Daubigny, aux sources de l’Impressionnisme à Auvers-sur-Oise

Daubigny, aux sources de l'Impressionnisme

Charles-François Daubigny « J’ai acheté à Auvers un terrain de 30 perches tout couvert de haricots et sur lequel je planterai quelques gigots si vous venez m’y voir, sur lequel on est en train de me bâtir un atelier de 8 mètres sur 6, avec quelques chambres autour, ce qui me servira, je l’espère, pour le printemps prochain. »

Précurseur et fervent défenseur des impressionnistes, Daubigny est le peintre de l’eau, « le peintre merveilleux et véridique des bords de la Seine et de l’Oise » dira Zola. Il a été le premier peintre à concevoir et utiliser un bateau-atelier équipé d’une cabine, pour peindre plus commodément les paysages ; il sera ensuite imité par Monet, Bonnard et d’autres. A partir de 1857, ce sont de véritables croisières qu’il effectue avec son fils Karl et ses amis peintres. Il sillonne ainsi l’Oise, jusqu’à Compiègne, l’Aisne, l’Yonne et la Seine jusqu’à Honfleur. Admiré par Vincent van Gogh, ce dernier lui rendra hommage en peignant Le jardin de Daubigny.

Après Cincinnati, Edimbourg et Amsterdam, le musée Daubigny présente une exposition temporaire unique en France entièrement dédiée à Charles François Daubigny, père fondateur de l’Impressionnisme et fervent défenseur des Impressionnistes. Découvrez la personnalité forte et attachante de l’artiste à travers des toiles inédites qui dévoilent le plaisir palpable qui habita l’artiste lors de ses séances de peinture en famille et entre amis. Pas moins de quatre-vingt-dix œuvres, peintures, gravures, dessins et clichés-verres jalonnent l’exposition. Le parcours vous présente l’évolution de son œuvre et comment l’artiste peignant sur l’Oise ou sur la Seine, à bord de son bateau-atelier « Le Botin », renouvelle les points de vue et l’atmosphère du paysage fluvial. Le ciel et l’eau en deviennent les atouts majeurs. Les sites peints en Normandie, où Daubigny fréquenta Villerville près d’Honfleur pendant plus de trente ans, révèlent une vigueur dans l’expression et une modernité dans la technique chez cet artiste pour lequel peindre la mer est une révélation. Vous percevrez aussi l’influence du maître sur ses élèves, dont beaucoup travaillèrent près de lui dans la région d’Auvers, puis au fil de l’Oise et de la Seine, jusqu’à la Manche. À partir du mois de septembre 2017, le musée Daubigny vous proposera le second volet de cette exposition. L’exposition permanente du musée consacrée à Charles François Daubigny sera mise en regard avec les œuvres des artistes qu’il a inspirés autour de la thématique de l’eau et de la lumière.

En 1860, Daubigny fait l’acquisition d’un terrain à Auvers-sur-Oise. Il sollicite le peintre architecte Oudinot, son ami, pour dessiner les plans de sa Maison-Atelier. Il annonce à son ami peintre Henriet : « J’ai acheté à Auvers un terrain de 30 perches tout couvert de haricots et sur lequel je planterai quelques gigots si vous venez m’y voir, sur lequel on est en train de me bâtir un atelier de 8 mètres sur 6, avec quelques chambres autour, ce qui me servira, je l’espère, pour le printemps prochain. Le père Corot a trouvé Auvers très beau et m’a bien engagé à m’y fixer une partie de l’année. » Les amis de l’époque – dont Corot et Daumier – suggèrent que cette Maison-Atelier soit décorée. Corot conçoit la décoration de l’Atelier sur des cartons (aujourd’hui conservés au Musée de Baltimore). Corot, Daumier, Charles François Daubigny et ses enfants Karl, Cécile et le petit Bernard, l’architecte Oudinot et d’autres amis s’affaireront les jours de pluie à la décoration de la maison, pendant une dizaine d’années.

