peintures et dessins qui reflètent mystérieusement les relations entre l’homme, son environnement et son créateur. Le peintre fait partie du gratin mondial et son travail a inspiré des générations entières d’artistes, jusqu’à aujourd’hui encore.

De aanbidding door de koningen_Adoration of the magi_New York, The Metropolitan Museum of Art_LR
De aanbidding door de koningen_Adoration of the magi_New York, The Metropolitan Museum of Art_LR

Informations pratiques

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

De l'Alhambra au Taj Mahal, Jardins d'Orient

De l’Alhambra au Taj Mahal, les Jardins d’Orient

De l'Alhambra au Taj Mahal, les Jardins d'Orient. En Orient, avec la naissance des ...

Deluxe - Rock The Pistes - © jbbieuville

Deluxe parachève en beauté le Rock The Pistes 2016

Après une semaine de concerts incroyables sur les pistes du domaine, Deluxe a conclu ...

Salvador de Bahia

Brazil ! la destination de l’année 2014

Une fois de plus, le Brésil est en ce mois de mars le théâtre ...