• Participez au artsixMic Crowfunding !
  • Aidez-nous à bouger les choses !

Captives, la Chambre Bleue 2 polars stylisés en compétition

Les découvertes se poursuivent sur la croisette cannoise. Au programme de la matinée deux films : l’un canadien et l’autre français que l’on pourrait rapprocher par leur côté polar stylisé. Captives, en compétition officielle, évoque le difficile sujet de la pédophilie et des ravages d’internet. Ce film d’Atom Egoyan a su retenir mon attention et mon souffle, un bon début donc. Il s’en dégage une atmosphère pesante et lourde à l’image de cette neige qui ne cessera de tomber tout le film durant (l’histoire se déroule quelque part au fin fond du Canada). Cassandra s’est faite enlever en l’espace d’un instant sans que son père n’ai eu le temps de voir quoi que ce soit. Cassandra a alors 10 ans et cet instant précis marque le début d’une vie de souffrances. La vie de cette famille s’arrête.

Une série de flashbacks bien ficelée nous permet alors de remonter le cours de l’histoire.C’est haletant et bien amené. L’ambiance tendue, indispensable à tout bon polar, est clairement ressentie. L’enquête, semblable à un puzzle, nous plonge dans les méandres de cette famille en proie à la peur et au doute épaulée tant bien que mal par l’équipe de spécialistes mise en place (policiers etc). L’autre point fort de ce film n’est autre que cet acteur Ryan Reynolds, sans doute l’acteur US que je détestais le plus dans ce panel de pseudo « beaux gosses » made in Hollywood. Il s’avère que, bien dirigé, il est capable d’un jeu maitrisé, assez en retenue. Une belle découverte donc.

Cela dit, il manque un petit quelque chose pour faire de ce film une vraie réussite. On sent le perfectionnisme du réalisateur, sa connaissance du métier, sa passion également, sans pour autant que cela réussisse vraiment à décoller. Un pur polar stylisé donc mais sans éclat.

La chambre bleueJe ne dirais pas la même chose de la nouvelle réalisation de Mathieu Amalric. Sa chambre bleue adaptée de l’œuvre de Simenon est un petit « bijou polarisé ». La stylisation du film est complètement maitrisée : l’image « carré » donne tout son charme à la réalisation, la luminosité, la tension, la retenue de Léa Drucker (l’épouse) face à la fougue de l’amante… la charisme d’Amalric (qui prouve qu’il est définitivement un sublime acteur ET réalisateur). Au gré de l’avancement de l’enquête, l’on se retrouve encore plus face à la passion qui unit ses deux amants et c’est fort, très puissant mais léger en même temps. J’aime le ton qu’Amalric a choisi d’employer. Il évoque à la fois la souplesse de l’amour et la rigidité de ses lois. Les personnages sont fouillés et tout à fait crédibles et la mise en scène donne un angle de vue intéressant qui nous permet, à nous spectateurs, de ressentir l’envers du décor de cet amour passionnel et de ses conséquences. Amalric réalise ici un film court, à la fois tout à fait classique dans sa forme mais « rock » dans sa mise en scène et dans le propos qu’il défend. L’amour, le vrai, le fou se doit d’être vécu. J’adhère totalement. Une pure merveille.

Thierry Frémaux avait donc vu juste en présentant la sélection d’Un Certain Regard comme étant une « contre-programmation de la sélection officielle ». Elle présente, en tout cas à ce jour, une œuvre diversifiée, moderne, criante de vérité et franchement maîtrisée.

Cannes nous révèle clairement de belles surprises comme celle qui fut d’assister au live de l’émission de Daniela Lumbroso sur France bleu, assise sur un transat au soleil tranquilou avec quels invités ? Je vous le donne en mille Mathieu Amalric et Léa Drucker venus pour la promo de cette Chambre bleue… La boucle est bouclée ! Voici quelques photos en exclusivité pour vous.  Barbara Govaerts à Cannes pour artsixmic

CAPTIVES
Date de sortie : 14/05/2014

8 ans après la disparition de Cassandra, quelques indices troublant semblent indiquer qu’elle est toujours vivante. La police, ses parents et Cassandra elle-même, vont essayer d’élucider le mystère de sa disparition.

Réalisé par Atom Egoyan
Avec Ryan Reynolds, Scott Speedman, Rosario Dawson

LA CHAMBRE BLEUE
Date de sortie : 16/05/2014

Dis- moi Julien, si je devenais libre, tu te rendrais libre aussi ?
– Tu dis ?…
Un homme et une femme s’aiment en secret dans une chambre, se désirent, se veulent, se mordent même. Puis s’échangent quelques mots anodins après l’amour. Du moins l’homme semble le croire. Car aujourd’hui arrêté, face aux questions des gendarmes et du juge d’instruction, Julien cherche les mots. « La vie est différente quand on la vit et quand on l’épluche après-coup. » Que s’est-il passé, de quel crime est-il accusé ?…

Réalisé par Mathieu Amalric
Avec Mathieu Amalric, Léa Drucker, Stéphanie Cléau

Voir aussi sur artsixmic :  Les femmes et le cinéma au Festival de Cannes

Tags:

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

los 33

« Los 33 » l’odyssée des mineurs chiliens enterrés vivants

Los 33", qui raconte l'incroyable odyssée des mineurs enterrés vivants durant 69 jours en ...

festival cinema

Festival « Cinéma au clair de lune »

Le festival "Cinéma au clair de lune" est devenu au fil du temps l'un ...

DieuMerci

DieuMerci et Au cinéma cette semaine du 9 mars au 16 mars

A sa sortie de prison, Dieumerci, 44 ans, décide de changer de vie et ...