• Participez au sixMic Crowfunding !

Céline Anaya Gautier présente Santiago au Pays de Compostelle

Céline Anaya Gautier

C’est l’histoire d’une femme, Céline Anaya Gautier qui, hôtesse de l’air et passionnée de voyages, s’est trouvée confrontée à la misère dans les pays qu’elle a visités et a décidé de s’investir dans l’action humanitaire, notamment au Pérou, pays où elle a grandi. Après avoir travaillé à la Posadita del buen pastor à Lima, avec des enfants atteints du Sida, souvent orphelins, et toujours rejetés, elle s’est ensuite occupée d’enfants des rues exploités dans des usines à briques.

En 2003, elle a commencé son premier travail photographique Coeur de Femmes pour lequel durant 2 années, elle a accompagné des femmes de la rue, de passage à la Halte, à Paris. « Être photographe répond à une volonté de témoigner, de transmettre une réalité poussée au-delà du premier regard. » Explique-t-elle.

Pour ce travail, elle a obtenu, d’une part, la bourse du Talent reportage Kodak, une bourse Défi jeune du Ministère de la Jeunesse et des Sports, et a fait partie des lauréats de la bourse Marcel Bleustein-Blanchet. Elle a publié, d’autre part, le livre Coeur de Femmes, en mars 2004, aux éditions de La Martinière.

En décembre de la même année, elle a entrepris un reportage sur les coupeurs de canne à sucre haïtiens en République Dominicaine: Esclaves au Paradis, et par ce biais a été à l’origine d’une campagne internationale de dénonciation des conditions d’esclavage auxquelles étaient soumis les coupeurs de canne dans les plantations dominicaines. Celle-ci a, entre autres, été soutenue par Amnesty International, la FIDH, le maire de Paris, Bertrand Delanoë et le rapporteur spécial de l’ONU sur les formes contemporaines de racisme et de discrimination Doudou Diène.

Pour ce travail, Céline Anaya Gautier a été finaliste du grand Prix CARE International du reportage humanitaire et lauréate du prix de l’enquête du Festival du Scoop d’Angers en 2007. Ce sujet a déjà fait l’objet d’une centaine de publications dans la presse nationale et internationale. Le livre Esclaves au Paradis, accompagné d’un CD de chants traditionnels des coupeurs de canne haïtiens, a été publié en avril 2007 aux éditions Vents d’ailleurs.

En 2008, elle publie son troisième livre « Le vrai goût du Cambodge », proposant une approche du pays « du sourire » à travers son art culinaire et sa culture. Deux ans plus tard, elle réalise pour le cinquantième anniversaire de la Fondation Bleustein Blanchet 50 portraits de lauréats dont Allain Bougrain-Dubourg, Laurence Zigvogel, Yves Coppens…

Aujourd’hui, à 39 ans, Céline nous livre son premier récit «Dis maman, c’est encore loin Compostelle?» aux Editions Le Passeur pour lequel elle est lauréate du prix du témoignage 2015 du Pèlerin Magazine. En avril prochain, son nouveau livre-photo «Santiago au Pays de Compostelle» sortira aux Editions de la Martinière.

C’est après avoir passé deux ans avec les femmes SDF à Paris pour son travail « Coeur de Femmes », que Céline part sur le chemin de Compostelle. Elle le parcourt maintenant depuis 10 ans. Pour elle, c’est un espace de silence, de partage, de recueillement où elle peut loin de tout mais entouré de la vie poser ces expériences, les digérer, les assimiler et se retrouver.

D’origine Franco-Péruvienne, elle a toujours été attirée par les rites de passages des anciennes civilisations et prépare ainsi son fils Santiago, depuis ces 4 ans, à cette épreuve. Une épreuve où, pour devenir un petit homme, il devra se surpasser, physiquement mais aussi émotionnellement et spirituellement. En commençant par choisir lui-même son épreuve, et le moment où il sera prêt à la surmonter. Une nuit de ses 7 ans, Santiago à enfin choisit : « Maman, je veux aller sur mon chemin, le chemin de Santiago de Compostella et je te promets que, même si j’ai mal aux pieds, j’irai jusqu’au bout. »

C’est ainsi que le 22 juin 2014 leur chemin commence à Nogaro. Céline était très loin d’imaginer que cheminer avec Santiago la ramènerait tout autant dans sa propre enfance que bravée ses plus grandes peurs intérieures de femme, de mère et d’enfant. Quant à Santiago, il était très loin d’imaginer que 1 200 kilomètres, c’était vraiment beaucoup ! Céline et Santiago vont être bousculés, grandir, se découvrir et comprendre qu’on ne peut accompagner le chemin d’un être aimé sans faire son propre chemin.

Pour le lancement de son livre-photo et de son exposition « Santiago au Pays de Compostelle », Céline Anaya Gautier a réuni les Éditions de La Martinière et la VOZ’Galerie. Ainsi, le 7 avril 2016, ils se retrouveront le temps d’une soirée pour célébrer le passionnant voyage initiatique de Santiago et sa maman, soirée au cours de laquelle l’auteure dédicacera son livre.

Céline Anaya Gautier : maman et pèlerine

Informations pratiques

Broché: 450 pages
Editeur : Le Passeur éditeur (4 mai 2015)
Collection : CHEMINS D’ETOIL
Langue : Français
ISBN-10: 2368902937
ISBN-13: 978-2368902936

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

Rubén Fuentes

exposition personnelle de Rubén Fuentes à Paris

Pour sa première exposition personnelle à Paris, l’artiste cubain Ruben Fuentes présente une vingtaine ...

agnes pezeu

Agnès Pezeu entre l’intime et le monumental

Agnès Pezeu oscille entre l’intime et le monumental, toiles et installations, peinture et performance ...