Corto Maltese, même pas mort !

Corto Maltese

Certains personnages survivent à leur créateur ; certains les éclipsent même. Le célèbre marin maltais à la boucle d’oreille, fils d’une gitane andalouse et d’un marin des Cornouailles, pourrait bien être de cet acabit-là. Vingt ans après la mort d’Hugo Pratt, en 1995, et vingt-trois ans après le dernier album de sa main, « Mu », paru en 1992, Corto, orphelin, pointait désespérément à Pole emploi, laissant au port une flotte de fans en mal de voyages au long cours.

Corto sans Hugo ? Des nostalgiques, avant même de savoir qui ferait reprendre la mer au mythique marin, affichaient une moue dubitative… C’est que Corto Maltese en plus d’être un trait de graphite est un trait d’esprit, un univers où foisonnent d’autres personnages presque aussi charismatiques que lui. L’irascible Raspoutine, bien sûr, mais encore les femmes prattiennes à la beauté si singulière qu’on les reconnaît entre mille. D’Esmeralda à Louise Brookszowyc, de Bouche Dorée à Changhaï Li, les femmes autour de Corto n’ont pas fonction de faire-valoir, encore moins de jeunes filles en fleur aux airs alanguis. Elles tiennent bien plutôt des magiciennes, jeteuses de sortilèges, diseuses de bonne aventure, à l’instar de sa mère, la « Nina de Gibraltar », conjuguant force et indépendance à tous les temps. Tour à tour amies ou ennemies, elles sont à la proue du navire de Corto sans jamais vraiment ni complètement le mener en bateau. « Je pense que les femmes seraient merveilleuses si tu pouvais tomber dans leurs bras sans tomber entre leurs mains », en disait-il (Cf. « Sous le signe du Capricorne »). L’univers prattien, c’est donc Corto, bien sûr, mais c’est surtout le Mystère, le Voyage, en un mot l’Aventure. Celle qui commence et nous fait rêver qu’elle ne finît jamais. Une alchimie de légende.

Vingt ans après, c’est le duo espagnol Juan Díaz CanalesRuben Pellejero qui fera reprendre le large au marin dans un album intitulé « Sous le soleil de minuit ». Un immense mystère entoure cette sortie, tenant en haleine les aficionados tout l’été et pour les plus avertis bien davantage. Se faire désirer est certes un art dont le ténébreux marin vaut la manière. Seule la couverture est aujourd’hui dévoilée et même si le visage du bel aventurier y demeure dans l’ombre, masqué, ses traits sont aussitôt identifiables. Ses accessoires iconiques, anneau à l’oreille gauche, casquette, caban achèvent d’en signer la silhouette. Ruben Pellejero semble s’être parfaitement glissé dans les gants du « maître », et avoir relevé celui de la continuité sans y perdre son âme.

Quant à l’histoire de ce nouvel opus, elle semble aussi s’inscrire dans le sillage des précédentes aventures puisqu’on nous y annonce le retour de Jack London, déjà présent dans «La Jeunesse de Corto ». « Sous le soleil de minuit » commence donc à ce moment-là, en 1915, quand Corto avait dix-sept ans, qu’il était en Mandchourie et qu’il se lia d’amitié avec l’auteur de « Croc Blanc » ainsi qu’avec le fameux Raspoutine, jeune déserteur de l’armée du tsar et mercenaire dans l’âme. Le décor de paysages enneigés est planté, l’époque et quelques personnages sont dévoilés, pour savoir le reste, comme le dit la formule, c’est « A suivre ! » le 7 octobre… « Sous le soleil de minuit » Juan Díaz Canales-Ruben Pellejero, chez Casterman, sortie le 7 octobre 2015. Laetitia Lormeau Vespérini pour artsixMic

Poster de Ruben Pellejero – Photo : Casterman

Sous le soleil de minuit

« Sous le soleil de minuit » Juan Díaz Canales-Ruben Pellejero – Photo : Casterman

Album: 88 pages
Editeur : Casterman
Collection : PRATT
Langue : Français
ISBN-10: 2203092114
ISBN-13: 978-2203092112

Tags:

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Agnès Verdier-Molinié

Agnès Verdier-Molinié : Ce que doit faire le – prochain – président

Agnès Verdier-Molinié est une essayiste française. Elle dirige depuis 2007 la Fondation iFRAP, un ...

Christophe Ono-dit-Biot - Croire au merveilleux

Christophe Ono-dit-Biot : Croire au merveilleux

Je veux bien avoir été distrait ces temps-ci, mais je sais que si j'avais ...

Le Monde Romain Antique

Le Monde Romain Antique et ….les Graffitis

Lorsque Pompéï fut découvert au XVIIIème siècle, historiens et archéologues s’intéressèrent principalement aux objets ...