En 1861, Charles François Daubigny s’installa à Auverssur-Oise où il fit venir ses amis artistes ; ce fut le premier foyer artistique du village. Aujourd’hui, les exceptionnels décors qui ornent les murs de cette maison-atelier (200 m²), peints par Daubigny père et ses enfants, mais aussi par Corot, Daumier ou encore Oudinot, témoignent du bonheur familial et de l’effervescence artistique de cette époque. Classé monument historique en 1993 et labellisé « Maisons des Illustres » en octobre 2014, ce lieu de mémoire invite à s’imprégner d’une atmosphère authentique et d’une ambiance préservée. La Maison-Atelier de Daubigny demeure encore aujourd’hui la propriété et le lieu de vie des descendants du peintre.

Charles François Daubigny séjournera 18 ans à Auvers-sur-Oise et compte parmi les peintres les plus importants que la ville ait connus. Il contribuera à renouveler profondément la peinture de paysages en expérimentant de nouvelles techniques et des cadrages inédits notamment à bord de son fameux bateau-atelier. Né dans une famille d’artistes, Charles François est d’abord formé par son père Edme Daubigny, lui-même paysagiste classique. En 1841, il suit les cours du peintre d’histoire Paul Delaroche aux Beaux-Arts de Paris. Mais ses vraies leçons, il les tire de ses contacts avec les peintres de Barbizon, lors de ses rares séjours dans la forêt. En 1852, il fait la connaissance de Camille Corot (1796-1875) à Crémieu dans le Dauphiné. Le vieux maître sera toujours pour lui un guide et un ami très cher. Ils vont ensemble se promener à Auvers, à partir de 1854, année faste où Daubigny découvre Villerville, station balnéaire de Normandie. En 1873 et 1874, ses œuvres inspirées des techniques de « La Nouvelle Peinture » annoncent l’Impressionnisme. Avec son fils Karl qui est son élève, il travaille sur le paysage maritime. Corot disparaît en 1875. La santé de Charles François se dégrade. Il peint jusqu’au bout, entreprenant sa dernière croisière en 1877. Il meurt à Paris en 1878.

Mise à l’eau du bateau-atelier de Charles-François Daubigny

Jusque juin et en simultané : Construction de la coque à l’école Motiv’Action de Montoir-de-Bretagne et construction du cabanage par des bénévoles auversois à Auvers-sur-Oise en partenariat avec la Menuiserie Saint-Antoine d’Ennery et en juillet-août : Assemblage, finitions à Auvers-sur-Oise. 16-17 septembre : Mise à l’eau du Botin à Auvers-sur-Oise à l’occasion des Journées du Patrimoine

Le musée Daubigny

Fondé au milieu des années 80 par quatre auversois passionnés d’art, dont Daniel Raskin-Daubigny, descendant du peintre, le musée a débuté ses collections grâce aux donations des familles Raskin-Daubigny et Goeneutte. Il permet de découvrir des œuvres originales qui témoignent de la vie artistique foisonnante de la vallée de l’Oise, fréquentée par de très nombreux artistes du XIXème et du XXème siècle. Le musée recèle quatre collections : la principale est constituée de peintures, dessins et gravures de la fin du XIXème siècle et du début du XXème siècle autour des œuvres de Charles François Daubigny (1817-1878), précurseur des Impressionnistes, et de son fils Karl. Cette collection est enrichie entre autres d’œuvres de Norbert Goeneutte, Maximilien Luce, Jules Dupré ou Armand Guillaumin. La collection d’art naïf du musée demeure l’une des plus importantes de France ; la collection d’art contemporain est consacrée principalement à Alechinsky, Corneille et Otto Freundlich. Enfin, le fonds dédié à l’art félin comprend notamment des sculptures d’Antoine Louis Barye, Emmanuel Frémiet, mais également des œuvres de Jean Cocteau et Koji Ikuta.

Informations pratiques :

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

saint-louis

Saint Louis et Saint-Germain-en-Laye, Portraits de famille

Il y a 800 ans naissait Louis IX, futur roi de France, plus connu ...

Sean Patrick Watters - Vagabondage au masculin

Vente de photographies de Sean Patrick Watters au profit de l’association AIDES

L’exposition-vente sera ouverte au public du vendredi 21 au dimanche 23 avril, de 12h ...

Cali - La vie quoi

Cali « La vie quoi ! » Interview

« L’âge d’or », le tout dernier bijou de Cali est sorti le 9 ...