Daniel Aron : Tanger, Intérieurs Simples chez Photo 12 Galerie

Daniel Aron - Tanger, Intérieurs Simples

Daniel Aron : «  Il y a une beauté secrète dans la simplicité. Comme il y a une émotion que j’ai ressentie pendant ces prises de vues, c’est ce que j’ai voulu exprimer dans ces images. »

Daniel Aron partage sa vie entre Tanger et Paris. Récompensé de nombreuses fois pour ses travaux publicitaires tant à Paris qu’à New York, Hambourg et Milan, le photographe a façonné lʼimage de la marque Hermès tout en collaborant avec Harper’s Bazaar, House and Garden (USA), Vogue, Elle, Côté sud, Maison Française, AD (France), Donna (Italie), Hanatsubaki (Japon), et DM (Maroc), tout en exposant de par le monde, à Tanger et Paris bien sur, mais aussi à Courchevel, Chicago, Tokyo, Marrakech…

Tout en poursuivant ses travaux éditoriaux et publicitaires, Daniel Aron approfondit sa recherche artistique sur la ville de Tanger, nous confiant à propos de cette nouvelle exposition que présente Photo12 Galerie du 13 septembre au 12 novembre prochain, à l’occasion de la Deuxième Biennale des photographes du Monde arabe contemporain : «Ces promenades, ces rencontres, ces confidences où se mêlent les larmes et les rires de l’espoir m’ont donné les clés d’un “autre” Tanger, celui des Intérieurs Simples où la beauté naît des contraintes et ne doit rien à personne sauf à un goût inné. »

L’exposition présentera 28 photographies de Daniel Aron issues de la série « Intérieurs simples », sa vision personnelle du Tanger de sa jeunesse, peu à peu désertée et abandonnée par ses habitants, une nouvelle population se réappropriant ces maisons vides de la « Médina » dans l’espoir de gagner très vite l’Europe à son tour. Mais l’attente se fait parfois longue, et la présence d’objets indispensables et banals les relient à leur passé.

L’objectif de Daniel Aron immortalise ces objets de tous les jours, ces choses « simples » comme il les surnomme, celles auxquelles on ne prête plus vraiment attention mais qui sont incontournables. Miroir, casserole, sandales ou bibelots sur une étagère, autant de marques d’un mode de vie temporaire qui se trouvent ici sublimées par une mise en lumière naturelle et sans artifice, révélant la puissance et l’émotion qui définissent si bien le travail de Daniel Aron. «  Il y a une beauté secrète dans la simplicité. Comme il y a une émotion que j’ai ressentie pendant ces prises de vues, c’est ce que j’ai voulu exprimer dans ces images. » Explique-t-il. De Jésus-Christ, à Bob Marley en passant par Le Roi Mohammed V : des icônes viennent magnifier et suspendre ces instants ordinaires.

Daniel Aron a photographié des familles individuellement arrivées, d’autres installées depuis longtemps, avouant : «  Il est certain que derrière les toiles et les tôles de ces lieux éphémères, il y eut de beaux moments émouvants. Ces photos sont dédiées à tous ceux qui m’ont conduit et à ceux qui m’ont ouvert leurs portes et fait confiance. Ces lieux ont été photographiés lentement avec amour et respect. »

Depuis le début des années 90, Daniel Aron a multiplié les expositions, non seulement au Maroc et en France, mais également en Allemagne et aux Etats-Unis. Ses photographies font partie de nombreuses collections, tel le Museum of Fine Arts de Houston, au Texas, le Musée des Arts Décoratifs à Paris, et l’Institut Français de Tanger ainsi que de dans de nombreuses collections particulières au Maroc, en France, en Angleterre et aux USA.

Trois questions à Daniel Aron

VOTRE SÉRIE S‘INTITULE INTÉRIEURS SIMPLES : CETTE VOLONTÉ DE MONTRER ESSENTIELLEMENT DES INTÉRIEURS, EST-CE PUREMENT ESTHÉTIQUE OU IL Y A-T’IL UN MESSAGE ?

Cette série est la première que je réalise à Tanger. A Paris, j’avais photographié pour des magasins de déco de « belles demeures ». Je veux montrer un Tanger différent de celui déjà photographié. Il y a une beauté secrète dans la simplicité. Comme il y a une émotion que j’ai ressentie pendant ces prises de vues, c’est ce que j’ai voulu exprimer dans ces images.

COMMENT CHOISISSEZ-VOUS LES LIEUX ? QUELS LIEUX VOUS ONT LAISSÉ LES PLUS FORTES IMPRESSIONS ?

Quelques personnes m’ont aidé à trouver ces lieux et ont été mes premiers contacts. Familles individuellement arrivées et familles installées depuis longtemps. Il est certain que derrière les toiles et les tôles de ces lieux éphémères, il y eut de beaux moments émouvants comme cette famille rassemblée sur un sofa, éclairée par la flamme d’une bonbonne de gaz.

LORSQUE LES GENS VOUS INVITENT DANS LEUR INTÉRIEUR, SONT-ILS PLUTÔT ACCUEILLANTS OU RÉTICENTS ? RACONTEZ-NOUS LE PROCESSUS…

Les Marocains sont avant tout accueillants. Mais on ne peut évidemment pas pénétrer « comme ça » chez eux. Tout cela demande d’établir un lien de confiance et de respect puis on se doit d’être rapide, discret, comprendre où sont les limites de ma curiosité. Tout cela se mérite.

Photo : Tableau © Daniel Aron

Daniel ARON : Tanger, Intérieurs Simples
Exposition du 13 septembre au 12 novembre

Photo 12 Galerie
10 et 14, rue des Jardins Saint-Paul
75004 Paris

www.galerie-photo12.com

  • Touche-à-Tout, depuis la photographie, l'écriture, la mise en page et les reportages vidéos

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?