Cannes 2016 c’est fini ! un palmarès qui asticote la critique

Cannes 2016

Cannes 2016 !  Palme d’or :  Ken Loach,  Grand Prix du Festival : Xavier Dolan,  Palme d’or d’honneur : Jean-Pierre Léaud, Palme d’or du court-métage : Timecode, de Juanjo Giménez, Caméra d’or : Divines, de Houda Benyamina

Présidé par le réalisateur George Miller, le Jury des Longs Métrages a dévoilé hier soir dimanche, sur la scène du Grand Théâtre Lumière, les noms des lauréats du 69e Festival de Cannes. I, Daniel Blake (Moi, Daniel Blake), réalisé par Ken Loach, Palme d’or, a été projeté à l’issue de la Cérémonie du Palmarès pour clôturer cette édition 2016. C’est un Xavier Dolan ému, qui a reçu le Grand Prix du Festival de Cannes 2016. « Avoir deux Palmes d’or est extraordinaire. J’ai travaillé avec les mêmes personnes pour Moi, Daniel Brake et Le Vent se lève. Nous sommes abasourdis d’être là ce soir« , redit le réalisateur anglais qui voit dans l’Union européenne un exemple des politiques néo-libérales qu’il a dénoncées dans son discours.

Xavier Dolan son côté a déclaré : « Il faut rester authentique« . « Le Festival est un lieu d’imprévisibilité et de passion », a souligné le réalisateur de Juste la fin du monde. « . Invité ce matin sur France Inter, il a aussi indiqué au sujet de son émotion au moment du prix : « Il y avait eu une réception assez froide [du film], surtout du côté américain. (…) Ca m’a chagriné » mais aussi « J’adore Ken Loach, c’est un héros ».

Les résultats ont suscité beaucoup d’énervement chez les critiques de la presse spécialisée. «Rarement palmarès cannois aura, de mémoire récente, à ce point déjoué les pronostics », a ainsi fait remarquer Libération. «Une palme navrante et un palmarès inégal» pour Les Inrocks. Loin des «desiderata de la presse spécialisée», selon Le Point et pour Slate, « Le palmarès du Festival de Cannes est fait pour déplaire».

Le prix qui a le plus indigné une bonne partie du parterre, c’est bien le Grand Prix du jury remis à Xavier Dolan pour Juste la fin du monde. Pour L’Obs, c’est ce qu’on appelle «un palmarès frileux» qui a «négligé plusieurs des plus beaux films de la compétition». Pour le magazine Marie France, c’est un «palmarès qui manque de clito».

De fait, la presse française et internationale donnaient tous gagnant un film qui ne figure pas même au palmarès, le formidable Toni Erdmann de Maren Ade. Cannes et son impitoyable univers ne serait plus Cannes sans toute cette diatribe qui fait de ce festival, un lieu de permanente critique mais où tout le monde veut y être quoi qu’il arrive. Comme l’a justement dit dans un discours engagé la réalisatrice Houda Benyamina récompensée par la Quinzaine des réalisateurs pour « Divines » : « J’arrête pas de dire j’en ai rien à foutre de Cannes à mon producteur (…), je m’en fous de Cannes, je ne fais pas un film pour Cannes et aujourd’hui je suis contente d’être là parce que c’est aussi notre place à nous ! (…) Et que ce soit une femme qui nous ait remis le prix, c’est juste une tuerie ! » et de continuer en plaidant, « pour que les choses changent« , à ce que « beaucoup plus de femmes » aient des positions décisionnaires avant de lancer : « Un grand merci à Edouard Waintrop, qui tient les rênes de la Quinzaine, t’as du clito Waintrop !« . Cannes festival 2016 is closed !

Les autres prix :

– Palme d’or du court-métage : Timecode, de Juanjo Giménez
– Caméra d’or : Divines, de Houda Benyamina
– Palme d’or d’honneur : Jean-Pierre Léaud
– Prix d’interprétation masculine : Shahab Hosseini, pour Le Client d’Asghar Farhadi
– Prix d’interprétation féminine : Jaclyn Jose, pour Ma’Rosa de Brillante Mendoza
– Prix du jury : American Honey, d’Andrea Arnold
– Prix du scénario : Asghar Fahradi pour Le Client
– Prix de la mise en scène : ex-aequo pour Baccalauréat de Cristian Mungiu et Personnal Shopperd’Olivier Assayas

Photo : image extraite de la vidéo de la conférence de presse du Jury

TV Festival de Cannes 2016 - Best Of - version courte

Les LAUREATS - Photocall - Cannes 2016

JURY - Conférence de Presse - Cannes 2016

Houda Benyamina

Xavier Dolan avec Léa Salamé sur France Inter

Tags:

  • Mine de rien il travaille un peu tous les jours. Mine de rien il ne dort pas mais il cause !

  • Voir les commentaires : (0)

Publicité

Vous pourriez aussi aimer ?

coup de pouce UGC

le festival, Coup de Pouce UGC pour mettre en avant des films confidentiels

Avec « Coup de pouce », UGC choisit de soutenir des distributeurs éditeurs, souvent ...

Mustang

« Mustang » la liberté de la vie au grand large

La liberté n'a jamais la même couleur, la même odeur, la même signification selon ...